Skip to content

Jour 44 – PONDICHERRY – Billet de Raymonde

Pondicherry
Pondicherry

26 décembre – Auroville

Nous rencontrons Marcel Poulin accompagnée de Clôde à ce ashram bien particulier.    Sur le pamphlet de ce site, il est dit : « Auroville veut être une cité universelle où hommes et femmes de tous pays puissent vivre en paix et en harmonie progressive au-dessus de toute croyance, de toute politique et toute nationalité.  Le but d’Auroville est de réaliser l’unité humaine ».

Cette forme de profession de foi laisse Pascal complètement indifférent.  C’est dans le programme : on y va!  La balance de notre petit groupe, nous trippons à découvrir cet environnement qui fut crée de toute pièce, à partir d’une zone complètement désertique.  Aujourd’hui des jardins, des résidences, des maisons et établissements municipaux propres au ashram, couvrent une partie de cette superficie.

Nadaska

Suite à des changements rocambolesques, nous rencontrons Nadaska et d’une femme fin trentaine ou début quarantaine.  Le chant de la femme mêlé à celui de l’homme, accompagné de la musique de Nadaska viennent me chercher au plus profond de mon être.  Les yeux fermés, je sens la musique partir du chakra de base, sautant de chakra en en chakra pour s’arrêter à celui du cœur.  Et là, soudainement, une capsule saute et libère une énergie semblable à des bulles de champagnes.  Les larmes roulent sur mes joues, de bonheur, d’extase et de béatitude.  Je sens mon corps et mon esprit en totale harmonie.  Je suis ICI en fusion avec la musique et les notes vibrent dans chaque cellule de mon corps.  Lorsque que des sons sortent de la gorge de la jeune femme, ils viennent fusionner au niveau de mon cœur.  L’enfant, l’adolescente, la femme et celle que je suis aujourd’hui fusionnent avec le passé et le futur.  Je SUIS.  Quelle sensation.  Lorsque Nadaska cesse de jouer, je reviens tranquillement.

Je me dis que je ne pourrai pas supporter une autre « toune » comme ça.  C’est assez!  Comme par enchantement, il enchaîne dans quelque chose de beaucoup plus doux, plus berçant et plus flottant.  Ce rythme permet à cette nouvelle énergie de s’installer tranquillement et de glisser dans tous les chakras, un à un, tout en gardant un rythme lent.  Quel soulagement.

La musique sacrée est entrecoupée d’explication musicale fort intéressante. Et la musique reprend en passant de la guitare classique à l’électrique.  C’est une expérience, comme dit si bien Marcel Poulin, que je me souviendrai toute ma vie, qui se compare à la beauté du Taj Mahal.

La rencontre de Marcel P. ce matin est passée de l’état de coïncidence à rendez-vous karmique!  Merci Marcel P.  J’ai l’impression que Marcel savait déjà, depuis Québec, que ces rendez-vous nous attendent, qu’importe nos décisions.  Je ne voulais pas y assister.  On le rencontre.  On y va et je vis ce crescendo énergétique intense. Bon!

La journée se termine en magasinage pour Guylaine et moi.  Après un bon repas bio dont les fruits et les légumes sont cultivés au Ashram, nous magasinons.  Je m’achète un haut en soie bleu royale qui me donne l’impression de porter une plume douce et soyeuse.  Sensation très agréable et aérienne.

J’achète quelques chemises coton et soie qui semblent aussi endossées la sensation de la plume légère.  Je termine par deux foulards que je regrette presqu’aussitôt.  Ils perdent leurs granules de couleur… Bon!

Claire, ma bonne et récente amie, je me suis trouvé les deux bracelets que je désirais.  Hélas, au souper, j’ai perdu le plus beau!  Les attaches me laissaient perplexe!  Avec raison.  Rien à faire pour le retrouver.  Regarder partout autour et sous la table et chaises.  Introuvable.  Il a tout simplement disparu.  Il a du glisser de mon poignet et Dieu seul sait qui l’a ramassé.  Je n’ai même bougé de la table.  Alors, quelqu’un est venir le cueillir là où il est tombé… tout près de moi sans que je le sache.  Je vis une déception et ce matin j’en fais un deuil.  Merci pour les quelques heures de plaisir allouées.

Il fallait un petit foulard de soie sur le roof top du resto européen.  Richard : Clôde et moi avons dégusté un banana split en pensant, en parlant et en riant avec toi.  Quel plaisir de se souvenir de vous  - tous!

Bonne nuit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *