Skip to content

Jour 7 – Berastagi – Île Samosir (Sumatra)

26 janvier 2015 - Lundi - Berastagi - Île de Samosir (Sumatra) - Tabo Cottages

Notre hôtel est vieux et été mal entretenu. Rien à comparer à ce que nous avons eu à date. Mais c’est bien pour une nuit. Une piscine orne le décor. Malgré son âge, il garde un certain style colonial charmant.

Il y a certaines règles à suivre en venant en Indonésie, et j’en ai transgressé une hier, en remettant un pourboire de la main gauche au porteur de valises à Bukit.

Un petit résumé de ces règles élémentaires :
o Ne tendez jamais la main gauche : rappelez-vous qu'elle est considérée comme impure. Utilisez les deux mains pour tendre quelque chose à une personne âgée, en signe de respect.
o Évitez de parler avec les mains posées sur les hanches, geste équivalant à une expression de mépris, de colère ou d'agressivité dans la danse traditionnelle. Oupssss!!!!!
o Veillez toujours à vous vêtir décemment : décolletés pour les femmes et shorts pour les hommes sont jugés incorrects ou vulgaires. Chacun son trip!
o Certaines questions vous paraîtront peut-être indiscrètes, irritantes, voire totalement déplacées :
o dari mana? ("d'où venez-vous ?")
o sudah kawin ? ("êtes-vous marié ?")
o mau kemana ? ("où allez-vous ?")...
o Aux yeux des Indonésiens, ce sont des marques de politesse et d'intérêt. Vous n'avez nul besoin d'y répondre systématiquement, mais vous pouvez les poser à votre tour à votre interlocuteur pour lui manifester votre sympathie.
o Enfin, sachez que vous serez immanquablement dévisagé ou même touché en signe d'amitié, quoique seuls les contacts physiques entre membres du même sexe soient tolérés.

Terminée le rappel des us et coutumes du coin. Revenons au peuple Batak.

Nous continuons notre périple dans les terres de la tribu Karo. Rizières, clous de girofle, gingembre, palmiers ornent le décor naturel de cette région prolifique.

La région a vécu au fil des immigrations successives de peuples différents, ce qui a créé un paysage multiculturel qui ne s’est jamais homogénéisé. Parmi les communautés, on trouve des Chinois, des Javanais, des communautés de Toba-Batak, Minangkabau, Mandailing Batak, Karo batak, des Indiens du sud et du nord et plusieurs ethnies plus minoritaires. Cette richesse ethnique nous permet de découvrir autant de cultures que de cuisines variées au fil des rues. A tout moment de la journée, il est possible de succomber aux spécialités vendues dans les échoppes qui encombrent les rues. Toutes ont leurs saveurs, leurs couleurs et leurs parfums, et toutes sont à tester. La région est par ailleurs réputée en Indonésie pour son tourisme gastronomique car on y trouve de tout partout. De la cuisine javanaise au porc grillé de Batak en passant par les Padang, les nouilles chinoises et la cuisine indienne, comment résister à l’appel constant de ces délices exotiques ? Ce paysage diversifié dans lequel toutes les communautés semblent vivre en harmonie en suivant leurs propres traditions est une caractéristique de Sumatra, véritable vitrine culturelle asiatique. Cette article prise au hasard de mes lectures sur Internet, résume bien la région et ce que nous y apprenons.

Située dans les collines, la ville de Brastagi est la région où habitent des tribus de Karo Bataks qui vivent dans de très vastes maisons, construites sur d'énormes pilotis et abritant au moins huit familles du même clan.

Efendy nous explique comment le travail de chacun est inter relié l’un à l’autre pour vivre en harmonie, tous ensembles : cuisine, entretien et revenus monétaires qui souvent sont du troc plutôt qu’en salaire.

Estimés à 6 230 000 personnes (1991), les Batak, qui vivent dans l'île de Sumatra, se divisent en plusieurs groupes : les Angkola, les Nandheling (ou Mandailing, qui sont des clans malaïcisés), les Karo, les Toba, les Timor (ou Simalungun), les Dairi et les Alas-Kluet.

Chaque clan a chacun un ancêtre commun masculin ce qui donne lieu à un chef par clan de 8 familles qui agit en toute autorité sur l’ensemble de la maison commune.

Les villages, sans défense naturelle, s'entouraient d'un rempart de terre d'une largeur de cinq à dix mètres planté d'une haie impénétrable de bambous épineux ; des portes massives sculptées en fermaient l'accès. La maison batak, entièrement édifiée en bois, est établie sur pilotis et couverte d'un toit à forte pente. Les Batak cultivent du riz et des pommes de terre, cette dernière récolte étant destinée à l'exportation ; ils élèvent des buffles et des chevaux. En matière d'artisanat, le tissage et la teinture sont encore en honneur, mais le travail des armes, des bijoux, ainsi que la sculpture sur bois tendent à disparaître.

Effendy nous explique que ce peuple souligne, par des rituels, différents passages de la naissance à la mort : la naissance, à 3 mois la première sortie officielle, à 7 mois la première coupe de cheveux par l’oncle paternel, à l’adolescence lorsque le jeune homme est envoyé vivre dans une maison juste à côté de la maison familiale afin de le séparer des filles, le mariage et enfin la mort.

La différence physique entre les Bataks et les Toranga que nous visiteront bientôt se trouve au niveau du faciès. Les joues sont plus prédominantes et le front est plus large chez les Toranga.

En route, il nous parle de la philantrophie de la compagnie Danone dans la région de l’huile de palme. Danone a obtenu la permission d’opérer une source d’eau naturelle pour embouteiller l’eau de marque Aqua. Ce qui leur rapporte beaucoup de sous. En retour, il donne à l’église sous forme de participation monétaire pour la rénovation ou autres travaux nécessaires à les garder belles et fonctionnelles. C’est le principe du GSR (General social responsability). Répartir (pas tout à fait également) les revenus dans la société en passant par l’église. Bon! Est-ce que ça vous rappelle des souvenirs?

Des immenses cornes de buffle remplacent la croix chrétienne, car ici, toutes les religions sont respectées. Ces cornes proviennent du style animiste des ancêtres Batak qui pouvaient être assez sanguinaires dans des situations de conflits. On retrouve les cornes sur les pointes des toitures de la maison Batak. C’est l’assistance de Dieu a chassé les mauvais esprits. Je pense que les Capucins et les Jésuites ont soit échoués leur évangélisation ou soit ils ont tirés des leçons à ne pas aller trop loin dans leur croyance.

Je termine l’histoire des Bataks en disant que lorsqu’un Batak rencontre un autre Batak, il lui demande son numéro de clan numérologique. S’il ne le sait pas, c’est un imposteur. Même si un Batak émigre dans un autre pays, il garde sa terre afin de prouver ses racines à ses descendants de manière concrète. Ainsi, ses origines sont protégées. Souvent, il réfèrera à son terrain en disant près du volcan, tel nom, près de la rizière du voisin Monsieur Untel, ainsi de suite. Il y a une référence de racine à ne jamais perdre afin de respecter les chefs qui ont travaillé dur pour conserver cet héritage qui s’étale sur des siècles de propriété. Ça me rappelle les livres que j’ai lu : « Les enfants de la terre » qui m’ont tellement fascinés, que je me suis prénommée Ayla pendant 15 jours.

Je laisse à Pascal vous faire le récit de notre rencontre de 5 femmes et un vieil homme magnifiques qui habitent une maison regroupant 8 familles, mais elles ne sont pas du même clan, car ces familles louent l’espace dans ce petit village Dokan Karo.

Changeant de propos, le fruit rambutan est délicieux. Il fait partie de la famille des litchis. Il porte une chevelure rouge magnifique. Nous en avons mangé en nous rendant à la chûte Sipiso Piso. Je la coterais 2 sur 5. Rien à voir avec nos chutes Niagara. Elle ressemble aux Chutes Montmorency en plus haut.

Nous avons aussi visité le palais des sultans dont le dernier fut assassiné par le peuple lors de la révolution, afin d’obtenir leur indépendance le 17 août 1945, lors de la fin de la 2e guerre mondiale. Je pourrais vous dire que le 12e sultan fut celui qui a eut le plus grand nombre de femmes, que le dernier n’en avait qu’une, qu’on sonnait la cloche un coup pour annoncer la naissance d’un garçon et deux coups pour une fille.

Nous habitons un site paradisiaque à Toba sur l’Île Samosir. Une jeune allemande mariée à un Batak a construit un coin de paradis au bord du lac Toba, qui est en fait, un cratère de volcan éteint.

J’en parlerai demain. J’entends les enfants dans la piscine qui donne sur le lac. Une fois dans l’eau, on ne peut distinguer le ciel de l’eau du lac.

Selamat Tidur! xxx

6 thoughts on “Jour 7 – Berastagi – Île Samosir (Sumatra)

    1. Pascal

      C'est un vrai plaisir que de l'écrire. Mes notes m'emportent dans la suite de ce que notre guide Batak qui parle un français super. Toi et Nicolas aimeriez ce genre de voyage. Nous sautons du 2 au 5 étoiles en une soirée. Vive l'astrologie :)) Je t'aime ma soeur x x x

      Reply
  1. Vicky

    Je viens de me mettre à jour dans votre voyage! Heureuse de voir que vous en faites un beau! Bon périple à vous deux. Je vous aimes xxx

    Reply
    1. Pascal

      Tu sais ma Vicky, la diversité est au rendez-vous. Nous allons de connaissance en connaissance, d'émerveillement en émerveillement de la nature et de la nature humaine. Je t'aime ma chérie. Maman xxx

      Reply
  2. Dominique sperte

    Un vrai bonheur de lire vos aventures .! Chapeau de trouver l énergie d écrire en plus de journées bien remplies et de nous enrichir de vos découvertes ! Elle démarre bien cette fabuleuse année 2015 .....n est ce pas ? Avec toute ma tendresse Dominique

    Reply
    1. Pascal

      J'en retire autant de plaisir que j'en ai eue à vivre ces moments. C'est doux de savoir que tu nous lit. Tendresse Dominique x x x
      Bien hâte de te revoir au printemps.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *