Skip to content

Jour 9 – Hunts Point Beach Cottages, NE

Lundi 25 août 2014

Le temps nous file entre les doigts comme le sable de la mer.  Rien de tel qu'une plage pour se retrouver en enfance.  Respirer les embruns, se laisser caresser par le soleil, marcher pieds nus dans la mer, il est facile de vivre son moment présent.  Juste être dans ces moments d'éternité et de plénitude.  Vive les vacances à se laisser bercer pour les bruits du bonheur: les vagues, les enfants qui jouent juste à côté, le couple âgé qui échange en souriant et les goélands qui se crient des instructions connus d'eux seulement.

Une Québécoise, Céline, fait le ménage des chalets. Elle est accompagnée de son fils, David, qui semble être âgé de 16 ans, car il marmonne comme un ado.  Elle a vécu un cancer du poumon il y a deux ans.  Elle est énergique, pleine de vie et accomodante.  Vicky et moi obtenons des infos pour nos besoins. Après avoir nettoyé le chalet, elle laisse une odeur d'essence de vanille flotter jusqu'à nos narines qui hument "la cuisine de maman".  Un bel accueil olfactif.

Nous sommes à 10 km de Liverpool.  Nous sommes en amour avec cette petite ville.  Les maisons sont immenses et recouvertes en bardeaux de cèdre peints de couleur différente.

Pour une  municipalité de 3 000 habitants, elles foisonnent d'activités.  On peut voir les jeunes et les moins jeunes en autos le dimanche soir, comme dans les campagnes il y a 20 ans.  Ils arrêtent à une intersection pour se saluer en baissant une fenêtre de porte.  Ils se klaxonnent en se rencontrant.  Hier, nous avons découvert le Fort qui est en réalité un phare. Il est le 3e plus vieux phare de la Nouvelle-Écosse.  C'est à ce moment là que Valérie m'appelle et Vicky et moi jasons un peu avec elle.  Ils déménagent début octobre pour un plus grand appartement.

Vicky toastée des deux bords

Après avoir passé la journée à la plage, nous avons fait notre lavage à la buanderie du coin.  À notre retour, spaghetti car Vicky souffre de coups de soleil sévère.  Même la chair de poule lui fait mal.  C'est tout dire. À 21h30, elle s'est endormie, emitoufflée jusqu'au cou, car elle gèle.  Elle changera pour son lit lorsque je me coucherai probablement.

Liverpool a déjà abrité les MicMac et portait le nom de Ogomkigeak qui signifie "place de sable sec" et Ogokegeok qui signifie " endroit de départ".  La rivière Mersey abrite son ancien port de pêcheurs qui est devenu un port important près duquel se trouve un parc qui commémore la mémoire du Capitaine Cobb à qui Liverpool appartenait, car il était riche.

Aujourd'hui, j'ai lu que Bowater Mersey Pulp and Paper de Liverpool a fermé ses portes en 2012.  Qui aurait cru?

Plusieurs propriétaires offrent des chalets dans le coin.  Ici, les chiens, les fumeurs et les visiteurs sont interdits.  Il a fallu signer une entente à notre arrivée.  Le chalet est entièrement construit en bois à l'intérieur.  Le plancher est d'origine.  Les portes sont épaisses et coupent bien le bruit.  Le seul défaut du chalet: la petitesse de son évier.  Il équivaut au tiers d'un simple évier.  C'est tout dire.

Los trucos de Vicky

Je termine en découvrant des facettes de ma fille que j'ignorais.  Lorsque nous arrivons devant un propriétaire pour louer un gîte, elle le salue, sourit à pleines dents, lui demande comment il va.  Elle cause et ensuite elle s'enquiert des détails.  Moi, j'arrive, je demande s'il est le propriétaire et je commence les négociations.  Pas de temps à perdre.  Je préfère la manière à Vicky.  En ville, nous sommes le contraire.  Je parle à tout le monde et Vicky va direct au but.  Comme quoi les vacances nous permettent de nous découvrir en tant que femmes.  C'est facile d'être ensembles et de se partager les tâches.  Nous aimons nous faire plaisir et faire plaisir à l'autre, chacune à notre manière.  Ce sont de belles et bonnes vacances.  Sur ce, à demain!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *