Skip to content

Jour 38 – Nanjing: là où l’histoire a rendez-vous avec nous

jour38a_nanjing-guilin10 mars 2013

Ce matin, c'est un peu plus frais causé par un petit vent frisquet. Il fait 10°C. Nous marchons visiter le Temple de Confucius. Ce temple donna son nom à tout un quartier. Construit durant les années 1030, puis reconstruit, rénové, agrandit au fil des siècles, c'est un des plus grands temples dédiés à Confucius, avec plus de 20 600 cellules d'examen. Malheureusement, il n'en reste plus que 40 aujourd'hui. À l'époque, les fonctionnaires surveillaient les candidats à partir d'un édifice placé au centre de la salle. De nos jours, de nombreux objets ainsi que de nombreux documents originaux se retrouvent encore dans ce temple.

Nous traversons le pont de Zhonghua pour nous rentre à la citadelle. Si l'ennemi traversait la porte externe, il était emprisonné dans la première cour. Il devait traverser non seulement la voie de base, mais trois cours successives avant qu'il puisse entrer dans la ville. Les cours ont été adaptées à un but plus pacifique - aujourd'hui elles logent les jardins des fervents locaux des bonsaïs de Nanjing. Les escaliers amènent aux remparts supérieurs et à la tour principale du fort, avec de longues marches larges de sorte que les commandants pouvaient monter leurs chevaux vers le haut.

Sous les murs sont 27 tunnels, où la nourriture, l'eau, et les armes ont été stockées en cas de siège. Des briques portent des caractères chinois ainsi que des chiffres. Ils indiquent qu'elles avaient passées le « contrôle de qualité ». On retrouve le nom du fourneau où elles ont été cuites, voire du fabricant, ainsi que la date de fabrication. L'empereur exige que les noms des constructeurs et des fabricants de brique soient marqués sur les briques, ainsi s'il y avait un problème plus tard, il pouvait punir les fautifs. Apparemment la menace a fonctionné, puisque les briques et la maçonnerie sont presque en aussi bon état maintenant qu'elles étaient il y a de 600 ans.

Pont sur le Yangtze

On se rend ensuite traverser le Pont sur le Yangtze construit du temps de Mao Tsé Toung. Ce pont à deux étages fait à peu près 6800 m pour le bas, qui est destiné à la voie ferrée, et à peu près 4500 m pour le haut, réservé aux voitures. À l'époque de l'ouverture à la circulation en 1968, ce pont constituait un véritable exploit.

La construction de ce pont fut commencée par les soviétiques puis reprise par les chinois. Il fut construit grâce aux efforts du peuple chinois et a ses techniques de construction. Enregistré dans le Guiness des records avec la mention "pont le plus long avec une voie ferroviaire et une route", la construction de cet énorme édifice à travers le fleuve commença le 18 janvier 1960 et ne fut terminée que 8 ans plus tard. Sa longueur totale est de 6,7 km dont 4,5 km d'autoroute. En dessous, des bateaux de plus de 10 000 tonnes peuvent passer.

Le long des deux côtés du Grand Pont se trouvent 200 bas-reliefs gravés dans des plaques de fer. La voie pédestre est quant à elle éclairée par 300 lampes et 1048 ampoules qui la nuit venue, avec 540 halogènes, éclairent la structure comme en plein jour. En voyant cela, certains décrivent la scène qui s'offre à eux comme si toute la galaxie était tombée du ciel avec ses étoiles.

Peintures sur cristal

Nous on gelait comme des cretons et une fois les photos prises, nous sommes entrés visiter l'atelier de peinture dans des boules en cristal. Seulement 200 personnes exercent ce métier en Chine sur 1,5 millards d'habitants. C'est un art qui semble être ignoré car il faut bien s’arrêter pour ne pas confondre ces chefs-d’œuvres avec des boules bon marché. Les maîtres seulement peignent de petites théières sur le même principe.

Calligraphie

Nous avons aussi visité la maison Wang Xie, hier. L'accent a été mis sur la maison elle-même et non sur l'histoire de la calligraphie chinoise. On parle de Wang Xizhi qui vécut dans les années 303 a 361, surnommé le prince des calligraphes, sorte de père fondateur de cet art conçu comme une forme d'expression individuelle. Il incarna l'image idéale du lettré sachant, par le truchement de son pinceau, exprimer la profondeur de ses sentiments intimes. Il excella dans le style dit courant, xingshu, et dans le style cursif, caoshu.

Embarquement pour Guilin

Nous quittons Nanjing pour nous envoler vers Guilin. J'ai vécu l'effet "banc de poissons" lorsque notre porte d'embarquement pour notre vol a changé de coté. Alors les chinois se sont rués d'un seul bloc vers l'autre coté. Ici, il ne faut pas oublier que les derniers sont devenus les premiers. Je fus entraînée dans un mouvement de masse qui me fait sourire encore aujourd'hui.

Après 2 heures de vol et un petit souper dans l'avion, la guide Christine nous accueille. Elle nous a fait préparer un festin, mais personne n'a faim. Par contre, une fois attablés, nous avons fait honneur à la nourriture délicieuse qui nous a été servie.

Je continuerai demain!


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 38 sur le blogue de Pascal.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *