Skip to content

Le 25 février 2015 – mercredi déjà!!!

Hier en faisant un peu le tour de mon environnement, je réalise que le Puri Mas Boutique Resort & Spa est situé dans le village de pêcheurs de la baie de Mangsit.  Notre hôtel, le Puri Mas se trouve à la limite du secteur Mangsit et Kerandangan. L’adresse postale indique Mangsit Beach.

Mon bilan de ce voyage est composé de plus et de moins :

  • Diversité culturelle enrichissante de chaque île de l’Indonésie
  • L’omni présence des rizières sur chacune d’elle, son agriculture selon la région
  • Les ourangs-outans de Sumatra, Île Samosir et le lac Toba
  • Java : ses temples et ses volcans
  • Sulawesi : les surprenantes coutumes du peuple Toraja
  • Bali : mon enchanteresse. La gentillesse des gens, ses temples, ses volcans
  • L’efficacité de notre agente de voyage Ana qui a tout fait pour satisfaire nos demandes et d’y répondre rapidement. Elle est Catalane!
  • Itinéraire bien équilibré sans temps mort ou juste ce qu’il fallait compte tenu de condition physique et de notre âge
  • Hébergement, transport, guide/chauffeur : j’ai l’impression d’avoir fait 6 voyages bien différents l’un de l’autre
  • Coup de cœur: la gentillesse des Indonésiens, douceur et harmonie du pays malgré des problèmes liés au développement (circulation congestionnée dans les grandes villes et conditions routières)

Ce fut cinq semaine de randonnée, de bateau, ferry, canot, d’avion, de minivan, de jeep pour nous faire découvrir ce paradis qu’est l’Indonésie.  Ici, tout est combiné pour utiliser ce mot de « paradis » : le soleil, la chaleur souvent accompagnée d’une petite brise, les fleurs, les jardins à profusion, la nourriture épicée délicieuse, les hébergements de qualité et du personnel attentionné.

La journée s’achève et le soleil descend donnant des couleurs au coucher de soleil qui nous fait sortir nos caméras malgré les centaines de photos déjà captées d’un coucher de soleil. Cette journée s’est écoulée entre baignades, lecture, repas et balades alentour.  Que du bonheur!

Lorsque j’admire les coucher de soleil, ici à Mangsit, je pense à Jimbaran dont on dit qu’il est le Beverly Hills balinais; alors, Mangsit serait quoi, le Miami de Lombok! J’inverserais plutôt les définitions, car la région de Senggigi, tous les grands hôtels nichent au bord de l’eau sur le détroit de Lombok.  Une odeur d’encens flotte dans l’air.  Je cherche, je cherche et je viens de trouver.  Un aromatiseur naturel diffuse une essence au jasmin et parfume notre maisonnette.  Tous mes sens (entendons-nous) sont éveillés : ouïe, odorat et le sensitif.

Étant au paradis, le sarong devient notre tenue vestimentaire pour la journée.  Nous retrouvons le plaisir de se baigner en costume d’Adam et Ève.  Nous ne sommes que tous les deux après tout.  Vicky et Valérie, sautez ce paragraphe!

Maintenant, les moins :

  • Seule tache dans ce portrait idyllique : l’Indonésie est loin d’être une championne de l’environnement. Entre poubelles allègrement balancées à la mer et pêche à la dynamite ou au cyanure (illégales) qui ravagent encore des pans entiers de corail et autant d’espèces animales, mon cœur vert voit souvent rouge comme le dit si bien Rodolphe Lasnes
  • Naturellement, l’état des routes qu’une niveleuse pourrait égaliser de temps en temps

Il est 20h00, et il fait encore chaud.  Le soleil plombait aujourd’hui. Il n’y a pas que les lézards qui sont lents : moi aussi.

Nous revenons d’aller souper dans un petit bouiboui fort sympathique.  Le serveur et le chef nous préparent mon spaghettis carbonari aux fruits de mer (morceaux de calmar caoutchouc mais bon mini cubes de poissons) et Pascal, une pizza Molly, leur spécialité chez Molly. Nous attendons une heure et demie avant d’être servis.  Nous le savons, ici, tout est préparé au fur et à mesure.  Il nous est même arrivé qu’un aide cuisinier aille acheter ce qu’il fallait pour préparer notre repas.

Un peu de Daudet et hop ! au lit !  Bonne nuit de Lombok. xxx

 

12 février 2015 - Depensar pour le Visa de 09h15 à 12h10...Temple à Bedugul, marché local, rizières en terrasses UNESCO, Jardin botanique, Jatiluwih

Une des particularité de Bali, c'est comme ce matin, le nombre impressionnant de porteuses d’offrandes que l'on croise un peu partout sur la route, dans les temples, traversant les rizières. Un spectacle unique ! Nous descendons à Denpasar pour régler l'histoire de l'extension de nos visas.

Trois heures d'attente dans un local où les étrangers circulent remplis d'espoir qu'ils pourront "extensionner" leur visa, tout comme nous. Madi, l'ami de Serinata nous accueille au Ministère du Tourisme.  Connaissant notre chance, nous passerons rapidement pour débuter une autre journée de découverte dans les différences, surtout religieuse et culturelles, d'avec celles de l'Inde.

En route, nous apprenons que l'ancien palais du roi est habité par des membres de sa descendance familiale à Ubud.

Le met préféré des hindous balinais est le cochon rôti.  Je dis: "Le mechoui".  Non, non de répondre Serinata le babi guling.  Ici, très peu de végétarisme.  Bien différent de l'Inde.  Les repas sont pris en silence, ce qui fait, qu'il est vite expédié.  Le balinais mange soit devant la tv, soit dans la cuisine, soit dans le jardin car il n'y a pas de salle à manger ici.

Le marché local ouvre vers 03h00 jusqu'à 08h00 afin que les femmes aient le temps de préparer le repas du matin et du midi ainsi que les offrandes tellement importantes pour chaque famille.  C'est aussi pour s'assurer que toute la famille a le ventre plein avant de quitter la maison.

Les hommes fument très peu car c'est néfaste pour la santé.  Ils ne traînent pas non plus devant les devantures de magasin ou de boutiques alors que la femme travaille, comme on a pu voir dans les autres provinces.  Ici, les deux travaillent.  Il n'y a que très peu de chômage à Bali.

Harry Smith, célèbre peintre est venu enseigné l'art de la peinture à Bali.  La coutume se continue afin d'aider les artistes d'ici de se faire connaître par cet forme d'art.

Ici, le combat de coq est différent de celui qui se pratique dans les autres provinces d'Indonésie. Il fût un temps où  les combats de coq étaient fréquents et chaque village en organisait. Depuis 2005, ils ne peuvent de par la loi qu'avoir lieu lors de certaines importantes festivités religieuses, et cela encore que de manière très contrôlée.  Voici le rituel de préparation du coq pour le combat de sa vie.

Premièrement, le proprio lui fait prendre du soleil, tôt le matin.  Ensuite, il le nourrit bien, tous les jours.  Troisièmement, durant la journée, c'est le massage du coq pour renforcer ses pattes et ses muscles.  Le ring mesure 3 m x 3 m et il y a un arbitre qui compte jusqu'à trois pour le début du combat qui ne dure, en général, que 3 à 4 minutes.  Le reste du combat se déroule comme partout ailleurs.  Ici, c'est juste défendu de le faire en gageure.  Il n'y a pas de casino, pas de loterie non plus.

Le vélo est défendu de circuler dans la ville de Denpasar ainsi que les besak.  Les bemos sont très rares mais les taxis pilulent.  Bali est riche et ça se voit partout. Le tourisme amène une qualité supérieure à cette province où tout est un peu plus cher que dans les autres provinces.

Lorsque j'ai parlé, dans un blogue précédent, du cuisinier qui disait "pénis" au lieu de fish, bien voici l'explication.  Dans l'alphabet balinais, il n'y a pas de f ni de v.  Le f est remplacé par le b ou le p et le v est remplacé par le w.  Fish devient pish d'où le mot prononcé piiiish qui fut pour mon oreille orientale, pénis!  Aujourd'hui, Serinata dit jeuuune.  Pascal se demande bien de quoi il parle.  Il disait "jaune".  Une autre fois, il dit "sous" dans les champs.  Ben voyons, ça coûte des sous.  Non, il veut dire des "choux".  Bon!

Il y a 4 "suces" (choses) d'interdites lors du Nouvel an balinais - Nyepi depuis 1937 - jour férié obligatoire qui a lieu suite à la pleine lune du mois de mars: 1) défense de travailler, exception du personnel des hôpitaux, policiers et des hôtels. 2) L'électricité est fermé pour tout le monde à partir de 06h00, et ce, pour la journée. 3) Tout le monde reste à la maison.  Pas d'excursion pour le tourisme non plus. 4) Pas de télé, ni de radio ni de spectacle.

Ce matin, je remarque qu'il y a plusieurs petits vieux blancs avec de jeunes femmes balinaises. Je demande à Serinata si ce sont des américains.  Pas seulement: des australiens, des japonais et des européens.  Mais le contraire est vrai aussi: de jeunes balinais marient des femmes allemandes, japonaises, australiennes et européennes.   En général, elles demeurent à Bali, car "qui prend mari, prend pays" semble bien s'appliquer ici aussi.

Serinata nous énumère les 4 castes:  Brahmana, Satria, Wesia et Sudras. Voici le lien. Ici, le système de caste est beaucoup plus flexible que celui en Inde.  Mais, une loi reste immuable: si une fille de caste inférieure marie un homme de caste supérieure, alors change de caste et monte dans la hiérarchie de son mari.  Si un homme de caste inférieure marie une femme de caste supérieure, celle-ci descend dans la hiérarchie de son mari. C'est un peu comme nos autochtones.  Un "indien" marie une blanche au Québec, il peut vivre à l'extérieur de la réserve  et il garde tous ses droits.  Pas pour l'indienne qui marie un blanc.  Elle perd ses droits du moment qu'elle quitte sa réserve.

Comme l'écrit une blogueuse, dès le 8e siècle, on retrouve les premières traces d'une "indianisation" de Bali. Puis, quand les souverains indonésiens se convertirent à l'Islam, une bonne partie des fidèles de la religion hindoue se réfugia à Bali où elle conserva intactes ses croyances. Voilà pourquoi, aujourd'hui encore, 93% des Balinais sont hindous; il n'en reste que quelques petits groupes de musulmans, de protestants, de catholiques et de bouddhistes. La capitale de Bali, Denpasar, offre un témoignage parfait de la tolérance: les temples, les églises et les mosquées ont été construits les uns à côté des autres.

Naturellement, notre journée débute de travers.  Nous resterons 3h00 dans ce local où chacun espère passer rapidement.  Parfois, des agents de voyage repartent avec une pile de dossiers en demande d'extension.  Nous, c'est seulement deux!  Rien à faire.  Madi a beau insister, il nous faut attendre.  À suivre.  Je peux vous dire que Pascal fait "du sang de cochon".  Malheureusement, je ne partage pas cette peur.  Je pense que les 7 jours obligatoires pour obtenir cette extension nous permettra de rester jusqu'à la fin de nos vacances.

Il est déjà temps de remonter dîner dans le nord où se trouvent la plupart de nos excursions de la journée.  C'est un buffet pris dans un village: Pacung.  Des asiatiques occupent les tables ainsi que des russes.  C'est bon mais pas comme avant hier où le buffet était excellent.

Nous partons pour Bedugul.   Dû au climat frais, cette zone est utilisée par les balinais pour planter des légumes et des céréales.

Temple Pura Ulun Danu Bratan (Bedugul)

Selon mon amie Denise Jodoin, ce temple situé au bord du lac Bratan où un meru de 11 étages domine le temple Pura Ulun Danu Bratan fondé au 17e siècle et dédié à la déesse du lac, Dewi Danu est une des plus choses qu'elle ait vu durant ses multiples voyages.  J'aurai des photos demain car il me faut apprendre comment brancher mes appareils vu que c'est avec la tablette Samsung que je capte ces beautés.

Sous un certain angle, le regard peut porter à la fois sur le temple hindouiste de Bratan, sur un stupa bouddhiste et sur le dôme d'une mosquée, illustrant une spécificité balinaise, celle d'une coexistence multi-religieuse pacifique.

Le fameux marché du coin.  Je ne peux en parler car tout ce que j'en ai vu, c'est l'achat que j'y ait fait.  J'avais vu à Tabo Cottages, des plats recouverts de moustiquaires pour les plats servis à l'extérieur.  Je les ai enfin trouvés à ce fameux marché.  Pascal voulait s'asseoir dans l'auto et m'attendre.  Pas question, nous repartons, car  mes achats sont terminés dans cette région.  Il me reste encore Flores et Lomboc après tout! L'histoire du marché ne s'arrête pas ici mon beau Pascal!

 Je ne peux parler non plus du Jardin Botanique car c'est la saison hivernale et toute la nature est endormie.  Seuls le cactus méritent notre attention.  En plus, cette première journée de pluie depuis le début de notre voyage, ralentie nos ardeurs de déambuler à l'extérieur.

On se dirige ensuite vers la région rurale de Jatiluwith – qui signifie en balinais « très merveilleux » où nous profitons des superbes vues (une des plus belles de l’île) et des rizières en terrasses.  Je reste assise dans la vannette alors que Pascal sort avec Serinata, sous un petit crachin ennuyant.  Je prends de superbes photos sans avoir à me déplacer.  Je  vois bien que mon homme ne veut pas être pris en photo car je refuse de sortir me faire mouiller.  Il est jalouxxxx de mon comfort.  Lorsqu'il revient, je lui montre mes superbes photos.  Nous finissons par en rire.  Ces rizières sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, non seulement pour leur beauté, mais aussi pour tous les rites religieux et les pratiques culturelles de ceux qui les exploitent.

Bali est caractérisée par une végétation luxuriante et des paysages verdoyants, par des rivages séduisants, par les vestiges imposants de son histoire, par le charme de ses traditions et rituels qui marquent la vie de chaque Balinais, ainsi que par la sérénité et la paix qu'on trouve chez eux. Le sens du sacré, une gentillesse spontanée, une nature d'une richesse exceptionnelle, une flore exubérante, des paysages qui reflètent la douceur de vivre, tout cet ensemble fait de l'île un lieu enchanteur et extrêmement fascinant.  Tout a été dit! On la nomme "L'Île des Dieux" et hier, j'ai appris qu'on la nomme aussi "L'Île de l'Amour".  Vive la Saint-Valentin en avance!

Je suis témoin que les gens passent leur vie de paysans à retourner la terre, creuser, couper du bois, planter, repiquer, ramasser, faire pousser du riz, des haricots, du café, du cacao et des bananes, cultivant la moindre parcelle de terre, faisant pousser du riz jusque près de leurs habitations.

Pour ce qui est du temple de Tanah Lot, après avoir posé la question à notre guide, j'apprends que nous le visiterons lors de notre retour à Jambaran, après avoir visiter Flores.  Super! Nous aurons le même guide et le même chauffeur.

Bonne nuit car il nous faut se lever à 03h30 pour prendre notre avion à Denpasar qui est à au moins 3/4 d'heure de route. Bizzzzz

 

Visite de Tanah Lot : un des temples le plus fameux et charismatique de l’île posé sur un ilot rocheux.

2

30 janvier 2015 - vendredi - Hôtel Plaza Jogjakarta - Temples:  Borobudur, Prambanan

Une journée bien remplie nous attend. Avec mes 20 pages de notes, je vais me concentrer seulement sur les grandes lignes. Le reste restera dans mes notes personnelles de voyage.

L'île de Java est en fait une terre qui s'étire d'Est en Ouest sur près de 1000 km. Celle-ci regroupe de nombreux volcans actifs.

Le fruit durian qui pue est le roi des fruits indonésien. Il peut peser jusqu’à 3 kg. Plus il sent fort, plus il est prêt à être manger. La saison de la mangue s’est terminée en décembre.

Nous prenons nos premières photos d’un volcan actif, le Merapi qui s’élève à 2 900 mètres au-dessus des forêts et des champs. Avec 49 éruptions explosives entre 1548 et 2010, il est considéré comme le volcan le plus actif et le plus dangereux d’Indonésie. En 2010, il a produit 100 millions de tonnes de résidus et a tué environ 200 personnes de villages situés sur ses flans ou à son pied, dans une avalanche de larve. Il y a 129 volcans actifs dans l’archipel de l’Indonésie dû au fait qu’elle se trouve sur une faille tectonique importante. Tous les volcans des îles de la Sonde menacent aussi de faire éruption.

Voici une adresse qui vous donnera une idée de ce qui se passe en cliquant sur KPK.

Au niveau politique, Pascal vous parlera sans doute du KPK qui est une commission anti-corruption qui implique deux institutions en conflit : la police et le système de la justice.

Et cet article est plus explicative de la formation et du rôle de KPK.

Depuis l’élection du dernier président, le prix de l’essence à monter. Il y a eut contestations dans les rues par les étudiants, entre autre. Alors le prix a rebaissé au même niveau qu’il était à l’élection. Pendant qu’il nous explique ce système, j’aperçois des lavandières qui s’échinent sur les pierres pour laver le linge au bord de la rivière. L’industrie de la blanchisserie se développe beaucoup à Java et est gérée par une famille, en général. Ce n’est pas encore les super landromat comme chez-nous. On va porter notre linge. Il est lavé souvent à la main et séché dehors. S’il fait soleil, nous pouvons aller le chercher le lendemain. Sinon, il faut attendre le soleil pour qu’il sèche le linge. Ouf!

Temple bouddhiste Borobudur

Il me faut parler de notre chance. Il a plu pendant les derniers jours, avant notre arrivée. Mais voilà, il a fait soleil hier et aujourd’hui. Il a plu durant la nuit passée et ce matin, vive le soleil. L'humeur du ciel a commencé à se décomposer vers 15h00 et nous avons un léger crachin nous rafraîchi vers 17h00, lors de notre retour à l’autobus. Les arbres suffissent à nous servir de parapluie naturel.

L’autre chance, c’est de visiter le vendredi qui est la journée de rassemblement pour l’adoration et la prière, comme nos messes le dimanche. Alors, beaucoup moins de gens sur les sites pour la journée. Il faut quand même dire que nous pénétrons sur le site à 08h00. Ça aide aussi.

Plus grand monument bouddhiste au monde, Borobudur est aussi le site touristique le plus visité de l’archipel indonésien.

Résumé de siècles d’histoire :

- 504 statues de Bouddha sur le site

- 72 stupas sur les 3 derniers niveaux veillent sur ce temple érigé vers l’an 800 en faisant face aux 4 points cardinaux

- 9 niveaux dont 6 carrés et 3 ronds

- Merbabu est le volcan dormant dont nous prenons les photos à partir de ce site

Boro veut dire origine et budur veut dire la montagne. Pour couronner le tout, le stupa qui forme le pignon du temple couvre un bouddha inachevé, dont on ignore s’il a été rajouté après coup ou s’il était présent à l’origine. Qu’importe, il a été déménagé à un Musée, inachevé. Le principe de l’inachevé confirme que la perfection ne peut jamais être atteinte en tant qu’humain.

Ce temple a été complètement détruit par une éruption volcanique et des tremblements de terre. Il fut enseveli pendant des siècles. Au début 1800, les anglais le délogent de la terre seulement, et ce, pendant 60 ans. Les Hollandais prennent la relève de 1907 à 1911 pour la reconstruction de sa base seulement et des bas reliefs. Ils cessent à cause de la 2e guerre mondiale. Le gouvernement prend la relève pour la reconstruction du reste du site, de 1975 à 1983. Il manque d’argent alors il demande à l’UNESCO de le sauver, car le gouvernement manque de sous.

Ce qu’il est bon de retenir au niveau de ce temple, ce sont les principes de la philosophie bouddhiste : La passion et le désir sont nourris par l’illusion de l’apparence et apportent la souffrance. Pour atteindre le Nirvana, ça serait de ne plus être relié à la loi de cause à effet (karma). Dans notre chrétienté, le dicton : « Tu récoltes ce que tu sèmes » veut dire la même chose.

Tel un immense livre, les bas-reliefs parcourant les 6 km de terrasses racontent les vies de Bouddha et le cheminement de l'âme. L'ascension du monument dans le sens des aiguilles d'une montre doit permettre aux visiteurs de se libérer de l'emprise des désirs et d'atteindre le détachement total (Nirvana). Autre avantage: c'est aussi avant l'assaut des hordes d'élèves en visite scolaire, qui s'amusent à jouer aux paparazzis avec les touristes.

Les trois grandes misères que décrivent certains bas reliefs de la vie de Sirdhata est que la maladie et la vieillesse mènent à la mort. Le bonheur n’a besoin de rien pour être heureux : il est un état d’être.

80% des blocs originaux a été sauvé par le recouvrement de cendres et de sable. Il a fallu 2 millions de blocs de pierre pour construire ce site. La couleur originale des pierres était le noir. Avec le soleil et le sel, les pierres changent de couleur : blanc, orangé parfois et gris pâle.

Curieusement, je remarque que notre guide a un problème de gorge et qu’il se dérhume souvent, tout comme moi depuis plusieurs mois!

Ici, même les chevaux sont petits. Les doigts des Bataks sont ronds aux bouts effilés. Ici, à Java, leurs mains ressemblent aux nôtres, en plus petites, car ils sont aussi petits qu’à Sumatra.

Le guide me rappelle qu’il faut quitter pour nous rendre au Palais du Sultan qui ferme à 13h00. Il me faut aller chercher la vedette Pascal qui se fait prendre en photo pour apparaître sur le facebook des jeunes filles indonésiennes. Le guide souligne qu’il semble aimer les jeunes filles pour les prendre en photo. C’est un homme bien normal, mon Pascal.

Nous partons donc pour le palais du Sultan. En route, je demande à Pendry, comment se fait-il qu’il y ait une si grande différence entre Sumatra et Java? Ici, les routes sont belles, la propreté règne partout, les commerces sont florissants, il y a des trottoirs, les autos sont neuves, les maisons sont belles…

Premièrement, c’est la capitale de Java. Jakarta et Surabaya sont les deux plus grandes villes industrielles, donc, elles ont permis la construction d’une autoroute qui relie la partie Est à la partie Ouest. La terre fertile produit des produits alimentaires alors que Sumatra se concentre sur la culture industrielle.

Java est plus peuplée : 245 millions d’habitants en Indonésie dont 65% vivent à Java soient 135 millions d’habitants. Malgré que Sumatra soit 3 ou 4 fois plus grande que Java, cette dernière est 4 fois plus peuplée que sa voisine.

L’éducation, la politique et la culture sont très concentrées à Java, donc beaucoup d’emplois.

Le gouvernement donne plus d’autonomie aux régions en proportion acceptable pour tout le monde. À Sumatra, il y a des riches et des pauvres. À Java, il y a une classe moyenne entre les deux. Sumatra et Sulawesi se ressemblent au niveau développement : régions plus pauvres.

Le coût de la vie est moins élevé à Java que sur les autres îles, malgré les bons salaires.

Sur les 104 millions de véhicules, 84% sont des motos : plus faciles, plus pratiques et plus économiques qu’une voiture. Étapes d’achat : Banque – magasin vendeur – assurance qui gère l’administration du « leasing ». La banque assure seulement que l’argent est disponible.

Le planning familial : le gouvernement aide par une allocation pour les 3 premiers enfants seulement. Si un 4e enfant, c’est la responsabilité de la famille. Le gouvernement ne donne rien.

La retraite : 60 ans pour les professeurs, 55 ans pour les fonctionnaires et plus tard pour les

Pendant que j’écris, le tonnerre et la pluie nous divertissent en sons et lumières.

Palais du sultan – 9e et 10e de sa génération

10e : premier sultan monogame, il est père de 5 filles, donc pas de descendants, de ce fait, la succession sera assurée par le son frère. Il est musulman. Il habite ici à Yogyakarta.

Son père (soit le 9e Sultan) a apparemment beaucoup œuvré pour l'indépendance du pays face aux hollandais. Le pouvoir du sultan est à peu prêt comparable à celui de la reine d'Angleterre. Il porte aussi le titre de gouverneur.

Ce palais est le coeur culturel et politique de cette ville fascinante et farouchement indépendante, le kraton est le gigantesque palais des sultans de Jogjakarta.

Véritable cité fortifiée, le kraton abrite quelque 25 000 habitants et possède son propre marché, ses commerces, ses ateliers de batik et de joaillerie, ses écoles et ses mosquées.

9e sultan : nous pouvons regarder ses exploits, d’une salle d’exposition à une autre, admirer l’immense salle de réception où j’ai bien aimé la date en calendrier javanais : 1853 = 3 états : la terre, l’eau et la peau – le 5, je ne sais pas, le 8 sont les 4 points cardinaux et leurs associés et le 1 pour le sultan décédé en 1853.

Son bureau entouré de verre où une horloge marque le temps de ce sultan et on peut lire une copie signée lors de l’indépendance du pays, des médailles, les tissus en batik peints à la main pour la famille royale et pour terminer, des photos de sa vie d’homme : photographe, peintre, chasseur, boyscout et finalement, sa vie militaire garnie de médailles.

Château d’eau

Nous continuons notre visite en nous rendant à Taman Sari. Ce complexe était jadis un splendide parc de loisir, avec palais, bassins et cours d’eau, réservé au sultan et à sa cour. Il n’en reste presque plus que des ruines mais les piscines ont été restaurées. Dans l’ordre, la piscine pour les enfants, pour les concubines et de l’autre côté, isolée, celle du sultan où il choisissait sa concubine en jetant, du haut de son minaret, une fleur dans la piscine de celles-ci. Celle qui l’attrapait, était la maudine de chanceuse!!!

La polygamie est encore de mise, pourvu que l’homme soit capable de faire vivre son beau monde, qu’il évite que la jalousie soit présente dans son harem et qu’il puisse honorer chacune en toute justice! Qu’en dites-vous mes beaux québécois? Vous déménagez à Yogyakarta ou en Indonésie?

Dans l’enceinte se trouvent quelques boutiques. Nous en avons profité pour regarder le travail de fabrication des marionnettes traditionnelles de wayang kulit, en cuir ciselé, ainsi que du batik. Du travail de patience!

Le marché aux oiseaux

Imaginez une immense animalerie en plein air. Voilà, vous êtes au marché aux oiseaux (où se vendent en fait non seulement des oiseaux, mais des lapins, chats, chiens, souris, reptiles, poissons…).

Certains stands vendent des poussins colorés en rose, jaune, violet ou vert fluo. Franchement étonnant! C’est pour attirer les enfants et ainsi inciter les parents à leur en acheter un! Un énorme python est enroulé dans un espace spécifique pour lui seul. Il mesure au moins 8 mètres.

Après le dîner composé de 6 plats aussi délicieux l’un que l’autre, nous allons visiter le dernier temple hindouiste de notre voyage en Indonésie, le Prambanan.

Sur les 136 temples qui furent construits dans la région, il n’en reste qu’une dizaine, naturellement leur perte est dû aux tremblements de terre et aux éruptions volcaniques.

Prambanan: l'héritage indien

À seulement 50 km des bouddhas de Borobudur s'élèvent en grappe les temples dédiés aux divinités hindouistes Shiva, Vishnu et Brahma et à leur monture. Ce site a été construit entre 900 et 930 après J-C.

Les temples se sont écroulés du fait des séismes, des éruptions volcaniques et d’un changement de pouvoir politique au début du XIe siècle, et ils ont été redécouverts au XVIIe siècle. Ces ensembles n’ont jamais été déplacés ni modifiés. Des travaux de restauration ont été effectués depuis 1918, en suivant à la fois la méthode traditionnelle initiale d’assemblage de pierres et les méthodes modernes pour renforcer les édifices. Même si des travaux de restauration importants ont été réalisés dans le passé et récemment, après le séisme de 2006, on a pris grand soin de préserver l’authenticité des bâtiments. Il est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO - #642.

Notre journée fut remplie de connaissances à nouveau racontées par une guide locale qui apporte une touche de personnalité dans sa manière de nous dire sa passion pour son métier et son pays.

jour14_bagan14 février 2013

Joyeuse Saint-Valentin à vous que j'aime! Le guide fut le premier à me souhaiter une journée radieuse, comme il dit!

Tous les jours, tous les jours et je dis bien, tous les jours, quelque chose se produit pour pratiquer ma patience, et parfois, la faire sauter!

Aujourd'hui, c'est le Wi-Fi. Nous sommes dans un endroit idyllique et le WiFi part et arrive, selon le bon loisir de je ne sais quel petit démon, mais c'est drôlement frustrant. Ce soir, de retour du souper, je vais m'installer à la réception. Parfois, cela aide.

Aujourd'hui, ce fut un peu plus confortable coté température, car il y a un petit vent qui balance ma jupe apportant un peu de fraîcheur à mon corps. Nous avons visité quatre temples, stupas ou pagodes: le premier fut un stupa doré, le 2e pour ses peintures intérieures, le 3e parce qu'il est le plus grand et le dernier, le plus populaire. Ces chefs-d'œuvre d'architecture furent construits du 11e au 13e siècle.

Ce soir, j'ai un peu le cœur à la flotte. La Saint-Valentin me rend nostalgique. Mon coté romantique souffre un peu. Demain, ce sera déjà passé.

Ce que j'ai aimé le plus aujourd'hui, fut notre randonnée en bateau et que le couché de soleil a enflammé le ciel de toutes les teintes d'orangées. J'en ai eut les larmes aux yeux. Les jeunes filles pauvres qui vivent au pied de notre hôtel de luxe veulent me vendre leurs trucs. Elles sont belles, fières et heureuses. En regardant le coucher de soleil, je me disais qu'elles sont heureuses. Elles assistent au même coucher de soleil, elles vivent au bord du fleuve et elles sont entourées de leurs frères, sœurs et parents.

J'ai offert le Pepsi Cola à notre responsable de bateau. Il était très heureux. Pascal a donné des sous, en cachette, je crois que c'est à ZaZa, la petite vendeuse. Elle a refermé sa main rapidement. Gilles a acheté des coffrets pour ses petites-filles. J'ai l'impression que nous faisons une petite différence dans la vie de ces gens qui ne demandent qu'à vivre un peu plus confortablement.

Sur ce, bonne nuit a tous(tes) x x x


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 14 sur le blogue de Pascal.


 

jour13_yangon_bagan13 février 2013

Bonjour les amis(e),
Sans aucune exagération, Bagan possède vraiment un nombre incroyables de temples et stupas. Je vous épargne le nom de tous les temples visités mais ce qu'il est bon de savoir, c'est qu'ils se trouvent majoritairement en plein milieu de champs d'agriculture.

Construit en seulement 230 ans, Bagan comptait à son apogée plus de 4400 temples. C'est au début du XIe siècle, que le moine Shin Arahan, fut envoyé convertir le roi Bamar Anawrahta au bouddhisme theravada. Dès lors, le roi et ses successeurs, n'eurent de cesse d'édifier toujours plus de temples en l'honneur du bouddha. Bagan fut durant cette période, le principal lieu de pèlerinage, des bouddhistes du sud-est asiatique. La période glorieuse, de ce qui fut le premier empire Birman, prit fin avec l'invasion de Mongols en 1287.

Suite au tremblement de terre de 1975, un dénombrement faisait état de quelques 2230 temples encore debout. Aujourd'hui, L'Unesco soutient de nombreux projets de restauration et les édifices les plus importants ont retrouvé leur splendeur.

Conscientes de l'enjeu financier que représente le tourisme, les autorités ont évacué de force les habitants du vieux Bagan en 1990 dont les parents de notre guide. Depuis, aucune construction n'est autorisée sur la plaine. À part pour un énorme hôtel de luxe en forme de tour de guet, qui vient questionner le touriste ignare que nous sommes. Cette tour permet aux gens qui veulent payer de monter au sommet de cette tour et semble-t-il que le paysage vaut le coup! Moi, j'aurais aimé monter dans une montgolfière pour avoir la chance du coup d'oeil de ce cimetière de temples et de stupas, mais 800$ US chacun refroidi un peu mes ardeurs.

Durant la journée, plusieurs ont choisi de visiter en calèche. Avec les 36°C quotidien, nous apprécions la clim de notre petite vannette qui nous tient au frais.

J'ai bien aimé la visite d'une fabrique d'objets et de meubles laqués. Une technique ancienne qui prend un temps fou pour faire un objet de valeur. La laque est la sève d'un arbre qui pousse dans l'état shan. La récolte, comme pour le caoutchouc ou pour le sucre des palmiers, se fait par incision de l'arbre. Les objets sont, en général, composés de bandes de bambous, les meubles laqués sont en teck. La technique consiste à passer une première couche de laque qu'on laisse sécher 5 à 10 jours avant d'appliquer une 2e couche mélangée à de la poudre d'os qu'on laisse sécher 5 à 10 jours; la 3e couche comporte de la boue, les couches suivantes ne contiennent que de la laque pure. Chez Maung Aung Myin, les objets nécessitent 7 ou 14 couches de laque, les meubles, 22 couches.

Chaque famille se charge d'une tâche bien particulière : Préparation du bambou, tressage des objets en bois ou crin de cheval, enduit et laquage, gravure et teinture. Le laquage représente l'étape la plus longue. Chaque couche, appliquée aux doigts, sèche durant plusieurs semaines dans une cave. Du nombre de couches de laque, du soin apporté à son application et de la qualité de la gravure dépendra en grande partie la valeur de l'objet.

C'est en sueur que nous revenons à notre magnifique hôtel. Notre chambre est au bord de l'eau. Le complexe a une piscine digne des jeux olympiques mais très stylisée. Le spa est magnifique en bois dans un décor enchanteur. C'est plus luxueux que notre maison. La salle de bain est digne d'un "décor chez-soi" qui aurait gagné le premier prix pour la beauté et l'originalité. Bon! C'est en dégustant un thé au jasmin frais que j'écris ces notes et en grignotant un petit biscuit aux arachides et aux graines de sésame qui croisent en maître dans la région.

La fraîcheur des produits rendent les mets délicieux et goûteux sans trop de mélanges compliqués. Le mot qui s'applique aux Birmans, selon moi, c'est simplicité. Le débouche-bouteille: une plaque de bois sur laquelle un boulon à grosse tète trône au bout. L'efficacité aussi est un autre mot pour qualifier la vitesse à laquelle tout est accompli.

L'un des critères de beauté des femmes est le takata (à vérifier l'orthographe). On prend un morceau d'arbre dont j'ai oublié le nom, et sur une meule, on le frotte sur une pierre. On ajoute un peu d'eau genre 1 c. a table et on continue à frotter. Une couleur jaune apparaît. On l'applique sur le visage. C'est rafraîchissant en plus d'être un critère de beauté chez la femme. Comme dit notre guide "good complexion". Une fois cette préparation séchée sur la peau, elle devient jaune pale.

En Thaïlande, on conduit comme en Angleterre: à gauche de la route avec le volant à droite dans la voiture. Ici, au Myanmar, on conduit à droite de la route et le volant est aussi à droite pour la plupart des autos. Les nouvelles voitures ont le volant à gauche, comme chez-nous. Pascal ajoute que c'était un dernier reliquat de l'ancien régime relevant du Commonwealth.

Pour terminer mon article sur Bagan, j'ai acheté deux toiles directement de l'artiste: des moines habillés en ORANGE couleur de notre salon. Certaines de mes amies comprennent bien où elles trôneront!

Le luxe de nos hôtels me fascine, mais ce qui me fascine encore plus, ce sont les artisans qui ont dessiné, sculpté et fabriqué des œuvres grandioses racontant soit un pan d'histoire, soit un dieu ou soit un symbole. Ces chefs-d'œuvre ornent les hôtels où nous habitons. Par exemple, ici à Bagan, où nous habitons deux soirs au même hôtel, l'Aye Yar River View Hôtel, se trouve un temple datant du 13e siècle au beau milieu d'un des jardins.

Sur ce, je vais dormir en revoyant les images qui ont parcourues ma journée: des enfants qui se couraient dans un temple de Bouddha riant a gorge déployée, les femmes avec leur sourire aux dents blanches qui veulent que j'achète chez-elles, la vieille dame impatiente qui veut s'en aller chez-elle à 17h00 qui demande à notre guide de faire vite, notre chauffeur qui essuie le marchepied à chaque fois que nous entrons et sortons de son véhicule, l'anglais de notre guide que nos oreilles tournent parfois 2 ou 3 fois avant de comprendre ce qu'il nous explique... Bon! Bonne nuit! x x x


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 13 sur le blogue de Pascal.