Skip to content

22 janvier 2015 - Dimanche

Ne m’endormant plus à 02h00, Pascal se réveille et dit que je peux lire; ça ne le dérange vraiment pas.  Je continue d’apprécier la présence littéraire de monsieur Daudet.  Quel artiste des mots!

Nous prenons un petit déjeuner délicieux : café capuccino, fruits frais, rôties françaises servies avec beurre et confitures maison. Le chef cuisinier est allé réveiller l’employé de la réception qui dort dans le bureau.  C’est sa nuit de garde.  C’est aussi lui qui nous sert notre petit déjeuner tout en jasant, non, en posant un tas de question sur le Québec.  Comme il dit si bien, d’habitude les canadiens parlent anglais. En voyant notre questionnement au sujet du retard de Bluewater Safaris Express, il appelle à leur bureau.  Tiens, il arrive! Pourboire au jeune homme, bye bye dans un sourire si caractéristique au balinais.

Un jeune couple habitant l’Ohio s’y trouve déjà ainsi qu’une femme seule.  Le couple parle hollandais entre eux.  On échange un peu, et chacun entre dans sa bulle.  Ils descendront au premier arrêt sur l’île de Trawangan, une des trois Gilies.

Nous attendons dans une gare navale (si on peut dire) à l’abri du soleil.  Il fait déjà 28o C à 07 :15 au port de Sanur.  Je m’informe de la durée de la traversée : 2h30.  La carte de Serinata est bien pratique afin de regarder le trajet que nous allons parcourir.  Nous marchons jusqu’au quai afin de monter dans cet express. En montant, je salue les membres de l’équipage par un beau « Selamat pagi » qui, dans l’espace de 3 secondes, résonne en cœur « Selamat pagi » madame.  Plus de Hello ou de good morning, seulement Selamat Pagi en cœur et un sourire fendu jusqu’aux oreilles.  Vive les balinais(es).

Deux rangées de 10 bancs doubles nous permettent un certain confort.  La plupart des passagers monteront sur le deck et s’associeront par terre.  Je préfère le confort de l’intérieur.  La première portion du voyage, i.e. de Sanur (Bali) à Padang Bai (Bali) prend environ ¾ d’heure.

Il y a un "guide Lombok" en anglais que je lis de la première à la dernière page.  Il faut dire que la moitié est occupée par de la publicité dont une bonne douzaine de pages payées par le Puri Mas Hotel où nous séjournerons 8 nuits, du 22 février au 1er mars. Ana a opté pour cet hôtel 5 étoiles afin que nous soyons vraiment confortables après avoir vécus un peu de tout durant les 5 dernières semaines : 1 étoile par semaine est bien méritée.

  • J’apprends qu’il y a trois grandes villes sur l’Île :dont  Mataram et Kuta et que nous habiterons dans le secteur touristique deluxe de Senggigi, mais le Puri Mas Beach Resort se trouve sur la plage Kerandangan, nom du petit village à 2 km du Resort et que l'adresse du Spa est à Mangsit Beach, un autre petit village Sasak
  • Que nous payerons 45 000 IDR (4,50$) chacun pour la taxe d’aéroport.
  • Qu’au Holiday Resort près du Puri Mas, on peut manger au buffet chinois pour 18,50$ canadien
  • Que de notre hôtel est à 1h00 de route de l’aéroport
  • Que la rue principale se nomme Jalan Raya Sanggigi
  • De prendre des photos au coucher de soleil face au volcan Agun vue de notre hôtel
  • Que le secteur touristique de bord de mer s’étale sur 10 km dont une bonne partie en plage encerclée par une baie
  • Que le Nouvel An chinois quitte l’année du cheval qui était très noble pour entrer dans celle du mouton. On prédit qu’il y aura moins de naissance en Chine, car les Chinois ne veulent pas de moutons comme énergie annuelle de leur bébé
  • Que le samedi soir est celui de la dégustation de Paëlla pour 25$ US chacun
  • Que je vais pouvoir acheter des perles produites au sud de l’île vers Kuta

Le 2e arrêt où presque tout le monde descend : Gili Trawangan.  On se demande bien pourquoi il y a une foule si nombreuse qui attend sur la plage afin de monter dans les différents types de bateau qui sont amarrés là afin de les ramener à Bali.  Nous y sommes restés un bon 20 minutes.  Je salue la petite famille hollandaise ou allemande qui débarque et que je trouve bien sympathique.

Nous quittons le détroit de Lombok pour déboucher dans la mer de Bali.  Ça brasse un peu plus.  Il nous faut fermer toutes les fenêtres donnant à l’ouest car les éclats d’eau propulsés par le bateau montent jusqu’au milieu de la fenêtre nous cachant une bonne partie du paysage.  C’est moins important car c’est la mer à perte de vue, et ce, de tous les côtés.

10 minutes à peine, le 3e arrêt, le nôtre, à Teluk Kodek. Moustika nous attend avec le chauffeur Asam tous les deux mi-vingtaine. Ce guide aimerait bien, qu’une fois reposés, nous prenions un ou deux tours car il y a tellement à visiter sur l’île de Lombok : village des Sasak (les seuls autochtones que nous n’avons plus le goût de visiter), le volcan Rinjani qui s’élève à 3 700 mètres (on n’a plus le goût d’en photographier), faire du snorkeling (on ne veut rien savoir), voir les coraux (ah! oui, bon) etc.  Nous restons polis en disant que nous allons y penser. Et nous pensons bien rester tranquilles. Pascal a payé un surplus pour s’assurer que notre chambre sera assez spacieuse et confortable pour y passer ces huit jours.

Un peu d’histoire quand même…

Au 16e siècle, Lombok était gouverné par le royaume de Karangasem à l’est de Bali  (monarchie).  Il habite la ville de Cakranegara.  En raison de la conquête de Bali sur le peuple Sasak autochtone, une grande partie de Lombok a marqué l’histoire balinaise et son patrimoine culturel, en particulier autour de la ville de Mataram.

Mais, avant même l’arrivée des Balinais, un prêtre islamique à partir de Java, connue sous le nom de Sunan Giri qui avait déjà converti une grande partie de la population locale Sasak à l’islam, et qui jusqu’à aujourd’hui, se conforme à ce qu’on appelle Telu Wektu – ou trois fois pour les prières quotidiennes, qui diffèrent des 5 prières obligatoires dans l’Islam.  Wektu Telu est une religion unique professée par le peuple Sasak de Lombok qui allie l’islam avec les vieilles traditions et les croyances ancestrales.

La majorité Sasak est donc musulmane à environ 75%, une minorité hindoue balinaise, ainsi que de plus petits nombres de Chinois, Javanais, Bugis et Arabes cohabitent sur l’île.

Et naturellement, l’histoire de Lombok se mêle à celle de l’Indonésie : 1943 à 1945 : les Japonais, ensuite la rébellion du peuple pour obtenir leur indépendance, les Hollandais qui veulent revenir garder leur culture coloniale…

Moustika dit que la moitié des îles sont sans habitant, donc, des îles pour ceux qui veulent jouer au Robinson Crusoe.

Hier, les habitants de Lombok ont vécu un mini cyclone.  Des branches et des arbres jonchent le sol tout le long de la route qui nous amène au Puri Mas.  Durant les derniers jours, il n’y avait plus de transport par bateau à cause du danger à naviguer sur les fortes vagues.  Ça pourrait expliquer la présence de tous ces gens que nous avons vus en attente de retourner à Bali.  Que nous sommes chanceux, encore une fois!

Moustika nous dit que la compagnie aérienne LION surbooke. Sur 120 vols, 99 vols partiront en réalité.  Les autres avions étant en réparation ou hors service.  Ils ont tellement eu de délais, que les gens ont contestés obligeant la police à leur donner des amendes pour non respect des réservations.  Vive Garuda.  Un peu plus cher, mais plus de qualité offerte.  Sur tous les vols que nous avons pris, il y a toujours eu soit une collation, soit un repas complet.  Il y a longtemps que nous n’avons plus ça sur nos vols d’une heure ou deux de temps en distance.

Maintenant, nous voici arrivés au Puri Mas Hotel

La chambre 11 nous est allouée après 2 heures d’attente durant lesquelles un cocktail de bienvenu nous a été servi, suivi un nasi goreng partagé entre nous deux que nous payons.  Il fait drôlement chaud.  La brise qui vient de la mer de Bali est rafraîchissante.  Nous avons choisi une table sur la terrasse qui surplombe la mer.  Tout à coup! Une vague nous averti qu’elle risque de revenir.  Mais non! Quelques 15 minutes après, une autre vague, mais celle-ci nous annonce clairement que nous devons changer de table.  Tout est mouillé, nous inclus! Allez, dépêchons!

Jack Jackson nous diverti avec les chansons de son premier album que Vicky m’a copié il y a quelques années.  Je l’écoute quelquefois durant l’année.  J’aime moins ses autres parutions.  Sans doute sentimentale la madame! Mais ici, il prend une forme de réconfort, de nostalgie, de pensées vers Québec, Montréal et le Lac St-Jean où habitent les gens que j’aime. Ouf!

Maintenant la saga de la chambre 11 (mon chiffre d’année universelle).  Pascal est resté au restaurant car son sac est extrêmement lourd avec ses 6, 7 ou 8 bières, je ne sais plus!  Alors, je me rends à la réception, car on nous a dit que la chambre serait prête pour 14h00.  Tapant!

Je m’identifie, je crois avec trop de conviction, car un homme avachi sur le bureau de la réception répète tout ce que je dis.  Je regarde les employés qui sont un peu gênés.  L’homme se redresse passe devant moi sans me regarder.  Je lui demande en anglais : Qui êtes-vous, vous?  Je suis un chauffeur.  Et il commence à m’expliquer ce qu'il fait.  Ses yeux injectés de sang me laisse douter de sa capacité à conduire aujourd'hui.  Je détourne le regard et le dos afin de m’adresser aux employés.  Ils sont super gentils et l’homme continue son chemin en maugréant. Je n’ai rien à foudre avec une personne si mal élevée.  On me donne la chambre 11.  Elle est super spacieuse.  Mais elle est bruyante.  Je vais chercher Pascal afin qu’il vienne constater sans lui dire que je la trouve bruyante.

Nous plaçons nos affaires et après quelques vingt minutes, Pascal trouve que c’est bruyant.  Le petit cottage est juste en face de la réception et la route passe derrière.  On s’entend que c’est Pascal qui va parler, car nous sommes dans une région musulmane où la femme ne compte pas beaucoup.  Et ça marche!!!! Les deux employés vont voir le gérant qui revient en nous disant qu’il va nous donner une villa sans frais supplémentaire vu que nous restons 8 jours.  Nous voulons voir avant de décider.

Une petite piscine extérieure ainsi qu’une terrasse/séjour servent de points d’entrée agrandi notre territoire! Une porte patio fait partie d’un mur en verre.  Lit à baldaquin pour retenir les filets moustiquaire, des meubles super garnissent le mur en face du lit où une télé est insérée.  Une autre pièce fermée avec des portes en verre opaque vert pâle s’ouvre sur une baignoire encastrée et encadrée d’un côté, d’une douche et de l’autre la toilette.  Un walk-in se trouve au bout pour entreposer nos 3 valises.  Une semaine dans ce petit paradis.  Nous pourrons prendre le soleil ici à notre terrasse privée.  On pourra se baigner dans notre mini piscine juste assez tempérée pour nous rafraîchir.  Quelle belle vie!

Un autre jour, avant de manger, je pourrai réserver l'un des deux ou trois boudoirs/lits à baldaquins surplombant la plage, en buvant un des cocktails maison à consommer en écoutant les vagues.  En lisant le menu ce midi, j’ai constaté que c'est une restauration particulièrement bonne et adaptée à toutes les nationalités: on peut certes manger indonésien, mais également italien avec pizzas et pâtes, américain, avec des hamburgers.  La bouteille de vin la moins chère double au moins l'addition, comme partout en Indonésie.

À chaque voyage que nous avons fait, nous avons expérimenté un cadeau au niveau de la qualité de la chambre, comme celle octroyée en une suite en Australie parce qu’il n’avait plus de chambre deluxe.  Je crois que cette fois-ci, c’est parce que Pascal est venu avec moi pour dire que c’était trop bruyant.  Il s’est assis et a attendu à la réception.  Je l’accompagnais sans dire un  mot.  Nous sommes sur une île musulmane, il ne faut pas l’oublier. Que se soit le gérant, lui-même qui vienne nous montrer la chambre en disant qu’il ne nous en coûterait pas plus cher que la deluxe, prouve que la présence masculine, dans certain cas, est nécessaire et appréciée.

Un panier de fruits nous est apporté en signe de bienvenu! Super! Notre souper qui vient d'arriver, car nous avons manger des arachides balinaises vers 16h00.  Délicieuse combinaison pour notre repas ce soir.

Nous arrivons de prendre les photos du coucher de soleil en jasant avec les pêcheurs et leurs familles.  Les enfants se baignent dans des cris et des rires, comme à tous les soirs.  Un pêcheur tente le poisson du bout de sa ligne, les vendeuses veulent me revoir demain, et Sok veut me vendre des perles de Lambok.  À suivre!

Nous avons commander un Rijsttafel (table de riz) qui est un met importer des néerlandais.  Il s'agit d'un ensemble de mets servis dans des plats individuels dont la variété peut changer selon le goût ou la demande du client.  Il s'agit de préparations indonésiennes de légumes, de viande, de poisson, d'œufs, de volaille faisant la ronde autour d'une montagne de riz, agrémentées de krupuk (chips de crevettes), de banane, de piments, de cacahuètes, de concombre mariné. Je reviendrai sur cette description, selon ce que nous avons choisi pour ce soir.  Nous avons opté pour le numéro un! Nous espérons que ce mets sera digne de porter ce nom. Ce sujet aussi est à suivre!

J’entre dans notre nouveau paradis entourée de fleurs, d’encens au jasmin et la tête pleine de mots, d’images et de musique.

Bonne nuit! Il est quand même 21h00. xxx

13 février 2015 – vendredi – Denpasar à Lubuanbajo à Ende à Moni

Voici mon blogue pour les trois jours sans WiFi.  Photos à l'appui.

Lever très tôt pour prendre notre vol Garuda qui nous amène dans une autre province de l’Indonésie, l’Île de Flores.  J’ai aussi réussi un retrait RBC à partir de l’aéroport où nous pouvons retirer de petits montants comparés aux guichets en ville. Bon à savoir pour les prochaines fois.  Car, ainsi je paie les frais deux fois vu que je fais deux retraits! Zut!

Un petit mot pour dire que nous n’avons eut aucun problème avec la copie seulement de notre passeport à l’aéroport.  Je réalise que c’est seulement pour valider l’exactitude des nom et prénom de la personne.  Youpi!

Nous faisons la connaissance d’Andrean notre guide pour le temps que nous sommes à Flores et le chauffeur, son beau-frère Denis.  Nous sommes partis en Toyota sous une chaleur de 34oC.  Le soleil nous accueille, mais ici c’est comme à Sulawesi, il pleut une heure et ensuite le soleil revient.

Notre guide nous parle de 3,5 millions d’habitants sur l’Île alors que j’ai lu, 1,5 à 2 millions.  L’agriculture se classe bonne première en matière de revenu.  Le tourisme semble se classer bon dernier dans la liste qu’il nous défile.

Pascal fait une tentative afin de lui laisser savoir que nous sommes en pays de connaissance et afin d’éviter qu’il nous répète ce que nous avons entendu depuis les trois dernières semaines.  Andrea semble le prendre un peu personnel en disant qu’il existe en Indonésie une culture pluraliste.  Tout est bien différent d’une île à l’autre.  Pascal n’insiste pas.  Nous en parlons un peu et nous poserons les questions à mesure que nous en aurons et on verra bien! Il nous trouve chanceux car le soleil est apparu aujourd’hui après quelques jours de pluie consécutifs.

Les habitants de l’île sont à 90% catholique dû à la venue des Portugais au 16e siècle.  Il règne une diversité culturelle inégalée en Indonésie. À l'est de Bali, où l'hindouisme prédomine, les îles de Lombok et de Sumatra sont majoritairement peuplées de musulmans, l'île de Flores, de catholiques, et enfin Sulawesi de chrétiens chez les Toraja et musulman pour la balance de la population de cette île.  Timor et les archipels de Solor et d'Alor sont protestants. Partout, les rites animistes et les traditions ancestrales perdurent, entre minarets, temples et chapelles. Si le bahasa indonesia en est la langue commune, chacune de ces îles possède au moins une langue locale, qui se décline souvent en différents dialectes. C’est le cas à Flores.

Je pense qu’Andréan est musulman juste par son attitude en général.  Il n’ouvre pas la porte comme le chauffeur le fait et il est légèrement distant lorsque je pose des questions.  Je sens soit une gêne, soit une retenue, un-je-ne-sais-quoi!  Bon! Préjugé quand tu me tiens! Bon!

La dernière éruption des volcans que nous voyons sur une presqu’île, côte à côte à Ende, fut en 1952.

Nous faisons connaissance avec le macadonia (à vérifier), un arbre qui produit de l’huile à partir de ??.  Le pananus (à vérifier aussi) est un assemblage de feuilles allongées avec lesquelles on fait des nattes très belles.  Nous sommes dans un coin où l’artisanat est une source de revenu important et je dirais même principal, comme dans le temps de nos mères et surtout grands-mères.

Andrea veut nous montrer la gousse de cacao, donc je saute du véhicule, le pied dans une bouse d’animal grosse comme 4 pamplemousses collés et très frais.  Merde! De  merde! Vite les Crocs dans la petite rivière qui coule et le côté du pied aussi.  Après le nettoyage en règle, j’admire la gousse de cacao qui sent si bon.

Les européens et les russes sont les principaux touristes qui viennent visiter Flores.  Peu d’américains, de japonais et encore moins de canadiens.  On se rend vite compte qu’en gros, il n’y a qu’une route : la Trans Flores.  Tout le monde l’emprunte.  C’est en fait l’unique route vraiment carrossable qui traverse la province d’est en ouest sur une longueur de 750 km.

On distingues deux arcs : l’arc du nord commence à l’est de Bali avec l’île Lombok (Lombok, Florès, Sumbawa, l'archipel de Solor et Alor) d'origine volcanique, et pour se terminer à l’extrême est avec l’île de Timor qui est l’arc du sud (Sumba, Roti, Sabu et Timor) plus petit et surtout formé de roches sédimentaires et dont le volcanisme plus ancien est inactif de nos jours.

Ici, je désire expliquer la différence entre le 375 km d’est à l’ouest de l’île et le 750 km. Florès s'étend sur 375 km de long et 12 à 70 km de large, l'axe routier qui traverse l'île d'est en ouest serpente, tourne, monte et descend sur près de 750 km. Elle est bordée au nord par la mer de Florès et au sud par celle de Sawu.  Le relief de l'île est assez tourmenté et recouvert par une abondante végétation tropicale. Une douzaines de volcan dont l'activité sismique reste importante sont parsemés le long de l'île. Les volcans les plus importants sont : Egon, Kelimutu, Iya, Ebulobo, Ranakah, Inierie et l'Inielika.

 

Nous arrêtons à un petit marché local où madame, madame, acheter… mais voilà, c’est surtout pour permettre à Andréa de fumer une bonne cigarette.

 

Vu qu’il a commencé à pleuvoir en montagne, les élèves masculins qui reviennent de l’école ont enlevé leurs vêtements d’écolier et sont en bobettes pour rentrer à la maison.  C’est un jeu pour eux.  Nous les entendons rire de bon cœur.  Ils nous envoient la main en criant.

 

Le visage des gens est assez noir et leur nez est plat comme celui des noirs.  Il faut dire que Moluques et la Papouasie sont les voisins de Flores et ça paraît sur les traits de leur visage.

 

Nous prendrons nos trois repas à l’Eco Lodge.  Nous alternons entre spaghettis et indonésien.  Ça fait du bien de manger autre chose qui goutte un peu chez-nous.

 

La dame qui semble responsable de la cuisine, Rita, me demande mon âge.  Ensuite, je lui demande le sien.  Je lui donne un bon 55 ans.  Elle n’a que 42 ans.  Ma Vicky tu fais jeune pas à peu près! Elle me raconte que son beau-frère de 25 ans est décédé il y a 3 ans.  Il buvait beaucoup et il fumait aussi beaucoup

La phrase de Benoîte Groult s’applique ici : « La vieillesse est si longue qu’il ne faut pas la commencer trop tôt ».

Andrean vérifie notre programme.  Il ne semble pas trop savoir ce qu’on nous a proposé.  En vérité, nous non plus.  Cet itinéraire est le plus flou du voyage.  Nous découvrirons au jour le jour ce que Flores veut bien nous montrer à travers Andréa. Ici, les gens parlent bahasa leo ou lio.

 

De Jopu, je retiens les chemins les plus mauvais empruntés depuis le début du voyage, les éboulis sur les routes, les belles vaches de couleur caramel au derrière beige et la fameuse maison du maire que nous ne pouvons visiter, mais photographier.  Le Michelin coterait ce site une étoile, je pense.  Moi aussi! Mais c’est une belle randonnée de samedi à Flores en pleine jungle.  Par contre, un banian magnifique fait face à la maison du maire et chef du village automatiquement.

Premier journée et nuit sans entendre le chant du coq! Curieusement, nous sommes sur une île sauvage, inexploitée et encore très naturelle, sans trop de tourisme, et pas de chant de coq! Quelle surprise étonnante.

Voilà en résumé ma journée à Flores, la sauvage, la vierge et l'indomptée ! La chambre est tellement petite qu’il faut me tasser pour laisser passer Pascal derrière la chaise.  Les deux lits occupent l'espace principal.  Un petit bureau sur lequel le pot de fleurs plein d’eau s’est renversé ainsi qu’un verre d’eau à moitié plein ou vide, qu’importe, le bureau est à la flotte aujourd’hui.

Bizzzz xxx

 

23 janvier 2015 - vendredi à l'Hôtel FM7 à Medan, Sumatra

Ce matin, un petit clin d'oeil du Québec. Au FM7, sur notre chemin vers la réception, des sièges coquilles ornent une pièce. Ils sont semblables à ceux de l'émission "C'est juste de la télé" où la journaliste regarde une émission afin de donner son opinion.

Nous quittons l'île de Java qui ressemble, vue d'en haut, à une passoire dont les filets sont composés de rizières qui longent même la piste d'atterrissage.

Nous sommes en route vers Medan (Sumatra) par un départ vers 10h40 afin d'atterrir à Kusianamu (nouvel aéroport ouvert depuis seulement un an) avec la compagnie aérienne Garuda (monture de Vishnu dans l'hindouisme).

La route étroite qui nous relie à l'aéroport sur laquelle deux voitures seulement peuvent trouver place, laisse s'insérer les motos qui semblent plus pressées à se rendre à destination.

Ce matin, je me demande encore, si ce sont des dauphins ou autres mammifères marins que j'ai vu au large des côtes de Java?

Le soleil vient de se coucher sur Medan. Je suis fourbue et le décalage horaire joue encore un peu sur mon désir de sommeil.

Par où commencer? Quelle journée remplie d'une multitude de visages, de sons, d'odeur d'épices, de rires d'enfants et de klaxons d'impatience de la part des chauffeurs indonésiens. Mais quelle sensation merveilleuse de dépaysement total. J'aime l'Asie dans ses différences.

Je m'endors trop! Après un repas de diversités culinaires au Kitchen de notre hôtel, je me couche en espérant avoir le temps de repasser ma journée dans ma tête et dans mon coeur. J'ai bien peur de ne pas réussir cet exploit!

Sumatra! Juste un peu d'info sur cette île d'Indonésie. 40 millions d'habitants, d'une longueur de 1800 km et largeur de 400 km, la plus grande ville: Medan (environ 2 millions d’habitants) où nous couchons ce soir.

Sumatra est l’une des quatre îles de la Sonde, avec Java, Sulawesi et Bornéo. La majorité des habitants de Sumatra sont musulmans (90%). Les Batak sont chrétiens protestants et le reste du peuple est partagé entre l'hindouisme, le bouddhisme, le catholicisme, et la croyance traditionnelle chinoise.

Du côté température, Sumatra est située au nord de Java sur l'Équateur. Elle est la sixième plus grande île au monde, avec ses 443 065 km², et la troisième de l'archipel indonésien.

Nous avons pu constater que son architecture évoque l'art islamique et l'époque coloniale à la fois, confirmé par Effendy, notre guide originaire de la région de Toba. Ses origines sont Batak, donc il est autochtone indonésien.

L'île est formée d'une longue chaîne de montagnes, parmi lesquelles un grand nombre sont des volcans. Il y en a 90, dont une quinzaine sont encore en activité.
Fidèle à la tradition de pluralité ethnique indonésienne, Sumatra rassemble une mosaïque de peuples : des musulmans fervents d'Aceh aux Batak chrétiens, peuple d’anciens chasseurs de tête et cannibales en passant par la société musulmane matrilinéaire (La famille matrilinéaire est un système de filiation dans lequel chacun relève du lignage de sa mère. Cela signifie que la transmission, par héritage, de la propriété, des noms de famille et titres passe par le lignage féminin) des Minangkabau de Padang et de Bukittinggi, ainsi que les populations indigènes de l'île de Nias et des îles Mentawai qui coexistent la plupart du temps en bonne intelligence, unis par un même amour et une même crainte de leur terre farouche.

Les éruptions volcaniques, tremblements de terre, inondations et tsunamis qui font régulièrement la « une » des journaux sont le prix à payer pour avoir le privilège de vivre dans cet écosystème particulièrement diversifié où des volcans bouillonnants montent la garde sur des lacs de cratère. La fertilité du sol se traduit partout par la présence d'une végétation luxuriante, refuge d'une faune abondante. La jungle abrite non seulement notre cousin à poil roux l'orang-outan, mais toutes sortes d'autres singes qui s'ébattent dans la canopée. Avec de la chance, on peut même apercevoir un tigre ou un timide rhinocéros de Sumatra.

Une autre attraction : les plages. Le caractère sismique et tempétueux du littoral entraîne la formation constante de rouleaux qui déferlent sur les rivages déserts, faisant de Sumatra l'un des plus beaux lieux isolés pour pratiquer le surf.

Je me suis inspirée d'articles que j'ai condensés afin d'éviter les répétitions.

Un dernier mot sur l'histoire et ses sultans. Hier, nous avons visité leur mosquée principale Masjid Raya, le palais du sultan construit fin 1800 où nous avons été les vedettes de l'après-midi. Un seul sourire suffisait pour déclencher, madame, madame, photos, photos. Incroyable! Pascal a embarqué dans ce délire de popularité et le guide s'est retiré afin de nous permettre de vivre ce plaisir de la reconnaissance de l'étranger en visite chez-eux.

Après avoir été dominée par le Sultan Ismail, Medan ne s’est réellement développée qu’à partir de la fin du XIXe siècle, à l’arrivée des colons hollandais venus dans la région pour créer des plantations de tabac. Elle devient alors rapidement le centre névralgique du commerce et des affaires politiques de la région ouest de l’Indonésie. Depuis, les nombreux bâtiments de l’époque coloniale ont plutôt tendance à être démolis pour construire des édifices plus modernes. C’est sans doute la faible activité touristique de la ville qui ne pousse pas les autorités à protéger son patrimoine historique.

Que de trésors démolis tout comme au Québec. Une chance que les anglais y ont vu, car nous les québécois, détruisions la pierre et le béton pour reconstruire avec du bois.

Fini le cours d'histoire, pour aujourd'hui tout au moins! Salutations à vous qui me lisez. Quel plaisir de partager ce quotidien avec des gens que j'aime. x x x