Skip to content

Jour 3 – En bateau sur le canal : transit partiel

Samedi, 1 février 2014

Auteur : Pascal
Auteur: Pascal

La journée d’hier a été vraiment extraordinaire pour nous et tout spécialement pour moi car j’ai pu enfin voir, après les pyramides dans les années 90 et la muraille de Chine l’an passé, une autre des merveilles de l’ingénierie : le canal de Panama. Aujourd’hui, nous allons le descendre en bateau! Rien de moins!

Nous avons le même guide qu’hier : Archi. Il est très drôle et nous nous amusons beaucoup de ses reparties. Nous ne sommes que 8 visiteurs ce matin alors qu’hier nous étions une vingtaine. C’est vrai que l’excursion coûte trois fois plus cher aussi soit 150 $ par personne.

Le mini-bus nous conduit vers le nord en direction du lac Gatun où nous allons monter sur un bateau touristique avec 150 autres personnes. Les boissons froides sont gratuites et un diner chaud nous sera servi vers 13h00 au premier étage. Des chaises confortables sont à notre disposition au deuxième étage où nous allons faire la totalité des observations pendant le voyage.

Notre bateau touristique va parcourir le lac de Gatun pour ensuite descendre le canal vers l’océan Pacifique. Nous allons passer l’écluse de Pedro-Miguel et les 2 écluses de Miraflores avant de terminer notre périple à Panama City, à la marina du Causeway visité hier.

Nous croisons plusieurs gros navires en majorité des porte-conteneurs mais en particulier un magnifique voilier, un petit palace flottant offrant à ses passagers une croisière hors de l’ordinaire.
Tout au long du trajet, nous remarquons des équipements de pompage et de creusage flottant près des rives : d’immenses travaux sont en cours depuis plusieurs années pour augmenter la profondeur du canal et l’élargir à certains endroits pour permettre un trafic plus important d’immenses navires qui pourront emprunter les nouvelles écluses construites en parallèle aux écluses existantes. Elles auront 4 voies permettant une circulation ininterrompues dans les 2 sens. Présentement les écluses ont 2 voies et sont utilisées 12 heures dans un sens et 12 heures dans l’autre ce qui fait que le passage de certains navires peut être long si son capitaine n’a pas pris soin de bien synchroniser son passage.

Les travaux aux écluses devaient être terminés cette semaine mais la compagnie responsable des travaux, un consortium germano-franco-espagnol est en faillite et le gouvernement panaméen vient tout juste de les sacrer en dehors du pays! Selon Archi, notre guide, les européens n’étaient pas au courant des «pratiques» particulières à l’Amérique latine - et au Québec !, sous-entendre «corruption» - qui ont gonflé impitoyablement les factures. Le plus drôle là-dedans c’est que la France, qui avait fait faillite aussi lors de la construction du premier canal, voulait redorer son blason avec le deuxième : peine perdue! Encore kaput!

Le passage des écluses a été le point fort de notre journée. Comme notre bateau était petit et ne justifiait pas d’utiliser une écluse lui seul, il a fallu attendre que 3 autres bateaux plus ou moins gros nous rejoignent dans notre bassin avant l’ouverture des vannes et notre descente vers la mer. Nous avons donc été rejoints par un autre bateau de touriste comme le nôtre, par un tout petit voilier et finalement par un très gros navire minéralier, le Federal Sable.

Comme nous descendons vers la mer, l’eau du bassin est graduellement baissée au rythme de 3 pieds à la minute. Une fois le bas niveau atteint, les portes de l’écluse sont ouvertes et les bateaux se déplacent alors dans le prochain bassin où l’opération se répète à nouveau. À l’ouverture des portes, nous sommes alors au niveau de l’océan Pacifique! Le commentateur sur le bateau nous a fait remarqué que l’eau du bassin étant de l’eau douce provenant du lac Gatun, les poissons d’eau salée en aval de l’écluses sont assaillis et abasourdis par cette eau douce et remontent à la surface pour devenir alors un «sushi bar» pour les oiseaux. Bon, ben, j’ai trouvé l’anecdote amusante mais j’aurai besoin de faire des vérifications! Hi hi hi!

La dernière partie du voyage nous fait passer devant le port Balboa où d’immenses grues transbordent les conteneurs de navires trop gros pour passer à travers le canal. Ces conteneurs sont chargés sur des wagons spéciaus et les trains les transportent sur la rive nord Atlantique, à Colon, où ils seront rechargés sur d’autres navires. Une fois le nouveau canal en opération, ces transbordements ne seront plus nécessaires.

Ce soir, j’y suis allé mollo avec la boisson! Une bière seulement, une Atlas. Demain, je vais essayer la Balboa.

Voilà pour aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *