Skip to content

Jour 11 : Temples Borobudur et Prambanam

30 janvier 2015 - vendredi - Hôtel Plaza Jogjakarta - Temples:  Borobudur, Prambanan

Une journée bien remplie nous attend. Avec mes 20 pages de notes, je vais me concentrer seulement sur les grandes lignes. Le reste restera dans mes notes personnelles de voyage.

L'île de Java est en fait une terre qui s'étire d'Est en Ouest sur près de 1000 km. Celle-ci regroupe de nombreux volcans actifs.

Le fruit durian qui pue est le roi des fruits indonésien. Il peut peser jusqu’à 3 kg. Plus il sent fort, plus il est prêt à être manger. La saison de la mangue s’est terminée en décembre.

Nous prenons nos premières photos d’un volcan actif, le Merapi qui s’élève à 2 900 mètres au-dessus des forêts et des champs. Avec 49 éruptions explosives entre 1548 et 2010, il est considéré comme le volcan le plus actif et le plus dangereux d’Indonésie. En 2010, il a produit 100 millions de tonnes de résidus et a tué environ 200 personnes de villages situés sur ses flans ou à son pied, dans une avalanche de larve. Il y a 129 volcans actifs dans l’archipel de l’Indonésie dû au fait qu’elle se trouve sur une faille tectonique importante. Tous les volcans des îles de la Sonde menacent aussi de faire éruption.

Voici une adresse qui vous donnera une idée de ce qui se passe en cliquant sur KPK.

Au niveau politique, Pascal vous parlera sans doute du KPK qui est une commission anti-corruption qui implique deux institutions en conflit : la police et le système de la justice.

Et cet article est plus explicative de la formation et du rôle de KPK.

Depuis l’élection du dernier président, le prix de l’essence à monter. Il y a eut contestations dans les rues par les étudiants, entre autre. Alors le prix a rebaissé au même niveau qu’il était à l’élection. Pendant qu’il nous explique ce système, j’aperçois des lavandières qui s’échinent sur les pierres pour laver le linge au bord de la rivière. L’industrie de la blanchisserie se développe beaucoup à Java et est gérée par une famille, en général. Ce n’est pas encore les super landromat comme chez-nous. On va porter notre linge. Il est lavé souvent à la main et séché dehors. S’il fait soleil, nous pouvons aller le chercher le lendemain. Sinon, il faut attendre le soleil pour qu’il sèche le linge. Ouf!

Temple bouddhiste Borobudur

Il me faut parler de notre chance. Il a plu pendant les derniers jours, avant notre arrivée. Mais voilà, il a fait soleil hier et aujourd’hui. Il a plu durant la nuit passée et ce matin, vive le soleil. L'humeur du ciel a commencé à se décomposer vers 15h00 et nous avons un léger crachin nous rafraîchi vers 17h00, lors de notre retour à l’autobus. Les arbres suffissent à nous servir de parapluie naturel.

L’autre chance, c’est de visiter le vendredi qui est la journée de rassemblement pour l’adoration et la prière, comme nos messes le dimanche. Alors, beaucoup moins de gens sur les sites pour la journée. Il faut quand même dire que nous pénétrons sur le site à 08h00. Ça aide aussi.

Plus grand monument bouddhiste au monde, Borobudur est aussi le site touristique le plus visité de l’archipel indonésien.

Résumé de siècles d’histoire :

- 504 statues de Bouddha sur le site

- 72 stupas sur les 3 derniers niveaux veillent sur ce temple érigé vers l’an 800 en faisant face aux 4 points cardinaux

- 9 niveaux dont 6 carrés et 3 ronds

- Merbabu est le volcan dormant dont nous prenons les photos à partir de ce site

Boro veut dire origine et budur veut dire la montagne. Pour couronner le tout, le stupa qui forme le pignon du temple couvre un bouddha inachevé, dont on ignore s’il a été rajouté après coup ou s’il était présent à l’origine. Qu’importe, il a été déménagé à un Musée, inachevé. Le principe de l’inachevé confirme que la perfection ne peut jamais être atteinte en tant qu’humain.

Ce temple a été complètement détruit par une éruption volcanique et des tremblements de terre. Il fut enseveli pendant des siècles. Au début 1800, les anglais le délogent de la terre seulement, et ce, pendant 60 ans. Les Hollandais prennent la relève de 1907 à 1911 pour la reconstruction de sa base seulement et des bas reliefs. Ils cessent à cause de la 2e guerre mondiale. Le gouvernement prend la relève pour la reconstruction du reste du site, de 1975 à 1983. Il manque d’argent alors il demande à l’UNESCO de le sauver, car le gouvernement manque de sous.

Ce qu’il est bon de retenir au niveau de ce temple, ce sont les principes de la philosophie bouddhiste : La passion et le désir sont nourris par l’illusion de l’apparence et apportent la souffrance. Pour atteindre le Nirvana, ça serait de ne plus être relié à la loi de cause à effet (karma). Dans notre chrétienté, le dicton : « Tu récoltes ce que tu sèmes » veut dire la même chose.

Tel un immense livre, les bas-reliefs parcourant les 6 km de terrasses racontent les vies de Bouddha et le cheminement de l'âme. L'ascension du monument dans le sens des aiguilles d'une montre doit permettre aux visiteurs de se libérer de l'emprise des désirs et d'atteindre le détachement total (Nirvana). Autre avantage: c'est aussi avant l'assaut des hordes d'élèves en visite scolaire, qui s'amusent à jouer aux paparazzis avec les touristes.

Les trois grandes misères que décrivent certains bas reliefs de la vie de Sirdhata est que la maladie et la vieillesse mènent à la mort. Le bonheur n’a besoin de rien pour être heureux : il est un état d’être.

80% des blocs originaux a été sauvé par le recouvrement de cendres et de sable. Il a fallu 2 millions de blocs de pierre pour construire ce site. La couleur originale des pierres était le noir. Avec le soleil et le sel, les pierres changent de couleur : blanc, orangé parfois et gris pâle.

Curieusement, je remarque que notre guide a un problème de gorge et qu’il se dérhume souvent, tout comme moi depuis plusieurs mois!

Ici, même les chevaux sont petits. Les doigts des Bataks sont ronds aux bouts effilés. Ici, à Java, leurs mains ressemblent aux nôtres, en plus petites, car ils sont aussi petits qu’à Sumatra.

Le guide me rappelle qu’il faut quitter pour nous rendre au Palais du Sultan qui ferme à 13h00. Il me faut aller chercher la vedette Pascal qui se fait prendre en photo pour apparaître sur le facebook des jeunes filles indonésiennes. Le guide souligne qu’il semble aimer les jeunes filles pour les prendre en photo. C’est un homme bien normal, mon Pascal.

Nous partons donc pour le palais du Sultan. En route, je demande à Pendry, comment se fait-il qu’il y ait une si grande différence entre Sumatra et Java? Ici, les routes sont belles, la propreté règne partout, les commerces sont florissants, il y a des trottoirs, les autos sont neuves, les maisons sont belles…

Premièrement, c’est la capitale de Java. Jakarta et Surabaya sont les deux plus grandes villes industrielles, donc, elles ont permis la construction d’une autoroute qui relie la partie Est à la partie Ouest. La terre fertile produit des produits alimentaires alors que Sumatra se concentre sur la culture industrielle.

Java est plus peuplée : 245 millions d’habitants en Indonésie dont 65% vivent à Java soient 135 millions d’habitants. Malgré que Sumatra soit 3 ou 4 fois plus grande que Java, cette dernière est 4 fois plus peuplée que sa voisine.

L’éducation, la politique et la culture sont très concentrées à Java, donc beaucoup d’emplois.

Le gouvernement donne plus d’autonomie aux régions en proportion acceptable pour tout le monde. À Sumatra, il y a des riches et des pauvres. À Java, il y a une classe moyenne entre les deux. Sumatra et Sulawesi se ressemblent au niveau développement : régions plus pauvres.

Le coût de la vie est moins élevé à Java que sur les autres îles, malgré les bons salaires.

Sur les 104 millions de véhicules, 84% sont des motos : plus faciles, plus pratiques et plus économiques qu’une voiture. Étapes d’achat : Banque – magasin vendeur – assurance qui gère l’administration du « leasing ». La banque assure seulement que l’argent est disponible.

Le planning familial : le gouvernement aide par une allocation pour les 3 premiers enfants seulement. Si un 4e enfant, c’est la responsabilité de la famille. Le gouvernement ne donne rien.

La retraite : 60 ans pour les professeurs, 55 ans pour les fonctionnaires et plus tard pour les

Pendant que j’écris, le tonnerre et la pluie nous divertissent en sons et lumières.

Palais du sultan – 9e et 10e de sa génération

10e : premier sultan monogame, il est père de 5 filles, donc pas de descendants, de ce fait, la succession sera assurée par le son frère. Il est musulman. Il habite ici à Yogyakarta.

Son père (soit le 9e Sultan) a apparemment beaucoup œuvré pour l'indépendance du pays face aux hollandais. Le pouvoir du sultan est à peu prêt comparable à celui de la reine d'Angleterre. Il porte aussi le titre de gouverneur.

Ce palais est le coeur culturel et politique de cette ville fascinante et farouchement indépendante, le kraton est le gigantesque palais des sultans de Jogjakarta.

Véritable cité fortifiée, le kraton abrite quelque 25 000 habitants et possède son propre marché, ses commerces, ses ateliers de batik et de joaillerie, ses écoles et ses mosquées.

9e sultan : nous pouvons regarder ses exploits, d’une salle d’exposition à une autre, admirer l’immense salle de réception où j’ai bien aimé la date en calendrier javanais : 1853 = 3 états : la terre, l’eau et la peau – le 5, je ne sais pas, le 8 sont les 4 points cardinaux et leurs associés et le 1 pour le sultan décédé en 1853.

Son bureau entouré de verre où une horloge marque le temps de ce sultan et on peut lire une copie signée lors de l’indépendance du pays, des médailles, les tissus en batik peints à la main pour la famille royale et pour terminer, des photos de sa vie d’homme : photographe, peintre, chasseur, boyscout et finalement, sa vie militaire garnie de médailles.

Château d’eau

Nous continuons notre visite en nous rendant à Taman Sari. Ce complexe était jadis un splendide parc de loisir, avec palais, bassins et cours d’eau, réservé au sultan et à sa cour. Il n’en reste presque plus que des ruines mais les piscines ont été restaurées. Dans l’ordre, la piscine pour les enfants, pour les concubines et de l’autre côté, isolée, celle du sultan où il choisissait sa concubine en jetant, du haut de son minaret, une fleur dans la piscine de celles-ci. Celle qui l’attrapait, était la maudine de chanceuse!!!

La polygamie est encore de mise, pourvu que l’homme soit capable de faire vivre son beau monde, qu’il évite que la jalousie soit présente dans son harem et qu’il puisse honorer chacune en toute justice! Qu’en dites-vous mes beaux québécois? Vous déménagez à Yogyakarta ou en Indonésie?

Dans l’enceinte se trouvent quelques boutiques. Nous en avons profité pour regarder le travail de fabrication des marionnettes traditionnelles de wayang kulit, en cuir ciselé, ainsi que du batik. Du travail de patience!

Le marché aux oiseaux

Imaginez une immense animalerie en plein air. Voilà, vous êtes au marché aux oiseaux (où se vendent en fait non seulement des oiseaux, mais des lapins, chats, chiens, souris, reptiles, poissons…).

Certains stands vendent des poussins colorés en rose, jaune, violet ou vert fluo. Franchement étonnant! C’est pour attirer les enfants et ainsi inciter les parents à leur en acheter un! Un énorme python est enroulé dans un espace spécifique pour lui seul. Il mesure au moins 8 mètres.

Après le dîner composé de 6 plats aussi délicieux l’un que l’autre, nous allons visiter le dernier temple hindouiste de notre voyage en Indonésie, le Prambanan.

Sur les 136 temples qui furent construits dans la région, il n’en reste qu’une dizaine, naturellement leur perte est dû aux tremblements de terre et aux éruptions volcaniques.

Prambanan: l'héritage indien

À seulement 50 km des bouddhas de Borobudur s'élèvent en grappe les temples dédiés aux divinités hindouistes Shiva, Vishnu et Brahma et à leur monture. Ce site a été construit entre 900 et 930 après J-C.

Les temples se sont écroulés du fait des séismes, des éruptions volcaniques et d’un changement de pouvoir politique au début du XIe siècle, et ils ont été redécouverts au XVIIe siècle. Ces ensembles n’ont jamais été déplacés ni modifiés. Des travaux de restauration ont été effectués depuis 1918, en suivant à la fois la méthode traditionnelle initiale d’assemblage de pierres et les méthodes modernes pour renforcer les édifices. Même si des travaux de restauration importants ont été réalisés dans le passé et récemment, après le séisme de 2006, on a pris grand soin de préserver l’authenticité des bâtiments. Il est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO - #642.

Notre journée fut remplie de connaissances à nouveau racontées par une guide locale qui apporte une touche de personnalité dans sa manière de nous dire sa passion pour son métier et son pays.

2 thoughts on “Jour 11 : Temples Borobudur et Prambanam

  1. Francine Guy

    Hello voeux deux,
    Quel voyage....je suis un peu (HI! HI!) jalouse.....profiter de chaque jour et je continu de vous lire... Je voulais vous informer que la mère de Serge (Pelletier) est décédé nous allons au service cette après midi (dimanche le 1er février). Faites attention à vous et bien hâté de vous revoir. Bisouxxxx Francine

    Reply
    1. Pascal

      Toutes nos condoléances à Serge et Suzie. Était-elle malade? Merci pour les nouvelles ma belle amie. À chaque jour, la différence nous surprend ce qui dépasse les attentes que nous avions. Vraiment super. On s'en reparle c'est certain. Tendresse x x x

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *