Skip to content

Jour 8 – Nos premiers maringouins

jour09_chiang rai8 février 2013

Bonsoir,

Ce matin, pas de méditation, seulement mes exercices pour assouplir mon corps et mon esprit. Les grillons me répondent que c'est très bien de les faire en leur compagnie. La noirceur m'enveloppe mais je suis éclairée par ce que je crois être un croissant lunaire comme une soucoupe! Différente de nos clairs de lune!

Préparation de notre linge à faire laver, remplissage de notre bouteille d'eau, reprendre les chargeurs, ramasser nos objets quotidiens et me voila prête pour prendre le petit déjeuner auprès d'une cascade d'eau recouverte de plantes et de fleurs typiques de la région montagneuse. L'altitude n'est pas tellement importante. J'ai vu 500 mètres comme indication et le maximum que nous expérimenterons sera sans doute 1 300 mètres.

Une semaine déjà! Lorsque nous visitons LE temple de la journée, notre guide reçoit un appel comme quoi nous avons oublié quelque chose dans la chambre. Impossible! Pendant la visite, le chauffeur retourne à l'hôtel et revient avec ma petite pochette, cadeau de Valérie, qui était resté dans les draps: ma clé USB qui contient beaucoup de mes infos. Un ange nous a protégés!

Des ananas

Nous avons environ 200 km à parcourir en montagne pour nous rendre voir les ethnies. Le chemin se déroule en épingle à cheveux, donc lentement. Voila que Panada voit des champs d'ananas. Elle demande si on veut goûter! Naturellement que oui! La dame de l'endroit vérifie en donnant deux petites pichenottes rapides sur la carapace de l'ananas. Moi qui croyais que c'était sa couleur qui déterminait sa sucrosité! Rien à voir supposément. On en mange 3 morceaux tellement sucrés que mon taux de glycémie a du monter en flèche. Pur délice par contre. Même la texture de la chair est différente. Comme quoi une chair fraîche est souvent très agréable!

Depuis hier, en montant vers le Nord, la température est un peu plus fraîche. Ce matin, j'ai du porté un chemisier à manches longues pour le petit déj. À 07h30. Le soleil, une fois sorti, la température s'est arrêtée à environ 30°C. De 6 à 7 degrés de moins, ça paraît!

Étant dans la région Nord, nous goûtons à la nourriture typique d'ici. Ce midi, notre guide s'informe où manger local, bon et service efficace. Nous arrêtons donc dans une petite bicoque où je n'aurais pas daigné jeter un œil et me voila bien assise devant une soupe thaï du nord: des nouilles aux œufs dans un bouillon tellement goûteux, des morceaux de poulet, et des nouilles frites sur le dessus. Un plat d'accompagnement sert à pimenter ou à agrémenter notre soupe. Nous mangeons aussi des brochettes de seitan au porc. Une table se vide qu'aussitôt elle se remplie à nouveau! Sa popularité ne va pas du tout avec son allure.

Elle achète des chips cuitent dans ce que je crois être du lard salé. Vraiment intéressant et on dirait qu'on mange des oreilles de christ alors que ce sont des chips maisons.

Temple clin-clin

En route, nous admirons le temple Wat Rong Khun que je baptise de style "végasien"! Du clin-clin-clin, en veux-tu, en voila! Mais c'est beau quand même et j'ajouterais même que c'est grandiose dans sa différence. Des artistes peignent un autre mur à l'intérieur de la pagode de Bouddha doré. Sur un autre mur, les tours jumelles de NY s'y trouvent et un serpent les entoure d'un boyau pour faire le plein d'essence et des visages crispés crient au secours! Ce sont toutes des images dépeignant les USA: Michael Jackson, spider man, etc... On peut dire que c'est le premier temple contemporain de la Thaïlande!

Le Triangle d'Or

On roule une autre 1h30 pour s'arrêter au Triangle d'Or: trois pays qui ne sont séparés que par des rivières, soit le Laos à l'Est de la Thaïlande, la Thaïlande et le Myanmar au Nord. On peut admirer les casinos du coté des birmans et des laotiens. Ils sont défendus en Thaïlande. Les chinois sont en train d'acheter une partie du Laos qui niche directement sur les berges du Mékong pour construire des casinos de luxe et des hôtels avec tellement d'étoiles qu'on pourra penser que c'est la voie céleste! Sans farce, les chinois mettent le paquet. Ils délogent les habitants et les moines qui y vivent afin de pouvoir continuer la construction. Le jeune conducteur de notre bateau explique que pour la ville, cela prend de 6 à 8 ans pour construire une digue. Les chinois, 2 ans, et même la canalisation du secteur en entier était complété. Comme quoi l'argent rend la vie un peu plus facile, hein! Encore une fois, je fais le lien avec Las Vegas: casinos, boissons, filles, etc.

La quête

Nous descendons au Laos où des enfants quêtent de la monnaie. Pauvres chéris! Ils sont beaux comme des cœurs, sales comme des torchons et pieds nus comme des mendiants qu'ils sont en réalité. Tellement d'émotions se jouent sur leur visage durant leur quête d'argent: la manipulation par la tristesse, suivi d'un peu plus d'intensité, vient le sourire et la tristesse mélangés dans un satyre digne du meilleur dramaturge, et si on ne donne rien, leurs yeux deviennent coléreux, leurs paroles sortent plus directes pour finalement tourner le dos à la recherche d'une âme plus généreuse. Je les admire ces petits manipulateurs en survie.

Nous roulons une autre 1h30 pour revenir sur nos pas à Chiang Rai. L'hôtel The Legend Resort and Spa est un petit paradis et un baume aux émotions déclenchés par les petits. Ma belle Dan, je pense à tes petites-filles Eva et Luz! Quelle différence! Elles sont choyées ces petites ainsi que Manolo!

J'ai aussi une pensée pour mon beau-frère Léonce lorsque j'ai vu un bel homme, en forme malgré ses 70 ans, sauter dans un bateau comme si de rien n'était. Sa minceur et son énergie faisait le reste afin de le rendre très efficace.

J'ai aussi vu deux femmes assises par terre, aiguilles à la main, broder des napperons divins. Elles riaient tout en laissant leurs doigts créer machinalement cette beauté surprenante. Je pense à Marguerite ma belle-sœur si habile dans cette activité qui demande tellement de dextérité.

Et pour terminer, je crois que ma belle-sœur Ginette serait très confortable dans les tuniques féminines qui semblent donner une allure aérienne à celles qui les portent. Il me semble que Ginette aimerait ce genre et qu'elle le porterait aussi très bien. Elle a déjà un peu ce style de manière naturelle.

Nous avons une différence de 12 heures d'avec chez-nous, alors il est 22h13 et la fraîcheur tombe. Ma petite robe d'été ne me garde plus dans le confort: je gèle un peu.

Bonne nuit a vous tous que j'aime x x x


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 8 sur le blogue de Pascal.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *