Skip to content

1

Amritapuri
Amritapuri

18 décembre 2010, samedi  – Ashram

À l’arrivée au Ashram, mon état d’âme était plutôt celui de surprise.  En premier, l’idéal mélangé d’attente donne un bon aperçu de cet état.

Au fil des jours, séva et pizza, mer et mère, table pour dîner et merde d’oiseaux, astrologue et nettoyage, temple de Kali et calissssssse!  Que suis-je venue faire icite???? Bon!

Hier, assise au bord de la mer en attendant la présence d’Amma, je me suis sentie vraiment dans l’ici et maintenant.  L’odeur de la mer, le vent dans les palmiers, les fidèles assis en attente depuis au moins deux heures et cette dévotion pour préparer sa présence.  Quelle inspiration que la foi de ces personnes assises en silence.  Je faisais partie de ce tout.  La présence d’Amma n’a rien à voir avec ce que j’ai vécu.  La foi des gens seulement.  Amma est le résultat ou comme le dit si bien Guylaine, l’Ashram est la colonne vertébrale du culte et Amma en est le véhicule.  Mais la foi et la dévotion des gens en est l’essence.

Cette dévotion à Amma, pour moi, demeure une activité païenne.  Mais leur dévotion me touche et m’émeut.  Qu’importe au fond toutes les raisons pour lesquelles ces gens se réunissent au même endroit dans le monde; ce qui importe est cette foi et cette dévotion d’être meilleur et de servir au bien de sa communauté.  Faire la différence.

Ce matin, samedi, j’avais le cœur chagrin causé par les miroirs des gens qui m’entourent.  En comprenant qu’ils ont le droit de dire et penser ce qu’ils veulent, je m’accorde le même droit en retour.  Pour ce faire, je n’ai qu’à CHANGER soit ma pensée, soit mon action ou soit mon comportement.  Quelle libération!

J’ai lu les messages de mes deux amours, Vicky et Valérie.  Quel bonheur!  Je vais écrire aussi à ma sœur et amie Marie et à ma chère Marie-Pier.  Elle qui est venue deux fois dans un Ashram en Inde et dans des conditions que je comprends aujourd’hui.  Je comprends aussi pourquoi elle a changé après ce deuxième voyage.  J’ai bien hâte d’en parler avec elle.  Chapeau ma sœur!

Je regarde la mer en vous écrivant et mon linge blanc sèche au vent dans une odeur de fraîchement lavé.  Mon âme et mon cœur ont retrouvé la paix et je continue ce voyage en souriant, en chantant et en dansant.  Durant le voyage j’ai dansé avec des femmes indiennes qui célébraient le mariage de l’une des leurs.  J’ai chanté Alléluia avec des jeunes de 12 à 15 ans devant une synagogue fermée.  Je souris au soleil, à la mer et au courage que j’ai de me reconnaître et de m’accepter dans mes différences.

Je suis bien heureuse (bienheureuse) de vivre cette expérience de l’Ashram.  Je ne pouvais fuir ni ME fuir.  Les chants et les prières qui nous entourent dans un endroit comme celui-ci donne l’opportunité à celles qui le veulent bien, de se ressourcer et de se connecter sur plus grand que soi.  Qu’importe le nom que prend cette Grandeur, l’important de croire que j’en fais partie.  Un point c’est tout et qu’en retour, elle fait partie de moi aussi.  Je m’accorde ce pouvoir d’être telle que je suis, ici et maintenant!  Bon voyage ma Raymonde!  Célébrons ensembles mes amis(e)!

3

 

Amritapuri

18 décembre 2010 – Ashram Amma – Amrita Puri

LES BONNES ŒUVRES D’AMMA

C’est notre dernière journée à l’ashram d’Amma et je n’ai pas encore parlé en mal d’elle! On peut avoir des réserves sur le personnage mais on ne peut légitimement méconnaître ses actions altruistes à travers le monde: du bien elle en fait beaucoup, beaucoup et beaucoup! Juste de l’autre côté du pont, elle a fait construire une université avec plusieurs campus où les jeunes du Kerala peuvent étudier sans compter les milliers d’écoles et de maisons qu’elle a fait construire suite au tsunami et autres catastrophes survenues un peu partout dans le monde. Lors du tremblement de terre en HaÏti, son organisation a été la première à se présenter sur place avec ses cohortes de médecins, d’aides et d’assistants. Si vous voulez connaître son œuvre, googlez son nom sur internet et vous saurez tout. Sachez seulement qu’il faut toute une organisation pour soutenir ses multiples projets dans le monde entier. Amma, ce n’est pas une PME. Après TATA, Amma, est probablement une des plus grosses compagnies en Inde. Cela fait réfléchir.

AMMA RÉINCARNATION DE KALI

Nous sommes chanceux d’être à l’ashram  alors qu’Amma y est présente: cela me permet de bien saisir ce qu’elle représente pour tous ces fidèles qui la suivent comme les disciples suivaient Jésus à une autre époque. Ils se prosternent face contre terre en sa présence, ils pleurent lorsqu’elle daigne poser son regard sur eux et ils tombent en pamoison à chaque fois qu’ils reçoivent un «darshan», la fameuse accolade qui est sa marque de commerce. Pour ces gens, elle est la réincarnation de Kali à qui le temple de l’ashram est dédié. De plus, à chaque soir, après son «show de chants», on fait une cérémonie du feu pendant laquelle ont montre une photo de ses pieds sur les écrans géants de l’auditorium. Je ne sais pas si j’ai mal vu ou interpréter ce que j’ai vu mais chaque pied porte une marque rouge, comme les stigmates de la crucifixion de Jésus. Est-ce bien le cas? Personne ne semble le savoir mais on ne dément pas.

Moi, là, là, là, en bon gars du Lac-St-Jean ben terre à terre, j’ai de la misère en tabarnouche avec ça! Réincarnation de la déesse Kali! Caline de bine! Ben voyons donc! Des preuves! Des preuves! Je devrai probablement me réincarner en Omer Simpson dans une prochaine vie et me faire ouvrir une taverne à mon nom pour comprendre ça!

AMMA ET LE CULTE DE LA PERSONNE

Quant elle ne fait pas des heures et des heures de «darshan»  jusqu’à tard dans la soirée, Amma fait son «show de chants» de 19h00 à 20h00. On est tous réunis dans l’auditorium, les gars d’un bord et les femmes de l’autre ce dont les tata-macoutes prennent bien soin de s’assurer. Oh oh! Amma! Elle est où l’égalité homme-femme? Il serait bon de commencer par là je crois.  Amma, tu devrais réviser cette partie de ta doctrine car ça m’irrite passablement.

Quand elle se présente sur scène avec tout son aréopage de musiciens et d’accompagnateurs, les fidèles se lèvent pour l’accueillir. Rien de mal là-dedans. J’ai fait de même pour aller écouter Michel Chartrand déblatérer contre les patrons, pas parce que j’étais d’accord avec ce qu’il disait, mais parce qu’il avait la conviction de ses paroles et que j’admire ceux qui font ce qu’ils disent.

Mais de voir Amma s’installer devant une immense photo d’elle entourée d’un fer à cheval doré, là je décroche à nouveau! A-t-on, ici, de l’admiration pour une personne qui fait du bien autour d’elle où pour un personnage que l’on idolâtre sous forme d’images et de photos omniprésentes partout sur le site, sur toutes les portes, sur tous les murs? Jésus a chassé les vendeurs du temple. Je n’ai pas aimé ce que j’ai vu et ce que j’ai ressenti à ce moment-là. Mon évolution spirituelle n’est probablement pas assez élevée et mon ego trop encastré dans la matière pour que mon intellect cartésien y comprenne quelque chose. Je devrai très certainement faire une incarnation supplémentaire en fer à cheval pour accepter cela.

AMMA LE CANAL DE PURETÉ

Hier soir nous avons soupé avec Benjamin, un sympathique instituteur français de 34 ans mais qui n’en paraissait que 25. Des amis lui avaient parlé d’Amma et il l’a rencontrée à Toulon lors de sa dernière visite en France. Il a pris une sabbatique pour venir passer quelques temps en présence d’Amma à l’ashram. Pour lui, elle est le canal de pureté par lequel nous devons passer pour éliminer les parasites qui nous empêchent d’atteindre l’Illumination. Et il est sérieux en ti-péché lorsqu’il dit ça. Pourtant, c’est le genre de gars avec qui j’aimerais prendre une couple de bières – même interdites et au risque de me voir débiter une autre incarnation! – pour discuter d’autre chose mais pas d’Amma.  Raymonde, qui est parfois aussi terre à terre que moi sur certaines choses, lui a bouché un coin en lui demandant ce qu’il ferait lorsqu’elle ne sera plus là pour servir de canal. Probablement qu’il devra se convertir au bouddhisme car, dans cette philosophie, on prône le canal personnel et direct vers l’Illumination. Comme chez nos Protestants, à bas les prêtres qui servent d’intermédiaires entre l’homme et son Dieu!

BILAN FINAL

J’ai dis du bien d’Amma une fois soit + 1 ce qui annule ma future incarnation en Omer Simpson.

J’ai dis du bien des bouddhistes et des protestants soit : + 1 ce qui annule ma future incarnation en fer à cheval.

J’ai dis du mal d’Amma trois fois soit – 3.

Donc, bilan final : -1

«Nanu cusi ma talli»

Tiré d’un des chants d’Amma (Amma signifie Mère) dont voici la traduction :

«Mon esprit confus nage sans but dans un océan de feu. Mon âme bannie traverse une mer de misères infinies. Et j’ai vu Mère dont les pieds de lotus sont fleuries comme ceux de Kali qui me souriait gentiment.»

Chère Amma,  je suis en dette envers toi d’une incarnation et je me prosterne à tes pieds de lotus de Mère divine pour t’implorer de servir de canal et d’intercéder auprès de Kali dont tu es l’avatar pour que ma prochaine incarnation soit sous forme de soucoupe volante. J’ai toujours rêvé de parcourir les univers infinis où je retrouve la manifestation de mon Dieu tout autant qu’il se manifeste au plus profond de moi-même.

«As above, as below!»

«En bas, comme en haut!»