Skip to content

jour43b_beijing15 mars 2013

Même si nous sommes aujourd'hui à Beijing, je veux revenir sur notre passage à Xi'an. Le lendemain de notre arrivée dans cette ville, nous avions un nouvel autobus qui n'avait plus les fenêtres teintées, le moteur ne râlait plus et on pouvait entendre Marguerite parler. J'appelle ça de l'efficacité. Merci à l'agence de Voyage Circuit Oriental.

Marguerite, notre guide à Xi'an nous a résumé les dynasties qui ont marqué le pays. Je vais les résumer ici afin de comprendre comment ça s'est passé.

Il me faut revenir un peu sur les remparts de Xi'an. C'est l'unique muraille doublée d'un fossé (douve) qui existe encore en bon état de conservation en Chine.

Ce sont un des ensembles de remparts les plus anciens et les mieux conservés de Chine. Xi'an est l'une des rares villes chinoises à avoir conservé, en grande partie, ses murailles. Ils furent construits sur les fondations de la Cité interdite Tang, sous le règne de Hongwu, le premier empereur de la dynastie Ming. La construction a débutée en 194 avant J.-C. et s'est étendue sur plusieurs années. Nous sommes entrés par la porte Est.

Le mur qui existe actuellement a été commencé en 1370. Après avoir résisté à toutes les invasions, ceux-ci sont les mieux préservés de Chine. D'un coté, nous pouvons voir la vieille ville et à l'extérieur des remparts, des gratte-ciel se font concurrence.

J'ai assisté un vieil homme chinois à réparer son cerf-volant. Ce fut une rencontre fort sympathique.

Je reviens aussi sur le sujet de l'armée souterraine de Qin Shi Huangdi à Lintong qui régna de 221 a 210 avant notre ère. Il y a eu, durant quelques mois, son fils, Ying Hu Hai, le stupide, puis le second et dernier empereur des Qin, Ying Zi Ying qui régna de 210 a 206 av. J.-C. Les réformes de cet empereur qui n'a gouverné que 20 ans ont laissé une empreinte sur deux millénaires d'histoire chinoise.

Ses deux objectifs principaux étaient l'unification de l'Empire et la centralisation du pouvoir. Il estimait que la base d'un État uni était la Loi. Fondé sur le principe de la responsabilité collective, le code Qin fut étendu a tout l'empire.

Parmi les nombreuses mesures prises, on peut citer :

  • L'adoption des mêmes mesures de poids et de longueur sur tout le territoire
  • Une monnaie nationale
  • Une écriture unifiée qui est restée aujourd'hui une donnée fondamentale pour l'unité culturelle chinoise
  • Ce souverain exceptionnel, se devait de laisser une trace à la hauteur de ses ambitions. Sa puissance est figée à jamais dans cette armée qui l'accompagne tout au long de son voyage éternel.

L'article parue dans la Presse mentionne que la fosse, découverte en 1974, n'est qu'une fosse parmi d'autres. Certaines ont été retrouvées à plusieurs kilomètres du tumulus de sa tombe, qui n'a pas encore elle-même été fouillée. L'État souhaite en effet attendre le développement de technologies qui garantissent que le contenu ne subira aucun dommage, particulièrement la momie de l'empereur. De plus, les archéologues cherchent à s'assurer que les pièges et les trappes équipées d'arbalètes, installées, pense-t-on, par l'empereur pour protéger sa dépouille des pillards, ne constituent pas un danger. Le tumulus de 115 m de haut dans lequel repose l'empereur n'a toujours pas été excavé. Les archéologues essayent toujours de trouver un moyen d'entrer dans le tombeau.

Quatre fosses accueillaient l'armée en terre cuite de Qin Shi Huangdi. Les hommes sont plus grands que nature (1,75 m à 1,79 m) et les chevaux mesurent environ 1,50 m de haut.

Il y fit disposer, en ordre de bataille, une armée de 7000 soldats et officiers de terre cuite. Les statues, un peu plus grandes que nature, sont réparties entre trois fosses par-dessus lesquelles on a construit des bâtiments qui les protègent des intempéries. Il s'agit d'un tumulus haut de 115 mètres à 1,5 kilomètres recouvrant une fosse contenant quelque huit mille statues de soldats et de chevaux en terre cuite. Elles furent passées dans des fours à une chaleur d'environ 900 degrés puis décorées et colorées (ce qui en dit long sur l'avancée technique de l'époque).Le plus grand abrite la fosse no 1, dans laquelle veillent 6000 fantassins, accompagnés de leurs officiers qui marchent à côté de leurs chevaux. On en a exhumé 1800, alignés en rangées de quatre dans neuf tranchées de 230 m de longueur. Même s'ils se ressemblent souvent, tous les visages sont différents. Les visiteurs se bousculent dans les galeries d'observation aménagées sur le pourtour des fosses. Ils portent tous une arme (épée, arc, arbalète) en bronze recouverte d'une fine couche de chrome (raison pour laquelle certaines de ces armes sont toujours affûtées) ; certaines d'entre elles auraient été pillées ou en partie retirées par des archéologues pour les analyser ou les exposer dans un musée, mais on peut encore distinguer leur trace dans la forme des mains.

Depuis cette grande découverte des fosses n° 1, 2 et 3 remontant à quelques dizaines d'années, les archéologues en ont trouvé de nouvelles qui ont été mises au jour. L'une d'elles contient des milliers d'armures en pierre d'une finesse incroyable, même pour notre époque. Une autre, appelée la « fosse aux juges » présente des notables, des scribes, probablement des hommes de loi. La dernière découverte en date, la fosse n° 7, fouillée récemment (vers 2004), contient des musiciens et une grue longeant un ruisseau factice.

Il semblerait que l'empereur ait souhaité être entouré jusque par-delà la mort de toutes les choses qu'il aurait appréciées de son vivant et d'avoir des moyens pour affronter l'éternité.

En 1980, les archéologues ont dégagé 18 fosses contenant des oiseaux et des animaux sauvages ainsi que 13 autres remplies de figurines de servantes et d'esclaves.
On a également dégagé les écuries du monarque dans lesquels s'amoncelaient des statuettes de palefreniers et une foule de squelettes de chevaux.

BEIJING ou PÉKIN ?

Nous sommes maintenant dans notre dernière ville chinoise a visiter: Beijing que les chinois continuent d'appeler Pékin. Comme première activité, nous avons marché dans le quartier 798. Xi'an était dans le smog et les traces de la tempête de sable qui vient de la Mongolie. Il semblerait que Beijing aussi subi cet effet d'enveloppement.

Je semble commencer une grippe: un peu de confusion!!!!


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 43 sur le blogue de Pascal.


 

jour42_xi'an14 mars 2013

Quelle belle surprise, ce matin. Nous avons un autobus plus confortable, les vitres ne sont plus teintées et la transmission ne grince plus! Quelle efficacité.

Souvent, les retraités en Chine trouvent un 2e travail pour arrondir les fins de mois, et parfois pour garder une vie sociale aussi. C'est souvent le cas des enseignants(e). Notre guide n'a que les pourboires. Pour nous, elle part à 06h30 de chez-elle, prend l'autobus pour arriver à 08h30. Elle fait le même circuit le soir.

Les jeunes chinois ne savent pas servir. Ils ne veulent travailler que dans de bonnes conditions, car ils ont été gâté par les parents et les grands-parents. Plusieurs apprennent le français afin de se trouver un travail payant dans les grandes entreprises.

Sa fille de 10 ans est en 5e année primaire. Elle arrive à l'école pour 07h30 avec son petit déjeuner qu'elle mange a l'école. À midi, elle mange dans sa classe. À l'exception de la musique, ce sont les professeurs qui changent de classe. Les élèves font la sieste pendant 1h30 après le dîner. Une semaine, ce sont les filles qui se couchent sur la table et les garçons dorment assis sur leur chaise. La semaine d’après, c'est l'inverse. L'école reprend pour terminer à 17h00. Ensuite, l’élève rentre à la maison avec beaucoup de devoirs. Les parents assistent leur enfant. Si les devoirs laissent à désirer, l’élève se fait chicaner et souvent les parents aussi. Les parents ou les grands-parents vont chercher les enfants à l'école. Il n'y a pas d'autobus pour les écoliers, ni au privé, non plus.

Le système SMS permet aux parents de signer les devoirs à distance, même dans les campagnes. Dans les crèches (garderies), il y a des caméras afin que les parents surveillent leur enfant unique qu'il soit traité comme un empereur.

Maison de jade

Nous arrêtons à la manufacture Xian Tinjiang qui fabrique des bijoux en jade. J'achète le pendant porte-bonheur qui est le cercle ainsi qu'un bracelet en jade. Toutes les femmes ont acheté quelque chose. En vérifiant les prix, à chaque fois, nous avons fait une bonne affaire. Avant-hier, mes éventails que j'ai payé 100 yuans, ici l'éventail se vendait 258 yuans.

Nous sommes bien conseillé par nos guides et l'itinéraire de Voyage Circuit Oriental choisit bien les endroits ou nous pouvons acheter différentes qualités de produit, au même endroit.

Musée des soldats de terre cuite

Nous sommes accueillis au Musée Provincial par les cerisiers en fleurs, comme a Washington au printemps. Voyage que j'ai fait avec Pascal et mes sœurs Marie-Pier, Marie et Lisette. Que de beaux souvenirs! Je pense a vous trois mes sœurs...

Ce musée montre comment les statues furent construites, et les secteurs se succèdent: laque, céramiques, bronzes, soie, etc. Il est complet. Dans l'autobus, avant d'arriver au Musée, Marguerite nous résume un peu l'histoire du premier empereur qui a débuté la dynastie Qin. Ça se passe en 259 avant J.-Christ. Il a commence son règne d'empereur à l'âge de 13 ans. Il prend le pouvoir a 19 ans en tant que guerrier. Il fut empereur des 7 grandes provinces de Chine qui forment son royaume. Lorsqu'il tombe malade, il confie ses pouvoirs à la reine-mère et à un ministre. Il a accompli de grandes réalisations: standardiser les mesures de poids, l'écriture pour que tout le monde puisse lui obéir, la monnaie. Il a construit la première autoroute afin de pouvoir se rendre dans ses territoires, faire la guerre mais aussi relier ses royaumes. En tout, 9 routes nationales furent construite sur 2000 km. Il a aussi standardiser les routes et les grosseurs des roues.

C'est aussi lui qui aurait construit la muraille de Chine. 1/3 de la population a travaillé sur ce titanesque projet et des centaines de milliers en sont morts. Juste pour la construction de son tombeau, 500 000 personnes ont travaillé, pendant 38 ans, afin d'assurer sa sécurité dans l'autre vie.

Il a fait installer un nombre incalculable de bougies fabriquées avec de la graisse humaine, car il croyait, qu'elles brûleraient pendant 100 ans. Ici, le mot cruel prend tout son sens. Plusieurs concubines furent enterrées vivantes pour être avec lui. Il en avait environ 3000. J'ai calculé, qu'il s'est marié tous les jours, pendant 10 ans.

La monnaie chinoise est ronde percée a son centre par un carré qui représente l'harmonie du ciel et de la terre. Cet empereur est mort en 210 av. J.-C, à l'âge de 49 ans. Un de ses fils a assassiné son frère afin de prendre le pouvoir. Il n'a pas fait long feu, car il était, disait-on, stupide. Il fut quand même le 2e empereur.

Le 3e empereur a instauré la Route de la Soie qui passait par l'Afghanistan, l'Iran, l'Inde, la Grèce et Rome.

Cette dynastie a régné pendant 15 ans. Ici, les calculs ne fonctionnent plus. Il me faudra vérifier le nombre d'année du règne de cette dynastie. Elle a mis trop d'argent pour les routes et les guerres. En plus, ces empereurs étaient cruels.

La découverte des soldats

Maintenant, les soldats en terre cuite, terracotta. En 1973, 4 paysans creusent le sol pour trouver de l'eau, environ 3 mètres. Ils touchent des briques qui sont plus grandes que celles d'aujourd'hui et la terre est rouge. Ils arrêtent de creuser car ils ont peur et ils ne veulent pas déranger les dieux. Le chef du village avise le gouvernement. L'ingénieur hydraulique fait creuser jusqu’à 6 mètres et trouve les morceaux des soldats. C'est le début de cette découverte qui fera le tour du monde.

Marguerite nous explique a l'aide du livre "Un monde de rêve" qui décrit bien les 2 chariots reconstitués qui font partie de la 3e section de la visite. Il a fallu remonter les 3000 pièces en bronze pour donner une nouvelle vie a ces chariots. Sur les quatre chevaux qui tiraient ces chariots, deux ne sont jamais sortis de Chine.

Présentement, nous pouvons visiter 3 sites qui représentent le 1/10 des fosses excavées jusqu'a aujourd'hui. À chaque année, les archéologues du monde entier (UNESCO) annoncent leurs découvertes. Ils ont trouvé des acrobates, danseuses, serveurs, animaux qui ne sont pas montrés au public.

L'état a donné 60 yuans a chaque paysan, ce qui représentait pour eux, en 1973, une fortune, soit l'équivalent d'un an de salaire. Pascal et moi avons une photo prise avec le paysan survivant, M. Yan. Il charge 20 yuans pour les photos. Il autographie aussi le livre mentionné ci-dessus, ce qui lui donne 1 yuan, a chaque fois. En comparaison, il y a 40 ans, le petit pain chinois coûtait 5 centimes. Aujourd'hui, on le paie 1,5 yuan.

L'autoroute que nous avons emprunté pour nous rendre sur le site des soldats en terre cuite fut construite en 1973, pour permettre de les visiter.

Au dîner, j'ai acheté 6 porte-clés tellement mignons, que j'en ai racheté 6 autres que j'ai donné à Pascal afin qu'il puisse les distribuer a sa guise. Naturellement, ils représentent l'empereur, son chariot, son général et son officier. Je me suis offert 2 statues : empereur et l'archer que je favorise, encore plus que l'empereur.

Les trois sites que nous avons visités sont en premier l'armée, la 2e l'excavation des animaux et la 3e, les chariots. Au total, il y aurait 220 fosses et 20 seulement furent exploitées.

Nous quittons le site pour nous rendre en ville tout de suite, afin d'éviter la circulation. Pascal et moi prenons naturellement un café chez Starbuck. La Tour de la Cloche et la Tour du Tambour: pas d'explication, pas de photo pour moi.

Nous repassons devant la porte de l'Est des Remparts où nous avons marché 2 heures hier.

Notre souper de 9 ou 10 variétés de raviolis chinois précède le spectacle. Ces raviolis que l'on sert de toutes sortes de façons, fourrés à la viande, aux fruits de mer, au poisson, aux légumes, salés, sucrés, épicés, chauds, froids, de toutes les formes et de quelques couleurs différentes. Ce repas constitue autant un délice pour la bouche que pour les yeux.

Le souper - spectacle au Théâtre Tang Dynasty se déroule dans une grande salle étagée pouvant accueillir quelques 650 convives. On assiste à un spectacle de musique et de danse traditionnelle chinoise. Plus de 100 danseurs et une trentaine de musiciens font revivre le riche héritage culturel chinois, particulièrement sous la dynastie Tang, qui amena une grande prospérité au pays. Les costumes des artistes sont magnifiques.

Ce théâtre est aménagé dans une annexe de l'hôtel. Le spectacle est un amalgame d'opéra, de danses, de chants et de pièces musicales qu'on donnait a la cour de la dynastie du VIIe au Xe siècles. Même si nous n'y connaissons pas grand chose à la cette culture, la splendeur des costumes est superbe.

Il est déjà minuit! À demain!


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 42 sur le blogue de Pascal.


 

jour41_guilin-xi'an13 mars 2013

Après les bambous poilus de Guilin, nous voici à Xi'an qu'on prononce "Chiannnnne". Hier, nous avons eu l'occasion de pratiquer ce mot "chiant": à la descende de l'avion, l'autobus qui nous conduit jusqu'à l’hôtel, crie tellement au niveau mécanique, que nous avons de la difficulté à entendre les explications de Marguerite, Mme Lee. Je demande si nous aurons cet autobus demain: ben oui madame!

Deuxième "chiant", l'obligation de marcher sur les remparts pendant 50 minutes. La vue est magnifique, c'est certain, mais nous sommes tellement habitués de rouler, que nous trouvons le temps un peu long, mais, ne voulant pas être chiant, nous acceptons cette offre.

Ça devient un plus "chiant" lorsqu'il nous faut marcher pendant 2 heures pour nous rendre à pied au resto, pour le souper. Malgré tout, nous avons la chance de marcher parmi les vrais chinois, dans un décor urbain rempli de gens chinois qui y vivent au quotidien. Nous avons vu des gens marcher sur des galets qui massent les pieds lorsque les chinois s'y promènent en "pied de bas". Un peu plus loin, une dame se masse le dos et le ventre (j'en aurais besoin) afin d'assouplir son corps. Juste derrière elle, un vieil homme en chaise roulante se dépose sur le banc et se masse le bas du dos. Tout ça, en public, devant tout le monde. Un peu plus loin, une dame se masse les épaules et le cou sur un cercle qui semble en pierre. Des photos montreront ces suggestions que je ferai au maire Labeaume, une fois revenue a Québec... 🙂

Fondue chinoise!

La récompense de nos petites frustrations fut de déguster une fondue chinoise, en Chine, près d'un autre groupe québécois de Sinorama. J'imagine nos amis Francine et Raynald, ici en Chine, l'an passé! Les plats se sont succédé durant le souper qui a duré de l'apéro de 17h00 jusqu'a la fin du repas bien arrosé de 4 bouteilles de merlot chilien et de 4 grosses bouteilles de bière: nous sommes 8 quand même! Nous sommes arrivés les premiers et nous sommes sortis les derniers.

Pascal et moi, nous considérons que nous sommes chanceux d'avoir "tombé" dans un groupe aussi intéressant, plein de connaissances, qui aime s'amuser et rire!

Je reviens un peu sur ma journée!

Tian veut dire paix de l'Ouest dans la province de Shanzi. Il y a eut 20 dynasties au total donnant 5000 ans d'histoire.

Ethnie Yao

Lorsque nous sommes montés dans les rizières en terrasse, j'ai oublié de dire que j'ai vu quelques femmes de l'ethnie Yao. Ce sont les femmes possédant les plus long cheveux au monde (1.5 m en moyenne). Ainsi, le village Huangluo Yao est appelé « le village aux cheveux longs». La femme qui a les plus long cheveux du village a une chevelure de 1.9 m. Cette particularité a permis aux femmes Yao de rentrer dans le livre des Guinness : «le groupe de femmes avec les plus long cheveux au monde ! »

Ces coiffures originales ressemblent à un chapeau de fourrure stylisé. Celles que j'ai vu étaient d'un certain age, pour ne pas dire d'un age certain. J'ai l'impression que cette coutume risque de se perdre avec le temps, car les jeunes vont vivre en ville et mettent de coté ces modes de vie. L'avenir le dira bien.

J'ai perdu la balance de mon texte!


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 41 sur le blogue de Pascal.