Skip to content

3

jour04_damoen_kanchanaburi5 février 2013

Hier soir, je ne sais pas si c'était le souper super épicé qui m'a rendu kaput mais à 22h30 j'étais couché et endormi! Mais dès 4h30 j'étais réveillé et j'en ai profité pour rédiger ma journée d'hier sur le blogue.

SKYPE DU QUÉBEC

Excusez-moi d'interrompre ce bloque mais mon Skype vient de s'allumer et c'est Marie, ma belle-soeur, qui est en ligne! Surprise! Raymonde s'empresse de jaser avec sa soeur des dernières nouvelles... surtout de son entorse lombaire extra-douloureuse qu'elle vient de subir!

(Précision : C'est Marie qui s'est faite une entorse lombaire. Raymonde est en pleine santé même si nos nombreux tours en petits bateaux sont douloureux pour le dos, les dossiers des sièges nous coupant littéralement les reins!).

Hier soir, Gilles, notre compagnon de voyage, m'a fait découvrir un nouveau logiciel qui permet d'appeler à partir de son ordinateur partout dans le monde quelqu'un qui n'a que le téléphone: Dell Voice. Je vais certainement l'essayer.

PONT DE LA RIVIÈRE KWAI
Au programme ce matin, visite du pont de la rivière Kwai - prononcer Què comme dans «vrai» - et promenade en bateau. Le pont original en bois a été détruit il y a longtemps et c'est le pont de métal construit en parallèle qui lui a survécu. Il a lui aussi été construit par les prisonniers de guerre anglais, australiens et néerlandais en 1942. Nous le traversons à pied pour aller monter tous les quatre dans un bateau qui nous a mené au second cimetière où 1 500 soldats anglais et néerlandais sont ensevelis. Il est situé à l'emplacement même du camp des prisonniers. Très émouvantes encore ces visites.

CORRUPTION SUR L'AUTOROUTE
Sur l'autoroute vers Ayuthaya, nous avons été arrêtés par des policiers, comme d'autres véhicules, pour la raison que notre chauffeur avait dépassé un véhicule et était resté trop longtemps sur la voie de droite - ici, ils conduisent à droite. Complètement ridicule! Poun, notre chauffeur, sort et va avec le policier à l'arrière du mini-bus et lui remet 100 bahts soit l'équivalent de 3.50$. Notre guide explique que c'est une «contribution» volontaire car s'il avait refusé de payer c'était une amende «officielle» de 400 bahts et des démêlés judiciaires!

DÉCORTICAGE DU RIZ
Une visite qui m'a bien impressionné fut celle d'une usine artisanale d'écossage de décorticage du riz où tout l'équipement utilisé était construit en bois et actionné par des poulies et courroies à partir d'un unique moteur. Comme ingénieur j'ai pu admirer la durabilité et l'efficacité de ces mécaniques presque centenaires qui font encore la job! Les gens nous ont permis de tout voir et d'apprécier leur travail car ils font parti d'une coopérative de paysans faisant la culture du riz biologique et ils sont très fiers de leur produit.

jour05_ayutthayaVISITE DE TEMPLES EN RUINE
La ville d'Ayuthaya, qui a déjà été la capitale du Siam, est classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Elle compte une multitude de temples bouddhistes anciens dont la majorité sont en ruine et quelques un en restauration. À notre arrivée dans cette ville historique, nous avons visité les sites suivants:

Lors des inondations catastrophiques de 2011, toute la ville a été recouverte de plusieurs mètres d'eau lorsque la rivière qui la traverse a débordée suite à la rupture de barrages en amont causés par des pluies diluviennes - un peu comme le déluge du Saguenay chez nous. Malheureusement, cet afflux d'eau a sapé la base de plusieurs de ces vieux monuments de sorte qu'on est plus certain de tous les conserver, plusieurs penchant dangereusement à la façon de la tour de Pise. Nous avons visité trois de ces sites, les mieux conservés, sous une chaleur accablante! C'était vraiment difficile mais pas au point de regretter les moins 25°C du Québec. Oh que non!

NOUS AVONS NOS VISAS!

Super bonne nouvelle cet après-midi en arrivant à notre hôtel Krungsri River à Ayuthaya : nos trois passeports nous attendaient à la réception avec chacun le visa pour la Birmanie! Le tout avait été rendu possible grâce aux gentilles Eng et Pak de notre agence locale qui, dès notre arrivée à Bangkok, se sont chargées elles-mêmes de toutes les formalités avec l'ambassade birmane à Bangkok. Nous sommes vraiment bien servie!

Voilà pour aujourd'hui.

Pascal Bouchard

Publié par Pascal


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE JOURNÉE :

Le Jour 5 sur le blogue de Raymonde.


 

1

jour04_bangkok_damoen4 février 2013

Ce matin, nous avons quitté Bangkok à 6h30 afin d'éviter le trafic et sortir de la ville rapidement vers Damnoen située plus au sud.

LES MARAIS SALANTS
Notre premier arrêt est pour acheter du sel que nous remettrons à un orphelinat dans le nord du pays. Tout le long de la route, des marais salants sont en exploitation avec des éoliennes rudimentaires pompant l'eau de mer vers les bassins où l'évaporation produira le sel. La première culture est pour la fleur de sel et Raymonde se fait un devoir d'en acheter un bon sac pour pas cher!

MARCHÉ DU TRAIN
À Samout Singkram, nous parcourons â pied l'attraction locale: le marché public établie sur les rails du chemin de fer qui coupe la ville en deux. On y vend de tout mais surtout du poisson et des fruits et légumes. Pour protéger les gens du soleil, chaque étal a son auvent soutenu par des tubes de métal. Heureuse conïncidence - je vous le dis, nous sommes chanceux - le klaxon du train se fait entendre. Immédiatement tous les auvents des échoppes sont retirés vers l'arrière et les acheteurs priés de se ternir sur le coté de la voie afin de laisser passer le train. Étonnant spectacle et merveilleuse scène de co-habitation urbaine! Tout le monde y a son compte. Panada, notre guide achète du poisson, des légumes et des fruits exotiques que nous dégusterons à nos repas de ce midi et de ce soir.

MARCHÉ FLOTTANT
Direction Damnoen Saduak où nous montons dans un canot motorisé pour la visite du marché flottant qui fait la réputation de cette aglomération parcourue de canaux artificiels qui servent à la fois de rues et de réseau de distribution d'électricité et d'eau potable. De chaque coté des canaux, des plantations de cocotiers bien alignés, des manguiers et autres fruits dont les noms nous seront connus au fur et à mesure de leur découvertes «gastronomiques». Ce soir au souper nous aurons des «mangoustans».

Les canaux varient de largeur pemettant la rencontre de deux ou trois barques à la fois. Et de chaque coté, des habitations et des échoppes proposant leurs produits touristiques. Car nous ne sommes pas les seuls touristes ici et tout est fait pour leur permettre d'assouvir leurs instincs d'acheteurs compulsifs.

Et dans tout ce fouillis, de multiples petites embarquations à rame manoeuvrées par des femmes âgées portant le chapeau traditionnel thai. La majorité offrent des repas préparés dans leur barque. Laissez-moi vous dire que ce spectacle provoque chez moi une «photographite» aigüe incurable me forçant à accumuler le plus de superbes photos possible! Merveilleux moments!

jour04_damoen_kanchanaburiLE PONT DE LA RIVIÈRE KWAI

Pour le repas du midi, Panada nous amêne à Kanchanaburi, sur la terrasse d'un resto monté sur piliers le long d'une rivière. Le site est extraordinaire. Je vois un pont métallique de chemin de fer qui traverse le large cours d'eau et sur lequel des gens se promènent. C'est le pont de la rivière Kwai !. Nous allons le visiter demain matin lors d'une excursion en bateau sur la rivière car il fait trop chaud présentement pour cette balade au soleil qui tape vraiement fort. Il fait au minimum 35°C.

Nous avons dégusté les petits poissons achetés ce matin au marché du chemin de fer et allons directement au musée du chemin de fer et au cimetière des soldats alliés morts pendant sa construction.

L'histoire du pont de la rivière Kwai n'est qu'un petit épisode dans la construction du chemin de fer de 475 kilomètres entrepris par les forces armées japonaises qui devait leur permettre d'aller attaquer l'Inde, alors possession de l'empire britannique. Les ingénieurs japonais avait prévu 5 ans pour la construction mais elle fut terminée en 17 mois!
Un travail gigantesque effectué au prix de près de 200 000 vies humaines en majorité birmane et thaïlandaises. Le film, Le pont de la rivière Kwai, qui avait marqué mon adolescence, ne relate en fait qu'une infime partie de ce gigantesque ouvrage soit les souffrances des soldats anglais prisonniers de guerre obligés à construire ce pont que les avions américains s'évertuaient à bombarder et détruire. En tout plus de 6 000 soldats anglais et autant d'australiens ont péri le long de cette ligne de chemin de fer surtout de choléra et de malaria mais près de 200 000 asiatiques ont aussi perdu leur vie à cette construction.
Nous faisons une brève incursion dans le cimetière ou reposent 7 000 soldats anglais et australiens.

NAMSAI RESORT
Il fait trop chaud et c'est avec plaisir que nous partons vers notre hôtel d'étape situé en pleine campagne, sur le bord d'une belle rivière où l'on fait la pisciculture d'une variété de tilapia. Il est désert sur semaine mais en fin de semaine il se rempli de thaïlandais qui viennent y faire la fête. Il est du genre motel avec une douzaine d'unités. Notre chambre # 6 a un lit double et une immense salle d'eau en annexe. C'est au moins un trois étoiles. Raymonde a tôt fait d'enfiler son costume de bain et la voilà dans la piscine extérieure.

Mais moi je rêve d'un coke ou d'un Pepsi bien froid - pas de bière car Gilles et moi en avons dégusté une Leo dans le mini-bus en s'en venant ici. On me propose une Est, l'équivalent de Pepsi en Thaïlande. Oui! Oui! Oui!

Cette belle journée s'est terminée au resto d'où nous avons pu admirer un magnifique coucher de soleil tout en mangeant du thai. Nous sommes tous fourbus et endormis et vers 20h00 nous prenons la direction de nos chambres où la climatisation a finalement eu raison de la chaleur.

À bientôt!


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE JOURNÉE :

Le Jour 4 sur le blogue de Raymonde.