Skip to content

Jour 03 – DELHI – Billet # 1 de Raymonde

Delhi
Delhi

Delhi - Lundi 15 novembre 2010

Les rickshaws

Que dire des klaxons, sinon qu'ils servent pour avertir.  Alors, laissez-moi vous dire que les indiens sont les plus avertis au monde, car cette cacophonie de décibels varient selon l'importance du véhicule ou de sa performance, dans le cas des motos.  Les rickshaws de leur petite voix font piètre performance au niveau de ces décibels.  Pourtant ce sont eux qui en auraient bien le plus besoin.  Le poids d'un conducteur est sans doute celui que nous avions lorsque nous avions 15 ans.  Que les os et la peau. La force déployée pour effectuer les départs dans les nombreux nid-de-poules, pour ne pas dire des minis cratères parfois, éveille en moi en sentiment de culpabilité indéfinissable.  Je sais!  C'est son karma, c'est le job qu'il a choisi, c'est, c'est... pour moi c'est inhumain.  Un si petit homme sur un immense tricycle, jouant le rôle d'un cheval.  En plus, il lui faut payer pour la location du véhicule, donner une part au distributeur de commandes: que lui reste-t-il?  Je suggère à la FTQ ou la CSN de venir au plus vite en Inde, équilibrer ces inégalités.  Au Québec, ça ferait notre affaire de les avoir un peu moins dans notre système, vu que celui-ci fonctionne assez bien.  Ici, ils seraient des sauveurs.

Le sourire des Indiens

Le sourire des Indiens
Le sourire des Indiens

Un sourire!  Quel plaisir de sourire, parfois béatement, à tous ces gens.  Ils sont d'une gentillesse incroyable.  Chacun occupe l'espace qu'il désire sans offusquer personne.  Ces gens nous regardent, nous sourient, nous saluent avec un regard profond, un sourire aux lèvres et des dents blanches à faire pâlir Crest.  Partout, un petit autel, des offrandes, des signes de prières, des mains jointes dans une attitude de respect et d'adoration digne des images saintes.  Une personne peut prier ainsi, en passant devant un autel qui ne semble appartenir à personne, plusieurs fois par jour.  Dans les temples ou les mosquées, des gens entrent et sortent au gré de leur ferveur.  Vraiment différent de nos églises catholiques qui sont barrées à double tour!  Rien à voler, tout à prier!

Le temple sikh

Lors de notre premier arrêt dans un temple sikh, après quelques minutes d'arrêt et de présence au moment présent, je fus subjuguée par la musique qui est une prière par elle-même.  L'énergie circule dans une harmonie palpable.  Rien à voir avec le concert des chiens à 04h00 du matin qui semblent se donner le jappement en concert, à savoir, celui qui gardera la note le plus longtemps et le plus fort possible.  Bon, je reviens dans cette oasis de ferveur.  En fermant les yeux, l'énergie du chakra de base monte assez rapidement pour se répandre à travers mon corps.  Cette rapidité me saisie et vite, j'ouvre les yeux.  Plus rien.  Je referme les yeux: un autre décollage.  Merveilleux!  Je me laisse porter.  Je SUIS là!  Si vite et si intense.  Après ce qui me semble quelques minutes, je reviens dans l'espace temps réel.  Je sens quelqu'un.  Je tourne la tête.  Un vieil homme assis près du mur, me regarde et joint les mains en signe de prière, avec un sourire que me rejoint au niveau d'ici et maintenant.  Quel beau cadeau, quelle magnifique expérience.  Je fais une offrande monétaire américaine et je sors en flottant.  Tout semble tellement irréel, éthéré.  Je garderai cette sensation une bonne partie de la journée.  Et c'est là que se déclenche un sourire qui part dans un espace sans jugement aucun.  Et c'est parti ma Grande!  Bienvenue en Inde.

En djellaba à la grande mosquée

Jasma Masjid: la plus grande mosquée de l'Inde.  Nous enlevons nos chaussures, rien de nouveau maintenant, les dames sont obligées de porter une djellaba en polyester qui nous servira de four pour les deux prochaines heures.  Du haut de son minaret, eh! oui, on est monté, nous admirons Delhi, ses tours, ses dômes dorés et son Fort Rouge. Vue imprenable sur cette découverte indienne qu'est Delhi.  Ce qui retient mon attention, c'est l'immensité de la place centrale.  Même si nous sommes nombreux, nous marchons sans trop de promiscuité.  Le soleil, le brouillard de pollution et l'architecture qui date de 1644 forment une équipe grandiose de beauté éthérée.

Cette métropole d'environ 18 millions d'habitants où se côtoie un chameau broutant près d'une BMW m'émerveille dans sa diversité culturelle.  La modernité côtoie le Moyen Âge!  Malgré le fait que le Métro existe depuis seulement 2002, il est efficace.  Dans la cohue des rues entremêlée de fils électriques, le Métro fait face de jeunesse et d'efficacité.  Et on entend plus les klaxons.  Repos pour les oreilles sensibles.

Malgré le fait que je ne dors que quatre heures par nuit, je me lève super en forme, aucun cerne sous les yeux et prête à vivre au rythme de l'Inde.  Ce matin, à 03h40, yoga et exercices d'étirement.

Namaste!

Itinéraire du voyage : Carte détaillée

Raymonde Girard
Raymonde Girard

Publié par Raymonde

 

 

 

 

 

 

1 thought on “Jour 03 – DELHI – Billet # 1 de Raymonde

  1. Vicky Vezina

    Salut à vous deux!

    Que c'est bon de vous lire...je peux dire que j'ai un roman pour 2 mois!!! J'en reviens pas de voir que vous ne chômez pas pantoute!!! Que de belle chose déjà à écrire et des expériences déjà inoubliable! Prenez soin de vous! Je vous lis à tous les jours.

    Je vous aimes xxx
    Namaste (je ne sais même pas ce que ça veut dire mais j'ai l'impression de faire parti du voyage :))

    Vicky V.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *