Skip to content

Jour 47 – MAMALLAPURAM – Billet de Raymonde

Mamallapuram
Mamallapuram

29 décembre 2010 – Mardi à Mamallapuram

Suite au Woodstock du Cap Comorin, roulant à tous les jours plusieurs kilomètres, me voilà à penser que les Têtes à Claques auraient du « jus » à venir s’inspirer de la vie indienne.  Voici mes quelques-unes de mes réflexions.

D’abord notre chauffeur a un défaut de dents comme le commandant du vol 1932.  Me voilà à rire seule de mes pensées.

Sur les routes rurales, des femmes portent des tas de foin énorme.  De derrière, on ne voit que le tas de foin qui occupe sa tête et ses épaules, donnant l’impression que le tas de foin marche seul.

Nous voyons des vélos sur lesquels des grappes de chaises en plastique sont empilées dépassant la tête du cycliste de plusieurs pieds.  De derrière, on ne voit que les pieds du cycliste en mouvement.  On a l’impression que vélo avance sans conducteur.

Vidgi dit que les vaches sur les routes sont les policières de la circulation.  Il faut ralentir veut, veut pas!

Les tuktuks du coin, ont une partie du devant peint en noir, ce qui me donne l’impression que c’est un Ganesh, avec sa grande trompe d’éléphant.  Je crois que c’est le temps que je retourne au Québec.  Mon imagination devient très fertile!

Nous rions en disant que s’il fallait conduire au Québec comme ici, nous serions arrêtés pour conduite dangereuse et mentale.

La dernière et non la moindre, ce soir, je désire manger des frites et un sandwich rôtie aux légumes.  Mais il faut commander à partir de notre chambre et nous sommes déjà au restaurant.  Je demande au serveur si je peux commander maintenant.  Non, non, seulement de la chambre.  Alors je fais dring, dring, dring, here room 116, please I want a french fries.

Il rit mais il m’assure que je ne peux le manger au resto.  Il me faudra revenir à ma chambre où la livraison sera faite.  Guylaine est avec moi.  Nous rions de ces incongruités n’ayant aucun sens pour nous.  Je répète la même comédie pour commander la même chose à Guylaine.  Il rit à nouveau et nous dit que le tout nous sera livré.  Nous sortons en riant de plus belle.  Vive la différence.

Il me faut me coucher, car demain matin, nous partons à 06h00 pour le ashram où nous effectuerons une montée de 45 minutes pour nous rendre aux grottes de l’ascète Ramana Maharishi.

Bonne nuit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *