Skip to content

24 février 2015 - Mardi

J’apprécie l’accueil et la disponibilité du personnel, un vrai service 5 étoiles, la beauté des lieux, le luxe de la literie ainsi que des accessoires, du petit déjeuner à la carte, de la possibilité de dîner au bord de la plage, des soirées spectacles et la qualité du spa ainsi que son environnement naturelle.

Mais ce que j’apprécie encore plus, c’est notre maisonnette! Nous n’entendons que les oiseaux, le chant des fontaines, le bruissement des feuilles actionné par le vent et parfois l’échange verbal entre les employés, et le rot du voisin qui oublie qu’on peut l’entendre.

Le seul désavantage est que nous n’y voyons pas la mer.  Je l’admire au petit déjeuner de 10h00 et ensuite, à la marche de l’après-midi et au souper.  Ce soir, nous allons essayer le restaurant asiatique.

Une autre chose que je regrette est l’absence des enfants.  Ici, pas d’enfants en bas de 12 ans.  Ça fait un peu dortoir à mes oreilles, moi qui aime tant la période de 17h00, où les enfants s’en donnent à cœur joie avant le souper.  J’ai par contre la joie d’entendre les enfants des pêcheurs! Bon!

Je reviens sur l’accueil reçu par une jeune femme très responsable.  Elle nous a défilé, dans un anglais indonésien, la liste complète des « à faire » et à « ne pas faire » ici, des services offerts et si nous avons des questions, bien on verra!  J’ai manqué plusieurs sections du monologue.  La chemise papier dans laquelle se trouvent toutes les informations me rendra service après lecture.

C’est ainsi que je trouve notre menu d’hier soir : rijsttafel menu Un – pour 25$ par personne

  1. Soto madura (soupe)
  2. Nasi kuning (riz cuit dans du lait à la noix de coco)
  3. Opor ayam (ragoût de poulet à la citronnelle et coco)
  4. Rendang daging (équivalent du bœuf bourguignon épicé à l’indonésienne)
  5. Udang bakar Makassar / colo colo (crevettes grillées servie avec une sauce brushetta)
  6. Gulai kambing (agneau mijoté dans lait de coco et épices)
  7. Sayur rebung dan tahu (des pousses de bambou sautées avec du tofu, curry et sauce à la noix de coco)
  8. Condiments : emping (chips chinois adopté par les indonésiens), acar (légumes marinés au vinaigre et sucré – encore style chinois) et sambal (sauce de piments épicés baignant dans de l’huile que nous laissons intouchée)
  9. Pour dessert, Es kelapa muda (de la noix de coco servie avec du citron et une sauce siropeuse)

Naturellement, rien n’est comme l’original.  Un peu déçu, nous ne prendrons pas les autres rijsttafels qui s’offrent en 5 versions, au total.  En plus, depuis un mois, ne mangeant que des fruits le soir avec des arachides, notre appétit à bien diminué.  Le repas était pour au moins 3 à 4 personnes.

Le propriétaire est hollandais : Marcel de Rijk.  J’aurais aimé y assister mais mon chum n’est pas friand de ce genre de spectacle.  La solution trouvée est que nous irons manger plus tôt au resto Asiatique et au retour, j’arrêterai le regarder danser avec les membres de son équipe d’étudiants(e) alors que Pascal pourra rentrer à la « maisonnette ».

Je viens de terminer « Lettres de mon moulin » pour débuter « Contes du lundi », toujours d’Alexandre Daudet.  Une fois de plus, c’est le style « Nouvelles » que j’aime bien.  Après quelques pages, l’histoire change, mais dans ce livre, une certaine chronologie s’échelonne d’histoire en histoire, à l’intérieur d’un temps donné lors des guerres que livraient Napoléon contre les Prussiens.

Heure d’harmonisation des chakras : Au soleil, le IPod dans les oreilles, j’harmonise mes chakras afin d’être en paix avec les fameux musulmans et leur territoire.

Une fois mes chakras harmonisés, Tom Jones, dans sa jeune trentaine, vient me chanter « Love me tonight » souligné par le passage des oiseaux qui survolent la mini piscine de notre « maisonnette ».  Les souvenirs affluent et se dispersent en même temps que les petits nuages qui veulent s’installer pour le reste de l’après-midi.  Mais le soleil semble discuter pour garder la première place, ce qui donne un bon soleil pour la journée.  Tant pis petits nuages!

Lombok! Je n’en ai pas encore parlé, parce que je me demande par où commencer.  Lombok veut dire « piment ».  Il y a un volcan actif, le Rinjani qui culmine à 3 726 mètres

Je vais visiter le Puri Mas Spa qui fait parti d’un des nombreuses habitations, dont celle du propriétaire qui donnera son spectacle de danse ce soir.  C’est l’heure de la rentrée à la maison pour les étudiants.  À la sortie de l’école, des grappes de jeunes filles en uniforme marron et un voile immaculé noué autour de la tête sautent à quatre sur un même scooter. Les Sasak, qui représentent 85 % des trois millions d’habitants de Lombok, pratiquent un islam modéré. À l’origine, ce sont des agriculteurs animistes, fidèles au culte des ancêtres, venus de Birmanie et d’Inde. Une minorité d’entre eux pratique encore le « waktu telu », un mélange d’islam et d’animisme propre à Lombok mais non reconnu par les autorités indonésiennes.

L'agriculture et la pêche reste les principales activités de l'île. Le tourisme a fait son apparition dans les années 90, mais tout de même nettement moins présent qu'à Bali ou Java.

Comme toutes les autres îles, il serait possible de visiter un village Sasak, voir leur maison ancestrale, leurs coutumes mêlées d’animalisme, de monter au volcan, à mieux dire découvrir la vie sur l’île de Lombok, mais nous choisissons de rester tranquille, et en plus, on n’a plus le goût.  Nous savons que nous rentrons à la maison dans quelques jours, alors nous voulons profiter du soleil, de la chaleur, mais rien de fatiguant.

Ce matin, en jasant avec Jay et Marseani (Ani), nous apprenons que la plupart des employés viennent du coin.  Le petit village où j’ai visité le Puri Mas Spa est Kerandagan composé de familles Sasak. D’un côté de la rue se trouve une mosquée et juste en face, un temple hindou.  Comme dit Putu, ici l’île aux milles mosquées alors qu’à Bali, c’est l’île aux milles temples.

Au Spa, Ryan me fait faire le tour du mini jardin zoologique du propriétaire Marcel. Des cerfs et leurs familles, des oiseaux comme un paon mais mélanger à une autruche, un autre type de paon, des cockatoos noirs qu’on dit le roi des oiseaux ici, des cockatoos blancs, des serpents dont un python, des porcs-épics…Le propriétaire s’est bâti un petit paradis qu’il partage avec les clients du Puri Mas seulement.

Il vient me reconduire après que j’ai fini de prendre des photos du domaine et Armand, le gardien de sécurité prend la relève.  Il vient de Sumbaya.  Il est très amical et il me trouve bien jolie.  Il veut prendre des photos avec ma tablette.  Je dis non, de vous.  Ok! Mais après, de vous!  Ok!  Vous êtes venue seule à Lombok?  Non! Avec mon mari.  Il n’est pas là, avec vous? Non! À l’hôtel.  Pourquoi pas avec vous?  Holalala! Trop de questions.  Je demande quand le chauffeur du Puri Mas viendra-t-il me chercher? Afin de faire une petite diversion.  Je réalise que ça serait possible de renverser la vapeur : une plus vieille avec un petit jeune!  C’est sûr que l’argent reste la clé de cet intérêt!

Je reviens sagement à la maison pour me rafraîchir dans notre mini piscine fraîche.  Que l’eau est bonne et le soleil encore au rendez-vous!  Quelle belle journée de farniente!

Nous avons souper au Quincy!  Whow! Plus récent, plus spacieux, plus de monde par contre, plus de chambres sur deux paliers que des cottages et ils ont chef vraiment super! La soupe Soto ayam, notre préférée de toute, à la noix de coco et crevettes fraîches était pur délice.  Mon mahi mahi juste à point dans une sauce légèrement tomatée et Pascal, son général tao fut grandement apprécié.  Tout ça devant un coucher de soleil surprenant malgré les nuages de fin d’après-midi avec les surfers qui nous ont donné un spectacle de patience et d'endurance d’une bonne heure.

En revenant, danger sur la route, arrêt à une petite épicerie pour notre diner de demain, et arrivés, je me rends avec la caméra à Pascal prendre des photos des danseurs.  Quelle lenteur cette caméra et quelle patience Pascal lorsqu’il se sert du flash!  J’avais peur que se soit quetaine, mais vraiment pas du tout.  Très professionnelles toutes ces personnes qui passent des heures à se pratiquer afin de peaufiner ce spectacle hebdomadaire.  J’ai jasé avec une des danseuses, et elle prend cette démonstration très au sérieux.  Le maquillage est digne d’un spectacle de qualité.  Chapeau à tout ce beau monde!

Un petit saut dans la mini-piscine pour me rafraîchir avant la nuit, un peu de Daudet et dodo!

A demain! xxx

 

19 février 2015 – jeudi

Ce matin, molo molo dans notre belle grande chambre.  Nous prenons le temps de se mettre à jour avec nos blogues respectifs, classer nos photos et prendre le petit déjeuner à chacun notre tour.  Je suis celle qui descend la première.  Je désire prendre des photos de l’extérieur.  Hier soir, en soupant seule, j’admirais le coucher de soleil orangé tout en dégustant de la nourriture indonésienne.  Mon plat favori est le « cap clay » au poulet.  De bon légumes revenus dans de l’ail et de l’oignon rôtis baignant dans une sauce au poulet.  Quelques petits morceaux de poulet sont égarés dans l’assiette.  Une théière de thé local avec un petit citron pour garder les vitamines de mon repas et je contemple le paysage.  Je prends mes messages gmail, je regarde Facebook et je termine par mon Hotmail.  C’est ainsi que j’ai la chance de jaser avec ma tendre sœur Marie et mon super de filleul Drew.

Je jase un peu avec les jeunes filles qui veulent une photo de moi avec elles.  Que voulez-vous, être vedette débute tôt le matin.

Nous quittons l’hôtel pour midi.  Andréan vient nous chercher car Dennis avait d’autres obligations.  Il ne peut remettre l’argent emprunté à Pascal. Ça fait rien car nous lui donnions un pourboire de lequel Pascal déduira le montant de l’emprunt.  Pauvre Andréan! Il nous raconte n’importe quoi notre hippie, même qu’aujourd’hui est une journée nationale et les banques sont fermées en plus, sa carte ATM est tombée dans l’Océan lorsqu’il a sorti son paquet de cigarettes.  Pauvre Andréan! Allez merçi pour tout et surtout, bonne chance mon vieux! Il faut comprendre qu’il aura à vendre sa chère maison et que son humeur est au plus bas.

Le petit aéroport de Luan Bajo est flambant neuf, pas encore terminé de fait, alors pas de climatisation.  Un petit ventilateur souffle à qui-mieux-mieux.  Nous nous installons devant mais la chaleur continue à nous garder au chaud.  Il doit bien faire un 34oC à 36oC.  Trois quart d’heure à se changer les idées avec les sudoku que j’ai apportés du journal le Soleil.

Ce que je retiens de Flores, ce sont ses différences.

Les différences de Flores

  • Aucun besak y circule même pas dans les grandes villes
  • À l’hôtel, la copie du passeport fait très bien l’affaire partout
  • Avec Andréan, itinéraire flexible : nous apprécions ses initiatives
  • Personne n’insiste à nous apprendre leur dialecte
  • Beaucoup de chiens en santé
  • Chant du coq complètement absent en ville et village; présent sur les fermes principalement
  • Beaucoup de jeunes gens et d’enfants à l’inverse de chez-nous
  • Les gens sont plus timides et réservés

Le vol dure 1 heure et demie et se fait en cahotant et au départ et à l’arrivée.  Il me faut souligner que la piste de l’aéroport Luan Bajo est très courte.  Il faut du « swing » pour décoller rapidement.

Quel plaisir c’est de retrouver Serinata et Satan.  Serinata nous a fait la surprise de nous offrir un sac de fruits frais, ceux que nous préférons.  Cette délicate attention nous touche beaucoup. Toujours aussi professionnel, il nous explique bien ce que nous ferons ensemble d’ici notre départ. Nous sommes à environ 20 minutes de notre prochain chez-nous pour trois nuits. Ce petit village Jimbaran compte environ 12 000 ha.  Beaucoup de petites familles balinaises assistent au coucher de soleil le partageant avec nous, les touristes.  Les cris et les rires des enfants ont toujours été une musique à mes oreilles, à cette heure de la journée; ici aussi!

À notre arrivée au Open House Jimbaran, nous sommes accueillis par le proprio lui-même.  Un espagnol Josée environ 62 à 63 ans qui habite ici depuis 17 ans mais y travaille depuis 23 ans.  Il était déjà propriétaire d’hôtel à Madrid.  Cet endroit fait « chez-nous » de part sa décoration, son emplacement et son organisation.  Ça sent bon dans le grand corridor qui mène à notre « suite » pour trois jours. Se sont des herbes naturelles séchées qui diffusent leur odeur naturelle.

Une fois les oh! et les ah! passés, nous marchons jusqu’à la plage (5 minutes) pour assister au coucher de soleil.  L’Open House est vraiment bien situé. On nous a dit que les chinois envahissent la plage qui devient alors bien bruyante.  Nous pouvons en témoigner.  Vive le Nouvel An chinois.  En Chine, la fête dure 15 jours. Nous prenons des photos en déambulant parmi les autres touristes. Plusieurs autobus sont garés en attendant leur clientèle chinoise pour les ramener chacun à leur hôtel après leur repas sur la plage pendant que le coucher de soleil apporte un atmosphère de vacance au soleil.

 

Demain, je vais certainement marcher sur la plage, tranquille, me rendre au marché local et découvrir le coin.

À demain! J’ai hâte de m’étendre sur ce grand lit adossé aux commodités encastrées dans un meuble en bois qui a beaucoup le style Ikea.

 

3

jour04_bangkok_damoen4 février 2013

Bonsoir les amis(e) et famille que j'aime

Le chant des grillons m'accompagnent dans mes idées et déjà dans mes souvenirs de la journée. Il a fait entre 32 et 34°C. Il fait assez chaud merci!

Nous avons vécu une expérience assez spécial, jamais vécue jusqu'à aujourd'hui. Imaginez-vous, un train qui traverse un marché populaire. Lorsque Panada m'en parlait, je ne comprenais pas trop. Voici l'explication.

Voici ce qu'écrit un blogueur: "Cela se passe à Samut Songkhram (74 km au sud ouest de BKK) et c'est le marché Meklong. En visualisant le blog suivant alainudon.over-blog.com, j'ai découvert la première vidéo. Puis en cherchant d'autres renseignements, j'ai trouvé la seconde vidéo qui a dû être réalisée depuis la cabine du conducteur du train. Franchement, n'est ce pas surprenant? L'Asie réserve bien des surprises! Bonne surprise vous aussi!

Ce matin, je me demandais bien quel était le nom du pont superbe que nous avions devant nous en soupant hier soir au resto In Love: le Rama VIII. Il semblerait que d'autres ponts dont le Rama IX seraient semblables à celui-ci.

Je suis heureuse de me laisser promener aujourd'hui. Je fais mes exercices physiques qui me furent enseignées par un prof de judo! Tous les matins, ces exercices me permettent de redevenir un peu plus souple! Et je me sens tellement bien après! Nous continuons notre route en achetant du sel pour les gens dans le besoin. Plutôt que de donner des crayons et des effaces et des cahiers, nous apprenons que les adultes ont besoin de produits de base comme le sel.

Pascal me taquine car je reviens avec 2 kilos de fleur de sel que j'ai payé 2,50$ canadien! Je vais pouvoir être généreuse à mon retour et en partager un peu.

Nous passons de la province de Samut Songran à la province Phetchabury où se trouvent beaucoup d'usines et d'entreprises qui fabriquent en grosses quantités: marbre, noix de coco, cannes a sucre, etc.

Panada a acheté tout au long de la journée des poissons frais, des légumes et des fruits frais. Pour dîner nous mangerons le poisson frit vraiment délicieux! Les fèves germées fraîchement coupées servies dans une sauce et parfumées à la coriandre. Nous goûterons aux pommes d'amour: elles sont rouges mais plutôt amère. Nous les mangerons en quartiers saucés dans du sucre. Elle est originale, à l'écoute et très imaginative pour nous faire plaisir. Nous sommes très chanceux d'avoir Panada comme guide.

Je termine en parlant un peu du musée du Chemin de fer Thaïlande - Birmanie. Il a ouvert ses portes il y a cinq ans afin d'expliquer aux visiteurs du Pont de la rivière Kwaï, dans la province de Kanchanaburi, l'histoire de cette région.

Chemin de fer de la mort

Le Chemin de fer de la mort fut construit durant la Seconde Guerre Mondiale pour permettre à l'armée japonaise, qui occupait alors le sol thaïlandais, d'acheminer des armes et des hommes vers la Birmanie par voie terrestre et non par voie fluviale où leurs bateaux risquaient d'être coulés par les Alliés. La construction de cette voie ferrée de 415 km dura vingt mois et coûta la vie a plus de 100 000 hommes, qu'ils soient prisonniers de guerre ou main-d'œuvre captive.

À l'intérieur du musée, des témoignages de prisonniers, différents croquis, le contexte historique bien détaillé, des diaporamas de photos et surtout la reconstitution d'un hôpital avec des mannequins en cire. Pas capable la madame! Je reviens sur mes pas, les larmes aux yeux et le cœur tellement triste. Comme vous savez sans doute, ces hommes sortent de l'adolescence pour aller mourir d'une mort fondée sur des mensonges japonais. Quelle tristesse!

Au pied du musée, le cimetière militaire des Alliés de Don Rak où sont dispersées plus de 6500 pierres tombales dont certaines portent des épitaphes fort émouvantes. Nous avons lu une rangée mais à 36°C, c'était trop pour ma fin de journée.

Une partie expose une maquette du pont en bois fidèle à son original, même le «wagon-riz» a été reconstitué ; ils servaient à transporter les prisonniers jusqu'en Thaïlande. La construction du chemin de fer reliant la Birmanie à la Thaïlande devrait figurer dans le palmarès du plus grand nombre de morts par torture et maltraitance. Les Japonais envoyaient sur le vaste chantier des prisonniers où ouvriers malais, des Chinois de Singapour, des Indiens, des Coréens où des Japonais. Ils furent amenés par wagon dans des conditions inhumaines. Que dire du travail exigé? Des maladies causées par le manque d'hygiène et de nourriture. Enfin! Vite une prière pour eux et pour que la paix revienne sur terre un jour.

Ce soir, nous logerons dans un Resort familial. C'est cute! Trois étoiles seraient ma cote. C'est charmant et une piscine me rafraîchie pendant quelques heures. Nos chambres sont vraiment super! J'ai l'impression de vivre une soirée dans un Spa: à cause de la chaleur mais aussi de la manière dont est disposée notre chambre.

Un coucher de soleil qui touche nos cœurs nous accompagne durant notre souper sur une terrasse surplombant la rivière Kwaï. Nous échangeons en mangeant épicé... j'ai la bouche qui chauffe jusqu'aux commissures des lèvres. Nous sommes en Thaïlande! En plus, notre bonne Panada a demandé pas trop épicé.... Ouf!

Les grillons chantent que je suis fatiguée et que le sommeil ferme mes paupières de manière incontrôlée.

Bonne nuit a tous(tes) x x x


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 4 sur le blogue de Pascal.