Skip to content

jour43a_xi'an-beijing15 mars 2013

Ce soir, nous couchons près du centre-ville de Beijing, Pékin pour les nostalgiques, dans l'hôtel Grand Gongdajianguo. Notre chambre est beaucoup mois spacieuse que celle de Guilin ou de Xi'An et le contrôle du climatisateur ne semble pas fonctionner trop bien. Bon. En tant qu'homme, c'est à moi de régler ce problème.

Après avoir été avertis que le Wi-Fi n'était possible que dans le lobby, ma douce moitié est allé user de ses talents à la réception pour nous avoir un accès gratuit au Wi-Fi dans la chambre grâce à un petit routeur qu'on est venu brancher au câble internet déjà présent dans la chambre. Tout fonctionne parfaitement! Go pour les blogues!

Nous sommes arrivés à Beijing vers 13h30 et avons été accueillis à l'aéroport par notre guide. Sachez que tous les guides que nous avons en Chine sont des Chinois pure laine ayant appris le français soit à l'Université ou en France dans le cadre d'échanges étudiants. Mais comme leurs noms sont pour nous imprononçables, ils ont tous eu la délicatesse de prendre un surnom francophone. Nous avons eu Christian à Shanghai, ensuite Christine à Guilin, puis Marguerite à Xi'An et finalement ce sera Marie pour les quatre prochains jours, jusqu'à notre départ pour le Québec. De tous nos guides jusqu'à présent en Chine, c'est elle qui maîtrise le moins notre langue mais elle est pleine de bonne volonté et en faisant un effort de notre part, nous parvenons à comprendre ses explications.

Comme première activité, nous avons fait une promenade dans le quartier 798, plusieurs bâtiments d'une ancienne usine d'équipement militaire convertis en boutiques d'art, cafés, restos, etc. Un endroit fort prisé par les pékinois et que nous avons aimé parcourir lentement en fouinant ça et là.

Je veux surtout, aujourd'hui, vous donner différents renseignements qui vous permettront de vous faire une autre idée de la Chine, comme ce fut le cas pour moi grâces aux notes prises lors des entretiens avec nos différents guides.

FACEBOOK ET TWITTER
Je vous avais dit précédemment que l'accès à ces deux médias sociaux était impossible ici. Je n'ai pas pu aller voir ni l'un ni l'autre depuis notre arrivée il y a 12 jours. Mais les Chinois ont le QuQu qui est l'équivalent de Facebook et qui est entièrement libre, sans contrôle, et accessible partout. Et on ne se gêne pas sur ce média pour dénoncer la corruption et toutes les malversations faites par les politiciens et autres. L'équivalent de Twitter, ici, ce sont les SMS car TOUS les chinois ont un téléphone intelligent dans la main qu'ils sont constamment en train de consulter et de s'envoyer des messages. Plus libre que ça, j'ai pas vu!

Le contrôle de l'état se fait donc seulement au niveau de la télévision, radio et journaux et les Chinois savent pertinemment maintenant faire la part des choses! Et ils savent aussi ce qui s'est passé sur la place Tian'anmen en 1989 lorsque les tanks ont été appelés pour arrêter les protestations des étudiants. Ils sont convaincus que les émeutes ont été causés par des saboteurs et des provocateurs à la solde de la police d'état.

LES TROIS MONTAGNES
Les chinois disent qu'ils ont tous trois montagnes sur le dos, les fardeaux, qui les forcent à travailler plus que les occidentaux. Les voici dans l'ordre: l'éducation, l'appartement, l'assurance-médicale.

L'ÉDUCATION
À cause de la politique de l'enfant unique, donner la meilleure éducation possible à l'enfant devient pour les parents et les grands-parents, la première priorité. Et pour ce faire, il faut payer beaucoup pour l'envoyer dans un école semi-privée car le système publique n'est pas bon. S'il arrive qu'il manque une couple de points pour que l'enfant gradue, il est possible «d'acheter» ces points moyennant quelques milliers de dollars, argent noir qui va à la direction du collège. Les classes ont 60 élèves sous la responsabilité d'un titulaire qui enseigne l'histoire et la géographie avec en plus un professeur d'anglais et un de mathématiques. Les fins de semaines sont consacrées aux études parascolaires comme la musique, le sport, etc.

L'APPARTEMENT
En campagne, les paysans n'ont pas de problème avec cela car le terrain pour leur maison et les champs pour la culture leur sont donnés par le gouvernement. Mais en ville, il faut acheter un appartement dans une tour et c'est vraiment dispendieux soit l'équivalent de nos maisons de 300 000 $ chez-nous alors qu'ils ne gagnent que très peu. Comme l'accès aux prêts banquaires est pratiquement impossible, il faut donc au jeune couple compter sur leurs économies et sur la contribution des parents et grand-parents afin d'acheter leur appartement. Tous les guides que nous avons eu possédaient leur appartement mais aucun d'eux n'avaient le moyen de demeurer au centre-ville. Marguerite, notre guide à Guilin, faisait deux heures d'autobus matin et soir pour venir nous rejoindre à l'hôtel. Et qui prenait soin de sa fillette de 7 ans pendant qu'elle nous guidait ? Ses parents!

L'ASSISTANCE-MÉDICALE
Au début, lorsque le régime communiste a été instauré par Mao, les traitements médicaux étaient gratuits pour tout le monde. Plus maintenant car avec la libéralisation de l'économie depuis 20 ans en Chine, il faut payer pour avoir des bons services. Pas d'argent, pas de soins... à moins d'aller dans le service publique et se faire prescrire l'équivalent de nos Tylenol pour toutes les maladies. Ici, si tu as un cancer, tu meurt. Marguerite a payé 2 000 $ pour sa césarienne lors de la naissance de sa fille.

Finalement, de communiste, en Chine, il ne reste que le gouvernement! Tout le reste est basé sur l'économie de marché : tu veux gagner plus, tu travailles plus. Capitaliste au bout!

Voilà pour aujourd'hui.


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE JOURNÉE : 

Le Jour 43 sur le blogue de Raymonde.


 

jour42_xi'an14 mars 2013

Ce sera un grand jour pour moi aujourd'hui car je réaliserai un autre rêve : voir la fameuse armée de terre cuite de l'empereur Qin Shi Huang Di.

LA MAISON DE JADE
Mais auparavant, il me faudra patienter encore un peu car il y a visite du magasin de jade Xian Jinjiang Handicraft Center afin de «nous» - je m'exclus ici - permettre de dépenser nos sous! C'est vrai que je ne suis pas du genre à magasiner, loin de là, préférant me tenir penaud dans mon coin. Mais cela ne m'empêche pas de jeter un coup d'oeil sur les produits offerts et de tomber à la renverse en voyant les prix affichés!

Mais ce qui me fascine le plus dans ces visites, c'est la partie «atelier» où on veut bien nous montrer comment ces artices en jade sont fabriqués. Après le laïus d'un employé sur l'origine et les particularité du jade, nous sommes invités à le suivre dans une pièce adjacente pour en voir la transformation.

C'est comique car, dès qu'il ouvre la porte, nous entendons les moteurs des fraiseuses se mettre en marche. Sept-huit femmes font semblant de sculpter des pièces sous un éclairage vraiment déficient pour un travail d'aussi grande précision. Après les photos d'usage, nous quittons la pièce et, aussi subitement, le bruit cesse. Alors que tout le monde va voir les présentoirs, je retourne dans l'atelier et j'y trouve les même femmes assises sur leur chaise en train de jaser... en attendant le prochain groupe de touristes! De la frime sur toute la ligne!

ATELIER DE CÉRAMIQUE
Mais il me faudra encore patienter car notre guide nous annonce une autre visite prévue au programme : un atelier consacré aux reproductions des soldats de l'armée de terre cuite. En tout cas, ici, j'y trouve de l'intérêt car on peut voir en miniature et aussi en grandeur nature des copies bien faites des guerriers que nous verrons plus tard. Mais fallait bien s'y attendre, on y vend aussi des objets de laque, de jade et même des tapis! Bon, je passe!

LA 1ière DYNASTIE CHINOISE
Il faut maintenant mettre en contexte historique la fameuse armée de terre cuite de Xi'An. Vers 300 avant J.C, à l'âge du bronze, sept royaumes se disputaient la Chine actuelle. En 259 avant J.C naît Ying Zheng qui, 13 ans plus tard, héritera du trône du royaume des Qin. Après une période de régence, il prit tous les pouvoirs à 19 ans et entreprit alors d'unifier la Chine en faisant la conquête des six autres royaumes. Devenu empereur de la première dynastie chinoise - il y en a eu 20 - sous le nom de Qin Shi Huang Di, il unifia ainsi la Chine pour la première fois de son histoire. C'est lui qui est à l'origine de la muraille de Chine, une de ses oeuvres les plus grandioses, l'autre étant la huitième merveille du monde : l'armée de terre cuite.

L'ARMÉE DE TERRE CUITE
Cet empereur, connu aussi pour sa cruauté, mobilisa des millions de travailleurs pendant une trentaine d'années pour la construction du mur mais aussi pour l'édification de son mausolée funéraire situé dans la campagne de Xi'an, sous une colline artificielle. Sa tombe n'a pas encore été ouverte mais on a une bonne idée de ce qu'elle contient. En 1973, quatre paysans qui creusaient un puits à 1.5 kilomètres du mausolée ont fait la découverte de débris de terre cuite représentant des soldats grandeur nature. Ce fut le début d'une extraordinaire découverte qui provoque toujours l'émerveillement des visiteurs. J'ai eu la chance au cours de notre visite de serrer la main d'un de ces paysans et de poser en sa compagnie avec Raymonde. Je vous invite à consulter ce lien pour en savoir plus.

Une fois cette émouvante visite effectuée, nous sommes revenus au centre-ville pour une heure de temps libre. Certains sont allés visiter un immense centre commercial alors que mon amour et moi sommes allés prendre un bon café au Starbuck. C'est devenu notre petit plaisir coupable!

SOUPER-SPECTACLE
Cette merveilleuse journée s'est terminée par un souper aux raviolis, une spécialité locale, dans le même endroit qu'hier soir mais dans une salle ressemblant beaucoup au Capitol de Québec. Encore une fois, nous avions des places de choix devant la scène où nous avons assisté à un spectacle de chants et de danses de très haute qualité provenant de la dynastie des Tang qui régna sur la Chine du 7ième au 11ième siècle de notre ère.

Cette nuit est la dernière à Xi'An car nous reprenons l'avion demain avant-midi pour notre dernière étape avant le retour : Beijing.


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE JOURNÉE : 

Le Jour 42 sur le blogue de Raymonde.


 

jour41_guilin-xi'an13 mars 2013

La journée sera longue! Réveil à 5h00 et départ à 6h30 après une petite collation prise dans le lobby de l'hôtel. Deux heures de route pour retourner à l'aéroport de Guilin pour notre vol vers Xi'An, la ville des guerriers en terre cuite.

POIDS EXCESSIFS
La compagnie China Southern est très stricte sur le poids des bagages et comme la somme de nos valises excède d'environ 2 kilos les 40 permis, nous aurons besoin des réserves de nos compagnes et compagnons de voyage pour nous faire accepter sur le vol. Ben tannant!

XI'AN
Une nouvelle guide nous attendait à Xi'An : Marguerite. Elle est dans la trentaine et parle très bien le français mais nous semble un peu froide ou distante... à l'occasion. Une tempête de sable venant de la Mongolie affecte depuis 3-4 jours la région de Xi'An ce qui rend le ciel jaunâtre et embrume tout dans un genre de smog. Le soleil perce et ses rayons sont suffisants pour adoucir la température un peu plus froide qu'à Guilin. Mais personne ne se plaint d'avoir un peu de fraîcheur.

MINI-MINI-BUS
Le mini-bus est plus petit que celui de Guilin qui lui était plus petit que celui de Shanghai. À ce rythme, je n'ose pas imaginer ce que nous aurons comme véhicule pour nous déplacer à Beijing! Celui-ci est tellement petit qu'il n'y a pas de place pour les valises à l'arrière et elles doivent être placées sur les deux premières banquettes à l'avant et elle nous bouche presque complètement la vue vers l'avant. Ça commence mal d'autant plus que nous aurons à endurer cette situation toute la journée car nous n'irons à l'hôtel qu'après le souper!

COURS DE CALLIGRAPHIE
Notre première visite se fait à la pagode de l'Oie Sauvage où nous recevons un cours de calligraphie chinoise que nous avons tous trouvé très intéressant puisqu'il répondait a beaucoup de questions que nous avions sur les caractères et idéogrammes chinois. Je me suis offert une petite peinture sur papier de riz avec mon prénom Pascal écrit en caractères chinois et qui signifie «homme gentil et sympa». La traduction de «Raymonde» est «généreuse et vertueuse».

LES REMPARTS DE XI'AN
Après le dîner, nous allons visiter les remparts qui entourent la vieille ville sur 13.7 kilomètres et qui sont parfaitement conservés même s'ils datent de 1370 et construits sous la dynastie Ming. Après une demi-heure de «liberté» sur les remparts, notre guide nous annonce que nous allons faire une marche d'une heure et demie le long des remparts pour aller au resto pour souper sous prétexte que c'est l'heure de pointe et que notre mini-bus sera pris dans les bouchons. Mieux vaut alors aller à pied!

MARCHE SOUS LES REMPARTS
La première demi-heure est intéressante car nous pouvons prendre des photos de chinois en train de s'exercer à différentes activités dans le parc qui longe les remparts. Mais lorsque notre marche nous conduit vers une partie de la route en re-construction, la grogne commence! Nous sommes tous pas mal déçu d'avoir à tant marcher surtout que nous sommes debout depuis un bon moment! Pour la première fois, nous sentons du mécontentement.

FONDUE CHINOISE
C'est avec joie que nous atteignons finalement le resto où nous dégusterons une fondue chinoise avec beaucoup de légumes et des tranches de boeuf. Nous avons chacun notre petit réchad devant nous. L'atmosphère est redevenue agréable et nous avons vraiment apprécié ce souper d'autant plus que nous nous sommes payés quatre bonnes bouteilles d'un excellent vin chilien, le Santa Rita. Oh que oui!

Je ne sais pas encore pour nos compagnes et compagnons de voyage que nous reverrons demain matin, mais nous avons probablement encore hérité d'une suite! C'est immense et très beau.

À demain!


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE JOURNÉE : 

Le Jour 41 sur le blogue de Raymonde.