Skip to content

Amritapuri
Amritapuri

19 décembre 2010 – Ashram Amma - Amrita Puri

MISE À JOUR SUR LA FAUNE

Je ne peux quitter l’ashram sans vous faire une mise à jour sur la faune qui le hante.

«Les émules de Ti-Guy»

Ti-Guy n’est pas apparu ces deux derniers soirs. Il faut dire qu’Amma ne chantait pas, occupée qu’elle était à donner des «darshans» à ses fidèles. Ti-Guy, lui, aime juste le direct, pas la musique enregistrée. Pas assez «boostante» à son goût. Mais Ti-Guy a des émules. Pas des survoltés à 33 000 volts comme lui. Non mais ils essayent. Ils sont comme le lapin rose de la pub de Duracell :  ils sont branchés sur des batteries 1.5 volt et battent des bras lentement. Ils se ménagent pis ils font du chemin avec ça.  Hier, un émule de Ti-Guy a toffé pas mal toute la ronne. J’ai passé par là à 21h30 : il avait encore un bras qui bougeait, tout le reste était figé. Il était tout seul dans l’auditorium.

«Olive Oil»

Olive Oil, la copine de Popeye, n’est pas un nouveau personnage de la faune ashramique. Vous vous souvenez sans doute qu’«In Silence» était une «Olive Oil». En fait, beaucoup de femmes ici sont des Olive Oil. Pourquoi vous entends-je crier en cœur? Ben parce que Amma, en plus d’être l’avatar de Kali, est aussi l’avatar d’Olive Oil! Ben oui! Avec 100 kilos de plus, c’est vrai mais, physiquement, avec ses cheveux tirés vers l’arrière et son bun (beignet) derrière la tête c’est exactement Olive Oil!

« Bavishna»

«AVIS IMPORTANT: Ceci est une fiction: toute ressemblance avec des personnages réels et vivants n'est pas une coïncidence. Seuls les faits sont imaginaires!»

Qu’ont en commun les copines Sandrine et Sabine de Ste-Odile-sur-Saone en France  et les copines Martine et Aline de Ste-Marthe-sur-le-Lac au Québec?

Arrêtez! Vous ne trouverez jamais! Bien sur elles sont francophones et font partie des Olive Oil. Mais ce que je vais vous apprendre ne vous surprendra pas vraiment : chacune d’elle a choisi un nom religieux par lequel elles se font connaître à l’ashram. Et tous ces noms ont trois syllabes et sonnent pareil genre «*a*ish*a» où les * sont des consonnes aléatoires.

Voici quelques exemples en traduction libre:

Bavishna : «Salive onctueuse de Vishnu sur le sein de Kali»

Dratshiva : «Droite comme le troisième orteil du pied en lotus de Shiva»

Vagishpa : «Second vagissement incontrôlé de Pavarti enfant»

«Parlishma : «Perle de rosée séchée sur le collier d’œillets au cou de Rama»

Vous l’aurez deviné, Parlishma ou Perle de Rosée… c’est Aline de Ste-Marthe-sur-le-Lac. Elle a 64 ans et est très nostalgique des belles heures de son enfance passées devant la télévision. C’est en honneur de Perle-de-Rosée, la blonde de l’autochtone Aigle-Noir dans Rin-Tin-Tin qu’elle a choisi ce nom.

Ce midi, j’ai mangé au resto. On commande, on paie et on attend qu’on dise notre nom pour nous remettre notre repas. Les quatre dames ci-haut identifiées par leur nom religieux étaient aussi en attente. Comme je suis taquin, j’ai choisi un nom religieux… disons profane, pour ma commande, question de m’amuser un peu à leur dépens.

La dame arrive avec mon assiette et crie : «PACHEMINA».  Je me lève donc pour aller chercher mon assiette, «Pachemina» étant mon nom profane pour aujourd’hui. Mais vous auriez dû voir la stupeur et la consternation sur la figure de mes quatre comparses! Voyons mesdames! On a ben le droit de s’amuser un peu et de se rappeler ces heures de plaisir à magasiner les pacheminas dans le Nord! Ce soir mon nom profane sera «Kingfisher» en souvenir de nos 5 à 7 de bières.

«Modèle LE»

Ce modèle est en fait un hybride :

LE pour Limited Edition car confiné à l’ashram.

LE pour Low Energy car il consomme très peu, carburant à l’énergie d’Amma.

Le «Modèle LE» standard est occidental et masculin, 20-30 ans, grand, mince, blondin avec une barbe qui tarde à fleurir. Lui aussi fonctionne sur une batterie Duracell 1.5 Volt mais il ne danse pas : il marche lentement. Ou plutôt, il flotte. Comme sur un nuage. Avec du «spring» dans les genoux. Sans sandales. Avec une longue besace en bandoulière datant de l’époque hippie des années 60. Probablement un don de sa mère biologique car ici, maman, c’est Amma.

Le «Modèle LE» vient avec son propre système d’autoguidage GPS incorporé, l’appendice nasal, qu’il tient bien haut devant lui, lui servant d’antenne omnidirectionnelle. Un sourire perpétuel orne ses lèvres qui s’entrouvrent par moment pour laisser échapper un «Om namah shivaya» bien senti!  Et il tourne à gauche. Pour tourner à droite c’est :  «Shiva om namah».

Bon, ben, voilà.

C’est fini.

Terminé.

Tout a été dit.

Tout est consommé.

Alea jacta est.

Veni, vidi, vici.

Je crisse mon camp d’icitte.

Kovalam
Kovalam

KOVALAM NOUS VOICI!

3

 

Amritapuri

18 décembre 2010 – Ashram Amma – Amrita Puri

LES BONNES ŒUVRES D’AMMA

C’est notre dernière journée à l’ashram d’Amma et je n’ai pas encore parlé en mal d’elle! On peut avoir des réserves sur le personnage mais on ne peut légitimement méconnaître ses actions altruistes à travers le monde: du bien elle en fait beaucoup, beaucoup et beaucoup! Juste de l’autre côté du pont, elle a fait construire une université avec plusieurs campus où les jeunes du Kerala peuvent étudier sans compter les milliers d’écoles et de maisons qu’elle a fait construire suite au tsunami et autres catastrophes survenues un peu partout dans le monde. Lors du tremblement de terre en HaÏti, son organisation a été la première à se présenter sur place avec ses cohortes de médecins, d’aides et d’assistants. Si vous voulez connaître son œuvre, googlez son nom sur internet et vous saurez tout. Sachez seulement qu’il faut toute une organisation pour soutenir ses multiples projets dans le monde entier. Amma, ce n’est pas une PME. Après TATA, Amma, est probablement une des plus grosses compagnies en Inde. Cela fait réfléchir.

AMMA RÉINCARNATION DE KALI

Nous sommes chanceux d’être à l’ashram  alors qu’Amma y est présente: cela me permet de bien saisir ce qu’elle représente pour tous ces fidèles qui la suivent comme les disciples suivaient Jésus à une autre époque. Ils se prosternent face contre terre en sa présence, ils pleurent lorsqu’elle daigne poser son regard sur eux et ils tombent en pamoison à chaque fois qu’ils reçoivent un «darshan», la fameuse accolade qui est sa marque de commerce. Pour ces gens, elle est la réincarnation de Kali à qui le temple de l’ashram est dédié. De plus, à chaque soir, après son «show de chants», on fait une cérémonie du feu pendant laquelle ont montre une photo de ses pieds sur les écrans géants de l’auditorium. Je ne sais pas si j’ai mal vu ou interpréter ce que j’ai vu mais chaque pied porte une marque rouge, comme les stigmates de la crucifixion de Jésus. Est-ce bien le cas? Personne ne semble le savoir mais on ne dément pas.

Moi, là, là, là, en bon gars du Lac-St-Jean ben terre à terre, j’ai de la misère en tabarnouche avec ça! Réincarnation de la déesse Kali! Caline de bine! Ben voyons donc! Des preuves! Des preuves! Je devrai probablement me réincarner en Omer Simpson dans une prochaine vie et me faire ouvrir une taverne à mon nom pour comprendre ça!

AMMA ET LE CULTE DE LA PERSONNE

Quant elle ne fait pas des heures et des heures de «darshan»  jusqu’à tard dans la soirée, Amma fait son «show de chants» de 19h00 à 20h00. On est tous réunis dans l’auditorium, les gars d’un bord et les femmes de l’autre ce dont les tata-macoutes prennent bien soin de s’assurer. Oh oh! Amma! Elle est où l’égalité homme-femme? Il serait bon de commencer par là je crois.  Amma, tu devrais réviser cette partie de ta doctrine car ça m’irrite passablement.

Quand elle se présente sur scène avec tout son aréopage de musiciens et d’accompagnateurs, les fidèles se lèvent pour l’accueillir. Rien de mal là-dedans. J’ai fait de même pour aller écouter Michel Chartrand déblatérer contre les patrons, pas parce que j’étais d’accord avec ce qu’il disait, mais parce qu’il avait la conviction de ses paroles et que j’admire ceux qui font ce qu’ils disent.

Mais de voir Amma s’installer devant une immense photo d’elle entourée d’un fer à cheval doré, là je décroche à nouveau! A-t-on, ici, de l’admiration pour une personne qui fait du bien autour d’elle où pour un personnage que l’on idolâtre sous forme d’images et de photos omniprésentes partout sur le site, sur toutes les portes, sur tous les murs? Jésus a chassé les vendeurs du temple. Je n’ai pas aimé ce que j’ai vu et ce que j’ai ressenti à ce moment-là. Mon évolution spirituelle n’est probablement pas assez élevée et mon ego trop encastré dans la matière pour que mon intellect cartésien y comprenne quelque chose. Je devrai très certainement faire une incarnation supplémentaire en fer à cheval pour accepter cela.

AMMA LE CANAL DE PURETÉ

Hier soir nous avons soupé avec Benjamin, un sympathique instituteur français de 34 ans mais qui n’en paraissait que 25. Des amis lui avaient parlé d’Amma et il l’a rencontrée à Toulon lors de sa dernière visite en France. Il a pris une sabbatique pour venir passer quelques temps en présence d’Amma à l’ashram. Pour lui, elle est le canal de pureté par lequel nous devons passer pour éliminer les parasites qui nous empêchent d’atteindre l’Illumination. Et il est sérieux en ti-péché lorsqu’il dit ça. Pourtant, c’est le genre de gars avec qui j’aimerais prendre une couple de bières – même interdites et au risque de me voir débiter une autre incarnation! – pour discuter d’autre chose mais pas d’Amma.  Raymonde, qui est parfois aussi terre à terre que moi sur certaines choses, lui a bouché un coin en lui demandant ce qu’il ferait lorsqu’elle ne sera plus là pour servir de canal. Probablement qu’il devra se convertir au bouddhisme car, dans cette philosophie, on prône le canal personnel et direct vers l’Illumination. Comme chez nos Protestants, à bas les prêtres qui servent d’intermédiaires entre l’homme et son Dieu!

BILAN FINAL

J’ai dis du bien d’Amma une fois soit + 1 ce qui annule ma future incarnation en Omer Simpson.

J’ai dis du bien des bouddhistes et des protestants soit : + 1 ce qui annule ma future incarnation en fer à cheval.

J’ai dis du mal d’Amma trois fois soit – 3.

Donc, bilan final : -1

«Nanu cusi ma talli»

Tiré d’un des chants d’Amma (Amma signifie Mère) dont voici la traduction :

«Mon esprit confus nage sans but dans un océan de feu. Mon âme bannie traverse une mer de misères infinies. Et j’ai vu Mère dont les pieds de lotus sont fleuries comme ceux de Kali qui me souriait gentiment.»

Chère Amma,  je suis en dette envers toi d’une incarnation et je me prosterne à tes pieds de lotus de Mère divine pour t’implorer de servir de canal et d’intercéder auprès de Kali dont tu es l’avatar pour que ma prochaine incarnation soit sous forme de soucoupe volante. J’ai toujours rêvé de parcourir les univers infinis où je retrouve la manifestation de mon Dieu tout autant qu’il se manifeste au plus profond de moi-même.

«As above, as below!»

«En bas, comme en haut!»