Skip to content

jour43b_beijing15 mars 2013

Même si nous sommes aujourd'hui à Beijing, je veux revenir sur notre passage à Xi'an. Le lendemain de notre arrivée dans cette ville, nous avions un nouvel autobus qui n'avait plus les fenêtres teintées, le moteur ne râlait plus et on pouvait entendre Marguerite parler. J'appelle ça de l'efficacité. Merci à l'agence de Voyage Circuit Oriental.

Marguerite, notre guide à Xi'an nous a résumé les dynasties qui ont marqué le pays. Je vais les résumer ici afin de comprendre comment ça s'est passé.

Il me faut revenir un peu sur les remparts de Xi'an. C'est l'unique muraille doublée d'un fossé (douve) qui existe encore en bon état de conservation en Chine.

Ce sont un des ensembles de remparts les plus anciens et les mieux conservés de Chine. Xi'an est l'une des rares villes chinoises à avoir conservé, en grande partie, ses murailles. Ils furent construits sur les fondations de la Cité interdite Tang, sous le règne de Hongwu, le premier empereur de la dynastie Ming. La construction a débutée en 194 avant J.-C. et s'est étendue sur plusieurs années. Nous sommes entrés par la porte Est.

Le mur qui existe actuellement a été commencé en 1370. Après avoir résisté à toutes les invasions, ceux-ci sont les mieux préservés de Chine. D'un coté, nous pouvons voir la vieille ville et à l'extérieur des remparts, des gratte-ciel se font concurrence.

J'ai assisté un vieil homme chinois à réparer son cerf-volant. Ce fut une rencontre fort sympathique.

Je reviens aussi sur le sujet de l'armée souterraine de Qin Shi Huangdi à Lintong qui régna de 221 a 210 avant notre ère. Il y a eu, durant quelques mois, son fils, Ying Hu Hai, le stupide, puis le second et dernier empereur des Qin, Ying Zi Ying qui régna de 210 a 206 av. J.-C. Les réformes de cet empereur qui n'a gouverné que 20 ans ont laissé une empreinte sur deux millénaires d'histoire chinoise.

Ses deux objectifs principaux étaient l'unification de l'Empire et la centralisation du pouvoir. Il estimait que la base d'un État uni était la Loi. Fondé sur le principe de la responsabilité collective, le code Qin fut étendu a tout l'empire.

Parmi les nombreuses mesures prises, on peut citer :

  • L'adoption des mêmes mesures de poids et de longueur sur tout le territoire
  • Une monnaie nationale
  • Une écriture unifiée qui est restée aujourd'hui une donnée fondamentale pour l'unité culturelle chinoise
  • Ce souverain exceptionnel, se devait de laisser une trace à la hauteur de ses ambitions. Sa puissance est figée à jamais dans cette armée qui l'accompagne tout au long de son voyage éternel.

L'article parue dans la Presse mentionne que la fosse, découverte en 1974, n'est qu'une fosse parmi d'autres. Certaines ont été retrouvées à plusieurs kilomètres du tumulus de sa tombe, qui n'a pas encore elle-même été fouillée. L'État souhaite en effet attendre le développement de technologies qui garantissent que le contenu ne subira aucun dommage, particulièrement la momie de l'empereur. De plus, les archéologues cherchent à s'assurer que les pièges et les trappes équipées d'arbalètes, installées, pense-t-on, par l'empereur pour protéger sa dépouille des pillards, ne constituent pas un danger. Le tumulus de 115 m de haut dans lequel repose l'empereur n'a toujours pas été excavé. Les archéologues essayent toujours de trouver un moyen d'entrer dans le tombeau.

Quatre fosses accueillaient l'armée en terre cuite de Qin Shi Huangdi. Les hommes sont plus grands que nature (1,75 m à 1,79 m) et les chevaux mesurent environ 1,50 m de haut.

Il y fit disposer, en ordre de bataille, une armée de 7000 soldats et officiers de terre cuite. Les statues, un peu plus grandes que nature, sont réparties entre trois fosses par-dessus lesquelles on a construit des bâtiments qui les protègent des intempéries. Il s'agit d'un tumulus haut de 115 mètres à 1,5 kilomètres recouvrant une fosse contenant quelque huit mille statues de soldats et de chevaux en terre cuite. Elles furent passées dans des fours à une chaleur d'environ 900 degrés puis décorées et colorées (ce qui en dit long sur l'avancée technique de l'époque).Le plus grand abrite la fosse no 1, dans laquelle veillent 6000 fantassins, accompagnés de leurs officiers qui marchent à côté de leurs chevaux. On en a exhumé 1800, alignés en rangées de quatre dans neuf tranchées de 230 m de longueur. Même s'ils se ressemblent souvent, tous les visages sont différents. Les visiteurs se bousculent dans les galeries d'observation aménagées sur le pourtour des fosses. Ils portent tous une arme (épée, arc, arbalète) en bronze recouverte d'une fine couche de chrome (raison pour laquelle certaines de ces armes sont toujours affûtées) ; certaines d'entre elles auraient été pillées ou en partie retirées par des archéologues pour les analyser ou les exposer dans un musée, mais on peut encore distinguer leur trace dans la forme des mains.

Depuis cette grande découverte des fosses n° 1, 2 et 3 remontant à quelques dizaines d'années, les archéologues en ont trouvé de nouvelles qui ont été mises au jour. L'une d'elles contient des milliers d'armures en pierre d'une finesse incroyable, même pour notre époque. Une autre, appelée la « fosse aux juges » présente des notables, des scribes, probablement des hommes de loi. La dernière découverte en date, la fosse n° 7, fouillée récemment (vers 2004), contient des musiciens et une grue longeant un ruisseau factice.

Il semblerait que l'empereur ait souhaité être entouré jusque par-delà la mort de toutes les choses qu'il aurait appréciées de son vivant et d'avoir des moyens pour affronter l'éternité.

En 1980, les archéologues ont dégagé 18 fosses contenant des oiseaux et des animaux sauvages ainsi que 13 autres remplies de figurines de servantes et d'esclaves.
On a également dégagé les écuries du monarque dans lesquels s'amoncelaient des statuettes de palefreniers et une foule de squelettes de chevaux.

BEIJING ou PÉKIN ?

Nous sommes maintenant dans notre dernière ville chinoise a visiter: Beijing que les chinois continuent d'appeler Pékin. Comme première activité, nous avons marché dans le quartier 798. Xi'an était dans le smog et les traces de la tempête de sable qui vient de la Mongolie. Il semblerait que Beijing aussi subi cet effet d'enveloppement.

Je semble commencer une grippe: un peu de confusion!!!!


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 43 sur le blogue de Pascal.