Skip to content

Jour 24 – NAWALGARH – DELHI – Billet de Raymonde

Delhi
Delhi

Lundi, 6 décembre 2010

Nawalgarh – Delhi (267 km ) 5h30


Longue route.  Au lieu de garder le cap par autoroute, Sanjeev choisit de prendre un raccourci sur l’équivalent de nos pistes cyclables les plus mal entrenues; ça serait encore mieux que ce que nos derrières eurent à subir en inconfort.  Nous sommes en Inde.

Mardi, 7 décembre 2010 – Delhi

Le musée d’Indira Gandhi

Cette ancienne résidence fut transformée en musée.  Photos et effets personnels relatent cet important chapitre de l’Inde indépendante.

Elle est devenue en 1966, la première femme Premier Ministre de l’Inde.  Elle a grandi dans un foyer politique, car fille d’un premier ministre elle fut confrontée aux complexités de la vie politique dès son plus jeune âge.  Son père, Jawahalal Nehru, a travaillé avec Mohandas Gandhi pour obtenir l’indépendance par rapport à l’empire britannique en 1947.

Ses quatre dernières années en fonction ont été contestées par les personnes luttant pour la liberté qui demandaient l’indépendance de la patrie historique des Sikhs, le Penjab.  On pense que son assassinat a été motivé par sa décision de faire assiéger un important lieu de culte sikh par l’armée indienne afin de tuer un dirigeant dans les rangs des défenseurs de la liberté.

Ses parents furent emprisonnés par les Britanniques car lui et Gandhi luttaient pacifiquement pour obtenir l’indépendance de l’Inde.  Sa mère a contracté la tuberculose en prison.  Sa mère n’a jamais pris de gouvernante britannique.  Ce qui lui a évité le processus d’occidentalisation et lui a permis d’entretenir sa langue hindi et de grandir en pensant comme une indienne.

Quelle grande dame! Au courant de toutes ces journées dans le Nord de l’Inde bien remplies de couleurs, de propositions et de sollicitations de ventes, de poussière et de sourires, nous pouvons siroter un chaï à l’ombre ou au soleil, selon notre besoin du moment! Un moment d’éternité!

Temple Baihï et son musée en forme de Lotus

Le Lotus Temple ou Temple Bahaï est environné de jardins et de bassins.  Les adeptes de toutes les religions viennent y prier et méditer en silence.  C’est un étrange monument achevé en 1986 qui sert de temple à la communauté Bahaï est composé de 9 côtés et son dôme est formé par 27 ou 29 pétales en marbre blanc, disposés par groupe de trois et s’inspire du Lotus, fleur qui symbolise la quête mystique.

Je ne connaissais que très peu cette communauté.  Les Baha’ï représente un groupe islamique tolérant, fondé en Iran, en 1844, dont le premier prêcheur fut exécuté par les chiites.  Sa doctrine, le Bahanaïsme, prône la paix et la tolérance entre les communautés religieuses et incarne un syncrétisme religieux qui vénère tous les prophètes des grandes religions.

Après la chute du Shah d’Iran, et la prise du pouvoir par les ayatollahs, les Bahaï, victimes de persécutions de la part des mollahs, ont émigré dans le monde entier.

Nous avons assisté à deux chants et un bout de prêchage… Pascal a dormi tout le long!  Bonne sieste mon homme!

Qutab Minar

Ce minaret ou tour de la victoire est d’une hauteur de 73 mètres.  Il est le symbole du nouveau pouvoir afghan et un des monuments les plus célèbres de Delhi.

Nous prenons notre pick-nick juste à l’extérieur des murs.  Il est défendu de manger à l’intérieur de l’enceinte.  Daniel nous a déniché de bons pains genre pâte phyllo aux légumes et au poulet.  Il en restera quelques-uns.  Des bouchées au paneer et épinard.  Des pains genre pizza mais de forme allongée à l’ail ou aux légumes.  Le tout accompagné de noix d’acajou et d’amandes.  Un choix de desserts indiens; un délice pour les yeux et les papilles.  Bravo guide!

Namaste!

Nous avons quitté le Rajasthan pour entrer dans la région de Delhi.

Tous ces gens – Poème de Marcel Poulin stationné à Pondicherry, Inde

Il y a tous ces gens

Ceux et celles que l’on croise

Pour un seul moment

L’instant d’un regard,

L’instant d’un sourire

Il y a beaucoup d’amour

Dans cette espèce humaine

Que nous sommes.

Il y a beaucoup de bonté

Dans cette espèce humaine

Que nous sommes.

Il suffirait de si peu

Pour que tout se transforme.

« Le vrai domicile de l’homme n’est pas une maison mais la route, et la vie elle-même est un voyage à faire à pied »  Bruce Chartwin

Namaste! Pour ce premier bout de voyage qui m’enseigne l’abandon à tous les jours, sous toutes les formes inimaginables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *