Skip to content

SulawesiRantepao, Sulawesi - Mardi 3 février 2015

On dit qu’on fait notre chance mais encore faut-il qu’il y ait parfois des coïncidences comme nous avons vécu ce matin.
Partis en visite vers 9h00, notre première destination est la visite des niches funéraires Tau Tau dans le roc à Lemo. En chemin, notre guide Richard nous dit qu’il va s’informer pour savoir si nous ne pourrions pas assister à une cérémonie funéraire cette semaine car elles sont impressionnantes. Je me dis en moi-même : « C’est placé dans l’Univers! Cher Richard! »

Nous quittons la route principale pour nous diriger vers les niches que nous voilà interdit de circuler! Tout est bloqué en avant et deviner pourquoi? Une cérémonie funéraire vient de débuter!

CÉRÉMONIE FUNÉRAIRE

Quatre buffles ont été égorgés et gisent sur le chemin. Des gens ont commencé à les dépecer. Plusieurs cochons attendent aussi leur tour! C’est la première fois que je vois autant de sang de ma vie! Oh la la! Et les dépeceurs qui pataugent là-dedans et vont porter tous les morceaux de viande y compris les abats à une plateforme où on les divisent pour redonner aux familles reliées au mort.

L’homme décédé était au début de la soixantaine. Par la porte nous voyons son cercueil au milieu de la pièce. La famille proche est assise devant la maison. Tous les terrains environnant la maison du défunt ont été prêtés par les voisins pour y construire des abris temporaires en bambou. J’étais convaincu que c’étaient des maisons permanentes!
Non! Tout est temporaire même la très belle salle de réceptions où les membres de la famille du défunt reçoivent les offrandes des amis et visiteurs ! Nous avons donné un carton de cigarettes… ce qui est le standard pour les visiteurs comme nous. Une suite de salles temporaires ont été érigées le long du chemin et numérotées : elles sont destinées aux membres des familles reliées au défunt. Un maître de cérémonie annonce sur son système de son l’arrivée des gens. Tout semble orchestré à la minute près. Impressionnant!

Des touristes français nous disent qu’un de leurs amis a déjà assisté à des funérailles comme celle-ci qui avaient durées 14 jours avec, à chaque jour, l’immolation de buffles et de cochons pour nourrir tout ce monde! Ici, on nous dit que la cérémonie ne va durer qu’une seule journée mais en regardant tout le faste qui l’entoure, je n’ose imaginer le prix de tout cela. Richard dit que tous les animaux immolés sont autant de dettes que la famille aura à l’avenir envers ceux qui les ont apportés ici. «On est dans les dettes même après notre mort! » nous dit-il!

Même si nous ne sommes que des visiteurs, on souligne notre présence au micro et une petite salle nous est réservée où on nous offre du thé, du café et des gâteaux et biscuits. On ne nous met aucune restriction pour les photos.

NICHES FUNÉRAIRES

Le temps passe et Richard nous conduit ensuite à la paroi de roc dans laquelle des niches sont creusées pour y mettre les défunts. Des figurines grandeur nature à la ressemblance y sont aussi installées. On les appelées tau tau.

CIMETIÈRE DE BÉBÉS

Nous quittons Lemo pour un autre village où nous visitons un petit cimetière très original pour les bébés morts avant qu’ils n’aient des dents. Les petites dépouilles étaient mises dans des niches creusées dans un gros arbre et refermées par du bambou. On croyait ainsi que la sève de l’arbre allait nourrir le nourrisson pour l’éternité. Cette pratique n’est plus autorisée par les autorités chrétienne car ici la population est à 80% catholique ou protestante. Nous avons vraiment été impressionnés et émus de cette pratique.

Nous avons dîné en compagnie d’un couple de français qui voyagent comme nous soit seuls avec guide et chauffeur. Nous les avons trouvés un peu chialeux ! Peut-être que leur voyage n’a pas été aussi bien organisé que le nôtre car nous, nous n’avons absolument rien à redire! Tout est parfait et selon nos attentes.

LES MAISONS ANCESTRALES TORAJA

Notre journée s’est terminée par la visite du village de Kete Kesu où nous avons pu admirer de près les maisons ancestrales aux toits typiques. Même si on voit des maison de ce type partout lors de nos déplacements, plusieurs ont maintenant le toit en tôle car c’est moins dispendieux à entretenir. Mais dans ce village, tous les toits sont en bambous recouverts d’écorces de palmier. Spectaculaire!
La pratique de l’art de la construction de ces maisons n’est pas perdue car on en a vu beaucoup en construction. La population est très fière de son patrimoine et cherche à le protéger et le perpétuer.

Voilà pour notre magnifique journée de visites sous un soleil radieux… jusqu’à 15h00 où les nuages se sont montrés et on déverser leur pluie jusqu’à 20h00 ce soir. Mais nous, nous étions déjà bien à l’abri, notre journée de visites étant terminée.

 


LA CARTE

Itinéraire du voyage

 


NAVIGUER SUR NOS BLOGUES

Vous pouvez aussi suivre ce voyage sur le blogue INDONÉSIE RAYMONDE de Raymonde qui apporte une autre dimension à ce périple par sa touche toute personnelle de raconter nos péripéties!

Pour la version «cartésienne» de ce voyage, ne manquez pas de consulter le blogue INDONÉSIE PASCAL que Pascal rédige minutieusement au jour le jour!

 


 

Auteur : Pascal
Auteur: Pascal

 

 

 

 

 


 

3

jour04_damoen_kanchanaburi5 février 2013

Hier soir, je ne sais pas si c'était le souper super épicé qui m'a rendu kaput mais à 22h30 j'étais couché et endormi! Mais dès 4h30 j'étais réveillé et j'en ai profité pour rédiger ma journée d'hier sur le blogue.

SKYPE DU QUÉBEC

Excusez-moi d'interrompre ce bloque mais mon Skype vient de s'allumer et c'est Marie, ma belle-soeur, qui est en ligne! Surprise! Raymonde s'empresse de jaser avec sa soeur des dernières nouvelles... surtout de son entorse lombaire extra-douloureuse qu'elle vient de subir!

(Précision : C'est Marie qui s'est faite une entorse lombaire. Raymonde est en pleine santé même si nos nombreux tours en petits bateaux sont douloureux pour le dos, les dossiers des sièges nous coupant littéralement les reins!).

Hier soir, Gilles, notre compagnon de voyage, m'a fait découvrir un nouveau logiciel qui permet d'appeler à partir de son ordinateur partout dans le monde quelqu'un qui n'a que le téléphone: Dell Voice. Je vais certainement l'essayer.

PONT DE LA RIVIÈRE KWAI
Au programme ce matin, visite du pont de la rivière Kwai - prononcer Què comme dans «vrai» - et promenade en bateau. Le pont original en bois a été détruit il y a longtemps et c'est le pont de métal construit en parallèle qui lui a survécu. Il a lui aussi été construit par les prisonniers de guerre anglais, australiens et néerlandais en 1942. Nous le traversons à pied pour aller monter tous les quatre dans un bateau qui nous a mené au second cimetière où 1 500 soldats anglais et néerlandais sont ensevelis. Il est situé à l'emplacement même du camp des prisonniers. Très émouvantes encore ces visites.

CORRUPTION SUR L'AUTOROUTE
Sur l'autoroute vers Ayuthaya, nous avons été arrêtés par des policiers, comme d'autres véhicules, pour la raison que notre chauffeur avait dépassé un véhicule et était resté trop longtemps sur la voie de droite - ici, ils conduisent à droite. Complètement ridicule! Poun, notre chauffeur, sort et va avec le policier à l'arrière du mini-bus et lui remet 100 bahts soit l'équivalent de 3.50$. Notre guide explique que c'est une «contribution» volontaire car s'il avait refusé de payer c'était une amende «officielle» de 400 bahts et des démêlés judiciaires!

DÉCORTICAGE DU RIZ
Une visite qui m'a bien impressionné fut celle d'une usine artisanale d'écossage de décorticage du riz où tout l'équipement utilisé était construit en bois et actionné par des poulies et courroies à partir d'un unique moteur. Comme ingénieur j'ai pu admirer la durabilité et l'efficacité de ces mécaniques presque centenaires qui font encore la job! Les gens nous ont permis de tout voir et d'apprécier leur travail car ils font parti d'une coopérative de paysans faisant la culture du riz biologique et ils sont très fiers de leur produit.

jour05_ayutthayaVISITE DE TEMPLES EN RUINE
La ville d'Ayuthaya, qui a déjà été la capitale du Siam, est classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Elle compte une multitude de temples bouddhistes anciens dont la majorité sont en ruine et quelques un en restauration. À notre arrivée dans cette ville historique, nous avons visité les sites suivants:

Lors des inondations catastrophiques de 2011, toute la ville a été recouverte de plusieurs mètres d'eau lorsque la rivière qui la traverse a débordée suite à la rupture de barrages en amont causés par des pluies diluviennes - un peu comme le déluge du Saguenay chez nous. Malheureusement, cet afflux d'eau a sapé la base de plusieurs de ces vieux monuments de sorte qu'on est plus certain de tous les conserver, plusieurs penchant dangereusement à la façon de la tour de Pise. Nous avons visité trois de ces sites, les mieux conservés, sous une chaleur accablante! C'était vraiment difficile mais pas au point de regretter les moins 25°C du Québec. Oh que non!

NOUS AVONS NOS VISAS!

Super bonne nouvelle cet après-midi en arrivant à notre hôtel Krungsri River à Ayuthaya : nos trois passeports nous attendaient à la réception avec chacun le visa pour la Birmanie! Le tout avait été rendu possible grâce aux gentilles Eng et Pak de notre agence locale qui, dès notre arrivée à Bangkok, se sont chargées elles-mêmes de toutes les formalités avec l'ambassade birmane à Bangkok. Nous sommes vraiment bien servie!

Voilà pour aujourd'hui.

Pascal Bouchard

Publié par Pascal


POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE JOURNÉE :

Le Jour 5 sur le blogue de Raymonde.