Skip to content

Le béring du centre

Voici un autre épisode vécu de la série

 « VOYAGER C'EST AUSSI CELA...» 

SumatraSamosir, Lundi 26 janvier 2015

Dès que le bateau eut pris le large sur le lac Toba pour nous rendre sur l'île de Samosir, je suis allé occuper un siège derrière la cabine de pilotage afin de relaxer et passer le temps en lisant sur ma liseuse.

Oh surprise! Je fais mieux de laisser l'appareil dans mon sac à dos sur le plancher car ce sera impossible de focusser mes yeux tellement les vibrations du siège sont monstrueuses!

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, je réalise que, si je persiste à laisser mon postérieur en contact avec ce siège, J’aurai droit à une séance de massage gratuite tellement tout vibre à une fréquence élevée! Je compte et j’arrive à 7 secondes d’intenses vibrations suivies de 3 secondes de répit. Aucun fauteuil de massage commercial ne peut arriver à ce résultat. Impossible! C'est comme comparer le décollage d'un ascenseur à celui d'une fusée Soyouz!

Pendant ces 7 secondes de vibrations intenses, les dents nous claquent comme une mitraillette déréglée, les lunettes nous cascadent sur le nez et nous tombent sur le menton, les yeux deviennent fous et flous en tentant de faire le focus et tous les battements impairs du cœur sont sautés! 7 secondes et puis... tout cesse!

C'est le répit! Pendant les 3 secondes suivantes, il faut rapidement se remonter les fesses sur le banc, ajuster ses lunettes sur le nez à temps pour le prochain cycle sinon on risque de se crever un œil  en le faisant et saisir fermement les bras du banc pour le prochain cycle. Et c'est reparti!

Malgré ces «légers» inconvénients, le massage du dos et de tout ce que contient mon enveloppe corporelle est extrêmement efficace, il faut l’avouer et on ne s'en lasse pas. Le propriétaire du traversier ne le sait pas mais il a une petite mine d'or qui dort ici!

Mais j'ai une grosse réserve :  je ne sais pas pour combien de temps encore ce massage sera tout simplement disponible sinon gratuit car  J’ai fait un calcul scientifique assez poussé pendant mes «caresses mécaniques» et si la fréquence de 7 secondes de vibrations pour 3 de répit passe à 9 pour 1, c’est la cabine de pilotage au complet qui va prendre le bord!

En sortant du bateau, j’ai failli aller voir le mécano dans la chambre des machines pour lui conseiller de changer le «béring de centre du shaft du screw» qui est la cause certaine de ces vibrations monstrueuses! Bon! Ce sera pour la prochaine fois!

Oh! J'oubliais! Ma montre à remontage mécanique est foutue! Après avoir accumulé 6 mois de remontage grâce aux vibrations, le ressort accumulateur a rendu l'âme. Finalement c'est un massage qui me coûtera assez cher merci!

Voilà pour l'expérience personnelle du jour.


LA CARTE

Itinéraire du voyage


NAVIGUER SUR NOS BLOGUES

Vous pouvez aussi suivre ce voyage sur le blogue INDONÉSIE RAYMONDE de Raymonde qui apporte une autre dimension à ce périple par sa touche toute personnelle de raconter nos péripéties!

Pour la version «cartésienne» de ce voyage, ne manquez pas de consulter le blogue INDONÉSIE PASCAL que Pascal rédige minutieusement au jour le jour!


 

Auteur : Pascal
Auteur: Pascal

 

 

 

 

 

 

 


 

1 thought on “Le béring du centre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *