Skip to content

Jour 36 – Suzhou – Wuxi

jour35_suzhou8 mars 2013

Quittons hôtel Grand Métro Park sur une histoire de valise. J'étais à la réception lorsque en prenant mes messages dans le lobby, lorsque je lève la tête pour voir ma valise passer dans un chariot qui se dirige vers un autobus plein de chinois.

Je laisse toutes mes affaires, même ma tablette Asus, et je cours récupérer ma valise ainsi que celle de Guylaine. Je demande à l’hôtel de retenir l'autobus d'ici à ce que les propriétaires des valises reviennent. J'ignore la couleur de celle d'Harold, mais comme je retourne chercher ma valise, les voila qui arrivent. Tout est sous contrôle à nouveau!

Et ce midi, je réalise que Pascal n'est pas avec nous dans l'autobus. Tout le monde s'en mêle, et l'autobus recule le chercher.

Une soierie

Suzhou est une grande ville du cours inférieur du Yangtze, connu pour ses canaux, ses ponts, ses pagodes et ses magnifiques jardins. Ces jardins ont été conçus et possédés par de riches familles et empereurs il y a des centaines d'années. Suzhou est également un grand centre de production et de fabrication de la soie, et une visite d'une usine de soie nous offre un aperçu intéressant et éducatif de cette industrie du textile chinoise. Suzhou est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Et à l'achat de mes couettes en soie, Pascal me cherche. J'ai filé dans l'autre magasin adjacent pour regarder les blouses en soie. J'en achète deux! J'ai 4 foulards en soie en cadeau pour mes achats.

Le mariage traditionnelle chinois, l'homme était la tête du foyer et la femme était le cou.  Lorsqu'il fallait prendre une décision, l'homme la tête tourne à gauche, la tête tourne à droite; il faut demander au cou. Grandes décisions pendant les 30 dernières années furent prises dans le sens que derrière tout grand homme, il y a une grande femme.

Le maître des filets

Nous visitons le jardin du maître des filets ainsi nommé par son propriétaire, un mandarin fonctionnaire à la retraite devenu pêcheur. Un petit jardin (1,3 ha) plutôt surprenant. Il s'agit en fait d'une demeure constituée d'une suite de petits pavillons reliés par des passerelles et chacun agrémenté d'une cour intérieure pavée et décorée d'arbustes ou d'un jardin d'eau. Peu de fleurs, si ce n'est que celles, magnifiques, des magnolias.

Dans ce jardin, tout est beauté, élégance et harmonie. Aménagé au XIIe siècle puis laissé à l'abandon, il a été restauré au XVIIIe siècle. Ce jardin représente très bien le style des jardins chinois.

Il se divise en trois parties :

À l'Est, une zone résidentielles aux beaux bâtiments (salle de réception, appartements privés).

À l'Ouest, un jardin intérieur avec une cour occupée par un très beau pavillon d'étude.Au centre, le jardin lui même. On y découvre un étang entouré de pavillons et de kiosques.

On y trouve une grande variété de très beaux arbres : cerisier, prunus, grenadier et un cyprès de plus de 900 ans. Il n'y a aucune fleur dans ce jardin.

Le visiteur est toujours frappé par la sobriété du jardin qui donne l'impression d'un vaste espace dans un lieu réduit, tout est fait pour donner cette illusion. Il est un apanage de la dynastie Ming, et inspiré de la peinture de paysage en noir et blanc, le jardin lui-même ne tient que très peu de place dans l'ensemble. C'est autant une maison dans un jardin qu'un jardin dans une maison.

Créé au XIIe siècle, ce jardin doit son nom à l'un de ses propriétaires qui se qualifiait de pêcheur (ou "maître des filets"), montrant par là son détachement face à sa carrière politique ainsi que son désir de se rapprocher de la nature.

Ce jardin a été édifié en 1774 et a d'abord été la villa de Monsieur Zheng. Le jardin a ensuite été racheté en 1940 par Monsieur He et c'est lui qui lui donna le nom de « jardin du Maître des filets ». Dans les années 1950, le fils de monsieur He a fait don de ce jardin au gouvernement et le nom a été conservé.

Grâce au tourisme, des petites villes historiques chinoises sont désormais protégées contre l'arrivée des bulldozers, mais leurs habitants se plaignent de ne pas être les premiers bénéficiaires de l'afflux massif de visiteurs.

Mandarin: haut fonctionnaire en Chine.

1) haut fonctionnaire comme ministre

2) Han = majorité chinois 92%

3) Standardisation de la langue - parler mandarin - mais dialecte entre eux

25% minorités = Huns sont les gens du nord et nord est: comme les québécois qui vivent au Nord : il fait froid, les sont gens plus gentils, plus humour, alcool de riz, atmosphère très familiale.

Dans la Manchoury - gens du nord: optimistes - parlent plus fort et parlent un dialecte. Les stars comiques viennent de sa région avec l'accent et plus un dialecte. Dans les écoles on enseigne mandarin mais entre eux, dialecte

Dans le passé, la résidence pouvait se composer d'un homme et ses femmes, ses concubines et ses enfants.

Aujourd'hui, la loi interdit la concubine a un homme marié, sinon il est passible de prison. S'il n'est pas divorcé, et qu'il habite avec une concubine, il va en prison selon le nombre d'années vécu avec elle.

Les femmes des mandarins n'étaient pas instruites. Elles étaient obligées de rester à la maison. Durant le mois, elle pouvait visiter sa famille pendant 2 jours, 3 jours permis pour aller prier au temple, pour son mari et ses enfants. Elles ne savaient pas lire, ni écrire. Elles faisaient de la musique, jeux de go; elles faisaient de l'art pour son mari. Ce n'était pas une paysanne. C'est un tout inclus: pas de lavage, de cuisine, de travaux ménagers... elle fait de l'art.

Deux sortes de peintures:

1) homme: avec encre de chine sur papier de riz; mélanger l'encre avec de l'eau pour obtenir différentes teintes de gris. Les thèmes masculins sont les montagnes, les roches.

2) femme: peint sur papier de soie avec de l'aquarelle. Les thèmes sont les oiseaux, fleurs, couples symboliques. Pour dire "je t'aime" elle montre son travail qui représente l'amour, et devient son message d'amour à son mari

La soie

Légende chinoise: un cocon tombe dans le thé d'une princesse. Elle examine l'objet. Elle trouve le début du cocon, mais pas le bout de la fin. Apres tout, un cocon mesure 1 km et demi et il est de l'épaisseur d'un dixième de cheveu.

Elle essaie de la casser; il résiste. Le fil de soie est le 2e fil le plus résistant après celui de l'araignée. Mais on ne peut cultiver l'araignée. Elle tire, tire mais sans casser. Ah! il est résistant ce fil, et léger. Ainsi naquit le fil de soie. Il est confortable: chaud en hiver et froid en été.

On a pu voir tout le processus de fabrication : du ver à soie en passant par le cocon, jusqu'à l'extraction des fils de soie. Évidemment, on nous a offert différents produits faits en soie; les couettes de soie ont été un bon vendeur parmi le groupe, il semble qu'elles soient encore plus confortables que celles en duvet et ici, en Chine, offertes à un prix dérisoire par rapport à ce qu'elles coûtent au Canada.

La technique permettant de produire la soie date de 2500 av. J.-C. et nous est venue de Chine par la Route de la soie. Le procédé de fabrication de la soie est resté secret jusqu'en 560. La production a commencé en Europe au VIe siècle et au XIIIe siècle en France.

La soie est une fibre textile d'origine animale. Elle est issue du cocon produit par la chenille du bombyx du mûrier (également appelée ver à soie). L'élevage des vers à soie est appelé sériciculture.

Nous avons acheté un petit tableau en soie a Suzhou: 100 y ainsi qu'un petit nœud chinois porte bonheur = 15 y . Il servira de boules de noël.

Les appartements

Ici, a Wuxi, 30 immeubles = 1 an de construction. De la main-d'oeuvre, en veux-tu, en voila!

Lors de l'achat d'un appartement, un chinois doit acheter les portes, et les 3 trous sur le plancher servent a accueillir les toilettes et l'évier. Il lui faut aussi faire installer le tuyau pour le gaz, l'électricité, les travaux de finition, plus les meubles. Ça coûte vraiment très cher. 60% du revenu familial sert a payer le logement. Pas de logement, pas de femme. La jeune fille pose la question "As-tu un petit nid pour nous deux. 120 m carré?" La fille parle à sa mère et lui dit qu'elle est en amour. La mère lui demande s'il a un petit nid. Si la mère juge que le garçon n'a pas de sécurité a offrir à sa fille, elle lui dira: "Ma chérie, tu es encore trop jeune pour te marier". Ce qui veut dire que les futures épouses et les belles-mères sont responsables du prix immobilier en Chine! Hihihihihi

Le coût de l'immobilier a augmenté de 600% depuis l'an 2000. Il n'y a très peu de sécurité sociale en Chine. Celle de l'Europe est trop bonne alors que celle de la Chine, pas assez.

Le problème syndical est majeur ici, car c'est la femme du patron qui est chef syndicale. Si l'employé est insatisfait, il sera remplacé par un autre qui veut bien travailler selon les conditions syndicales.

Aux USA, un couple prend une 2e hypothèque sur sa maison. En Chine, on ne peut même pas imaginer faire ça. Depuis 10 ans, la Chine a beaucoup investi dans les constructions d'appartement et il continue encore. Cette situation va causer une forte hausse des prix et il va manquer d'acheteur. Le ballon immobilier risque d'exploser comme aux USA.

La Chine a beaucoup investi dans le TGV, construction d'autoroutes et le métro. Un chinois travaille souvent 60 heures et plus, par semaine, alors que sa déclaration du revenu n'en déclare que 40. Il paie 20% de son revenu, son employeur 25%. Il faudra que j'aille lire sur ce sujet. Je n'ai pas tout compris de ce système.

jour36_wuxi

Les chiffres maudits

À notre hôtel de ce soir à Wuxi, le Landison Plaza Hotel avec ses 28 étages, dont certains numéro d'étages sont absents: le 4 parce que c'est le chiffre de la mort, le 13 pour la superstition des occidentaux, le 14 et le 24 car il y a un 4, 18 qui représente l'enfer.

Une femme de notre groupe a mesuré la grandeur de la chambre hier: 23' x 26'. Nous étions très confortables.

Nous avons commandé du vin cabernet franc, 2 étoiles. Genre porto un peu. C'est différent! 11% d'alcool, ça va aider à bien dormir.

Les deux phrases d'Yvon qui m'ont bien faire rire:

  • Espérer être saoul avant d’être malade en parlant du vin ce soir
  • Mettre l'addition sur la chambre: nous mangeons dans un hôtel différent de celui que nous habitons

Nihao  !


POUR LES PHOTOS DU JOUR & EN SAVOIR PLUS  : Le Jour 36 sur le blogue de Pascal.


 

2 thoughts on “Jour 36 – Suzhou – Wuxi

  1. Francine Lamothe

    Bonjour ma belle Raymonde,
    Un petit cou cou pour te dire comme cela est intéressant de suivre jour après jour
    votre merveilleuse aventure. Francine L.
    P.S. Raymonde mon 1er courriel ah! ah!

    Reply
  2. Danielle tellier

    Pascal, le Santa Rita est un de mes vins favoris du Chili et c'est souvent celui que les parents d'Alfredo m'apporte quand ils viennent au Canada. A ta santé !!!
    Je trinquerais avec vous deux.....

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *